Palpitante, époustouflante, émouvante, stressante… La dernière demi-heure de course des 12 Horas de Portimão (dans la nuit du 11 au 12 juin au Portugal) a bouleversé les codes de l’Endurance.

David Checa pour le Guyot Motorcycle Team 94 (GMT 94) Yamaha et Étienne Masson pour le Suzuki Endurance Racing Team (Sert) ont fait vivre aux spectateurs une arrivée de MotoGP après 12 heures de duel ! « J’ai choisi de prendre des risques en fin de course et ça a payé », commentait sobrement David Checa à l’issue de cette course dantesque. « Ce final n’aurait pas connu une telle intensité sans la réplique d’Étienne Masson qui m’a vraiment étonné. Bravo à lui ».

« Nous avons atteint une partie de l’objectif, marquer de gros points, mais on ne gagne pas. Ça m’ennuie de finir si près mais de ne pas gagner », déplorait de son côté
Étienne Masson, pilote du Sert sur le dernier relais.

Dès la première heure
Cette lutte entre le Sert et le GMT 94 a débuté dès la première heure. La Suzuki #1 et la Yamaha #94 se sont partagées le commandement durant toute la course au gré des ravitaillements.

Derrière ces duellistes, le Honda Endurance Racing a assuré sa course vers le podium après avoir connu des essais difficiles avec un départ en 11e position sur la grille. Seule équipe à lui barrer la route, le YART Yamaha Official EWC Team a été retardé en fin de parcours par un problème d’échappement et termine 4e à deux tours de la Honda.

Le classement des 12h de Portimão

Classement provisoire du Mondial EWC FIM
Le team April Moto Motors Events termine 5e mais revient de Portimão en tête du classement provisoire FIM EWC. Ce team privé managé par Hervé Moineau devance le Kawasaki SRC, le Sert et le FCC TSR Honda. Le GMT 94 Yamaha se situe en 5e position avec 45 points.

Le classement du Mondial FIM EWC après 2 courses

Tir groupé en Superstock
Un coup de chapeau s’impose aussi pour le Tati Team Beaujolais Racing, 6e et premier Superstock classé, qui a fait une course parfaite. Il devance le Völpker NRT48 Schubert Motors, qui passe en tête de la Coupe du Monde FIM Superstock, le Junior Team Le Mans Sud Suzuki et le Team 3Art Yam’Avenue. Ils font un tir groupé à l’arrivée entre la 6e et la 9e place.

Favoris malmenés
Plusieurs animateurs du début de course ont connu des fortunes diverses. Le FCC TSR Honda, trahi par son embrayage, termine 12e. Le Kawasaki SRC, parti en pole position, abandonne après des problèmes de consommation d’essence et de surchauffe moteur. Abandon aussi pour l’équipage portugais du Parkalgar, après plusieurs chutes.

Cette course extraordinaire bouleverse donc les classements du championnat EWC FIM. Lucas Mahias, nouvelle recrue du GMT 94 Yamaha, est en tête du classement pilote.

« Nous pouvons être heureux de cette victoire qui est le fruit de beaucoup de travail de la part de mon équipe, se réjouit Christophe Guyot, team manager du GMT 94. Les pneumatiques Dunlop ont permis des performances hallucinantes. Ils font le triplé sur le podium et ce n’est pas un hasard. La Yamaha R1 est une machine fabuleuse et nous pouvons être fiers d’avoir démontré son potentiel.

Nous avions opté pour une stratégie très offensive afin de pouvoir rivaliser avec les nombreux pilotes de vitesse présents ici. Nous consommions un peu plus, mais nous n’avons pas à regretter ce choix, payant durant les huit premières heures de course, même si nous avons rencontré une belle opposition sur la fin ».

Prochain rendez-vous en Championnat FIM EWC au Japon, le 31 juillet 2016, pour les 8 Heures de Suzuka.

Dans la Boutique Motomag.com

- Livre “Le chrono ne ment pas tome 1” de Steven Casaer (le pilotage)

- “Le chrono ne ment pas tome 2” de Steven Casaer (réglage de la moto)

Publicité

Commentaire (0)

Publicité