Les centres de contrôle technique Dekra recommenceraient-ils à faire du lobbying en faveur de celui visant les motos et scooters ? On peut le croire, à la lecture du quotidien Le Parisien du 20 octobre. Y figure un article présentant un sondage sur les mesures prises par le CISR le 2 octobre. Le quotidien titre : « Oui à l’éthylotest, mais non aux 500 radars de plus ».

Et présente les résultats dans une infographie :

« Approuvez-vous chacune des mesures de sécurité routière qui viennent d’être annoncées par le gouvernement ? »
Les réponses placent en tête :
- 81 % L’installation d’un éthylotest anti-démarrage (EAD) pour les récidivistes
- 81 % Le contrôle technique obligatoire lors de la revente d’un deux-roues motorisé
- 62 % L’obligation pour les entreprises de révéler l’identité des employés qui commettent les infractions.
- 57 % La mise en place de faux radars
- 41 % La mise en place de 500 nouveaux radars
- 41 % l’utilisation de drones pour contrôler les excès de vitesse.

Beaucoup d’attention pour les 2-roues…
Pour être franc, la place accordée au contrôle technique des 2-roues nous a interpellé : elle semble bien importante, alors que les personnes interrogées représentent l’ensemble de la population. Sur 66 millions de Français, considérons qu’il y a 40 millions d’automobilistes et, au maximum, 3 millions de motocyclistes, scootéristes et cyclomotoristes.

Dans ce contexte, que le grand public considère le contrôle technique 2-roues comme une mesure phare pour lutter contre l’insécurité routière nous semble donc étrange.

Alors on lit les petits caractères sous l’infographie, et on comprend qu’il s’agissait d’un sondage réalisé en octobre 2015, auprès de 1.015 personnes, par l’institut Opinion Way. Et commandé par Dekra.

On se plonge dans l’article avec intérêt. Il est écrit : « Or, selon un sondage Dekra que nous révélons, ces mesures passent plutôt bien. 8 Français sur 10 (81 %) votent en faveur du contrôle technique des deux-roues avant la revente, pour éviter les accidents à cause de scooters rapidement bricolés avant d’être cédés d’occasion ».

Si la question posée par le sondeur insinuait que tout scooter vendu peut être rapidement bricolé avant d’être cédé d’occasion, on peut comprendre que le quidam, n’y connaissant rien, mais effrayé par cette nouvelle forme de délinquance, se prononce en faveur du contrôle technique 2-roues. Car cette solution sauve le consommateur d’un terrible péril.

Point noir
L’article se poursuit par une interview de Geoffrey Michalak, directeur technique et qualité pour Dekra : « cela signifie que les Français plébiscitent les mesures qui ciblent les points noirs de la sécurité routière : les usagers de deux-roues ont en effet 20 fois plus de risques de mourir que les automobilistes ; l’alcool est en cause dans près d’un tiers des accidents mortels ». Nous y voilà : avec ce sondage, Dekra prépare l’opinion publique à considérer les centres de contrôle technique comme les sauveurs des conducteurs de 2RM, et de ceux qui les croisent sur la route. On n’en demandait pas tant…

FFMC : stop le contrôle technique !

La FFMC lance une campagne de mobilisation sur le terrain : « Les usagers de la route concernés n’accepteront pas cette mesure, et comptent bien le faire entendre au gouvernement et aux lobbys du contrôle technique. Pour ce faire, la FFMC lance une campagne de mobilisation dans toute la France, et sur internet ». Un autocollant destiné à afficher fièrement son opposition au projet est distribué gratuitemen( en échange d’un timbre.

Les internautes seront invités à signer une pétition en ligne et à afficher leur soutien grâce à un visuel dédié et des opérations sur les réseaux sociaux.
- Site www.stopcontroletechnique2rm.fr
- Page Facebook
- Hashtag #stopct2rm permettant aux usagers d’afficher leur opposition sur les réseaux sociaux.

Dans la Boutique motomag.com

- Soutenez la FFMC qui lutte contre le racket du contrôle technique en portant ses couleurs (tee-shirt, patch, tour de cou…)

Publicité
Publicité