En images

visuel visuel

La FFMC 22 s’est rassemblée à partir de 13h30 sur l’aéroport de Trémuson. Le cortège des manifestants a pris la RN12 vers 14h30 en direction de Saint-Brieuc, en utilisant les deux voies pour former une opération escargot. La police a estimé entre 180 et 200 motos au départ ; on peut tabler sur un bon tiers en plus.

Entrée dans la zone industrielle pour rejoindre la société Dekra. Un arrêt s’imposait, pour déposer des plumes dans la boîte à lettres ainsi que du papier toilette. Puis après un kilomètre, deuxième arrêt dans une autre société de contrôle. Le patron a tenu à poser sur les photos avec les manifestants, leur affirmant que, lui, ne voulait pas du contrôle et que c’était Dekra qu’il fallait viser.

Puis retour vers le centre-ville pour un arrêt sur la place de la préfecture. Une délégation de la FFMC 22, accompagnée d’un président du MTC Plérin et d’un responsable d’un groupe se réunissant tous les vendredis soir place de la préfecture, a été reçue par le chef de cabinet du préfet. Les militants ont pu présenter pendant plus d’une heure des problèmes et revendications de la manifestation de ce samedi. Il a bien compris les doléances des motards et leur a promis que le préfet ferait remonter leurs revendications dans la hiérarchie.

Des remerciements doivent être par ailleurs adressés aux amis motards anglais qui, pour la deuxième fois, se sont joints à leurs homologues français pour manifester.

Joël pour Moto Mag

À lire : Les raisons de la colère des motards
Tous les comptes-rendus des manifs des 16 et 17 avril

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité

Commentaire (0)

Publicité