Organisée par l’Association des motos classiques de compétition d’Avignon (MC2A) et son président Pierre Faure, plus de deux-cent motos et side-cars anciens étaient au départ de la source du Grozeau à Malaucène (84), pour la 7e édition de la montée historique du Mont Ventoux.

Historique
Cette démonstration est la rétrospective d’une épreuve qui a été la plus ancienne et plus longue course de côte du monde. De 1902 à 1976, automobiles, motocyclettes et sidecars se sont mesurés au chronomètre sur 21,6 km, entre 296 mètres et 1 908 m d’altitude.

Mais ce dimanche matin de 2016, accompagné par un mistral glacial, chaque participant allait à son rythme. De 9h à midi, puis de 13h30 à 18 h, 220 pilotes de motos, ainsi qu’une vingtaine de passagers de side-cars ont pu « s’affronter » sur les 2 600 mètres, et 208 mètres de dénivelé, du Mont Chauve.

Machines d’exception
Côté motos, les engagées couvraient un large spectre. Les frères Cotte faisaient à nouveau rouler des machines aussi rares qu’exotiques telle une Moto-Guzzi Bicilindrica. D’autres perles égayaient le paddock, comme une Sunbeam à moteur Porsche menée par François Sassu le directeur du musée de la moto de Marseille.

Du beau monde
Des pilotes de notoriété avaient tenu à être présents. Jim Redman, sextuple champion du monde, côtoyait d’autres grands noms du sport motocycliste tels Maurice Maingret et Christian Heckmann en solo et Jean Claude Castella ou Jean Louis Gazanion en side-car. Soili Saarinen était également présente.

À la fin de cette bien belle journée ensoleillée, pilotes et spectateurs venus nombreux, tout en félicitant organisateurs et bénévoles, n’exprimaient qu’un seul vœu : revenir l’année prochaine !

Dans la Boutique Motomag.com


- À découvrir Maxi Moto n°3 « Motos & cinéma »

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité