La Fédération française des motards en colère de l’Aude (FFMC 11) a décidé de « taper du casque » sur la table en organisant une manifestation, le 29 avril 2017, dans les rues de Carcassonne. Les revendications n’ont pas changé depuis son action du 4 mars dernier : trop de répression, à commencer par la taille standard de la plaque d’immatriculation qui sera obligatoire à partir du 1er juillet 2017, le manque de moyens pour entretenir les chaussées…

Ras le casque !
Les motards audois en ont « ras le casque », et ont organisé une manifestation pour bloquer de la ville de Carcassonne, ce 29 avril. Et ce n’est pas l’entrevue récente avec le préfet de l’Aude, Alain Thirion, qui les a rassurés. « Il reconnaît le rôle de la FFMC, acteur essentiel de la sécurité routière, au travers de nos actions et revendications de ces deux dernières années, expliquent Jean-Louis Ferrand, coordinateur de la FFMC 11, et Hervé Delgrange, coordinateur adjoint. Mais il nous a surtout conseillé de ne pas faire de vagues, ce qui est mal nous connaître. Nous lui avons quand même laissé notre manifeste sur la sécurité routière, nous verrons bien ce qu’il en pense ».

Blocage de Carcassonne
Ce sont donc plus de 150 motards, venus du département de l’Aude, mais aussi des départements voisins avec les FFMC de Haute-Garonne, de l’Ariège, ou encore du Tarn, qui se sont regroupés sur le parking de l’hypermarché Leclerc, route de Toulouse. Les manifestants ont ensuite pris la route en direction des principaux axes de la ville de Carcassonne.

Trop plein de sanctions automatiques
« Nous avons choisi volontairement de manifester entre les deux tours de l’élection présidentielle pour faire passer un message, poursuivent les porte-parole des Motards en colère. Aujourd’hui, on assiste de la part des pouvoirs publics à une automatisation de la sanction, sans vraie mesure de sécurité ou de réhabilitation des routes. Le motard n’est ni un bandit de grand chemin ni une vache à lait. Tout ce que l’on demande, c’est d’être traité comme tout le monde, et l’on espère bien être entendu ».

L’action du jour aura permis, si ce n’est d’obtenir des réponses ou des engagements, de mettre une belle pagaille dans les rues de la ville.
Une prochaine manifestation est prévue le 13 mai à Foix, en Ariège. Venez nombreux !

Publicité

Commentaire (0)

Publicité