Ces trois jours d’essais et de compétitions marquaient le démarrage de la nouvelle saison du championnat du monde d’endurance. Ce ne sont pas moins de 437 pilotes et trois courses, avec leur traditionnel départ en épi, qui ont régalé un public venu en nombre. Le site a été réaménagé et permet maintenant aux spectateurs d’accéder à plus des ¾ du circuit (qui profite des investissements pour la F1, bientôt de retour au Paul Ricard). Mais, autour de la doyenne des courses d’endurance bientôt centenaire, il y a, dans la pinède et la garrigue, au chant des cigales, une grande fête de la moto.

Shows mécaniques, concerts, attractions foraines
Entre la saucisse/frites et la barbe à papa, entre le mur de la mort de la fameuse Niglo’family (http://www.motomag.com/Mur-de-la-mort-rares-representations-ce-week-end-a-Paris-video.html) et le concert du samedi soir, les 70 000 spectateurs pouvaient déambuler dans le village « Bol d’Or » où se trouvaient marchands et concessionnaires. Pour les moutards motards de moins de 16 ans (dont l’entrée était offerte), le village « Kids » proposait un circuit a parcourir en draisienne, un stand de sensibilisation à la sécurité routière et une initiation BSR avec l’association Artemis.

Un siècle d’histoire de la moto
Dans le village « Expositions », sous la direction de François Sassu, directeur du Musée de la moto de Marseille et Rémy Leborgne, plus de 150 motocyclettes et side-cars anciens, de 1920 à l’aube des années 2000 étaient présentés.
L’exposition n’était pas que statique. Toutes les machines ont pu parader le vendredi en fin d’après-midi sur le circuit du Bol d’Or. Longue, longue, fut la ligne droite du Mistral (1 800 m) en Solex ou sur un pétochon des années 20 ! Il était également possible de faire rouler les machines sur un plateau d’évolution où chaque pilote présentait au micro son bijou après une courte démonstration, suivie par un public attentif et admiratif.

Les prépas à l’honneur
Dans le Grand Prix Hall, au sein de l’Atelier des Préparateurs, les constructeurs présents au village « Bol d’Or » exposaient, sur des bases de motos actuellement commercialisées, leurs plus belles préparations. Ces œuvres d’art laissaient entrevoir ce que serait la moto de 2020 et au delà.
Espérons, par conséquent, retrouver, lors du Bol d’Or 2018, cette belle fête de la moto et des motards, petits et grands.

 - 
Publicité

Commentaire (1)

Publicité