JPEG - 32.8 ko
Sébastien devant les 30 finalistes du jeu-concours lors de la soirée du 24 septembre à Champniers. Chacun est reparti avec un lot de récompenses offertes par le Conseil général de la Charente.

« Nous voulons montrer que la Charente (16) est un territoire vivant, porteur d’avenir. En révélant les étoiles du département comme Sébastien, nous espérons faire rester les jeunes chez nous et que les Charentais ne vivent pas leur bien-être en « vase-clos », mais qu’ils le montrent à la France entière. Nous voulons aussi donner une belle image de notre département afin qu’il attire encore plus, pour l’avenir de notre région. » révèle le conseiller général Philippe Lavaud.

Le Conseil général a saisi l’opportunité du titre de champion du monde de Sébastien Charpentier pour lancer une campagne médiatique dans ce sens. Le champion charentais a répondu aux sollicitations car il est très attaché à la Charente (il a presque toujours porté le n°16 en course) et que le Conseil général est un sponsor important : « Nous le soutenons depuis 1999, à une époque où il était plutôt au creux de la vague. Mais nous voulions aider des espoirs, pas seulement des stars comme Marie-Claire Restoux, charentaise et championne olympique de judo. Depuis 2004, notre soutien financier est en hausse, à hauteur de 15000 € par an » ajoute Philippe Lavaud.

Son collègue Frédéric Sardin détaille les actions menées : « Nous avons fait poser des ‘affiche-sucettes’ dans les abris bus et des affiches 4 par 3 de Sébastien. Nous lui avons consacré une partie de notre site Internet et organisé un jeu-concours en partenariat avec le quotidien ‘la Charente libre’. Enfin, nous préparons un Espace Charente pour accueillir tous ses supporters lors de la finale du championnat du monde qui aura lieu à Magny-Cours les 8 et 9 octobre ».

4 heureux gagnants

JPEG - 29.7 ko
Sébastien entouré des 4 gagnants du concours, Germain Rivière, Matthieu Van Lanen, Lionel Boireau et Anthony Dubois (de gauche à droite). Ils seront invités en VIP à la finale du Mondial Superbike de Magny cours les 8 et 9 octobre.

C’est à l’occasion de la finale du jeu-concours intitulé « Seb16, le jeu » que plus de 250 personnes se sont retrouvées autour de Sébastien, dans une ambiance très chaleureuse, le 24 septembre à Champniers. Sébastien :« C’est super ce qui se fait en ce moment pour la Charente, même si c’est difficile pour moi de tout concilier. Il fallait gagner pour ça, c’est fait, mais je veux terminer l’année en beauté. J’avoue que j’ai été très touché de me voir sur ces grandes affiches dans Angoulême ». Pendant près de 3 heures, les 30 finalistes du jeu se sont mesurés sur la piste de karting, sur console Playstation et sur table de mixage. Les 4 gagnants pour aller assister, tous frais payés, à la finale de Magny-Cours ont été : Matthieu Van Lanen, 28 ans (Brie), Germain Rivière, 22 ans (Saint-Simon), Lionel Boireau, 29 ans (Tourriers), et Anthony Dubois, 22 ans (Ruelle). Tous les 4 sont Charentais et s’intéressent, bien entendu, à la moto.

De nombreux amis de Sébastien sont venus à cette soirée pour être avec lui. René, du Vélo Club d’Angoulême, nous apprend que « Sébastien est tellement affûté qu’il tient la dragée haute aux champions cyclistes régionaux ». Jacky Raymond, du Moto Club de Vouharte, souligne le sérieux, la ténacité et la gentillesse du pilote charentais. Claude Schildknecht, dit « le chou », le connaît depuis1988 : « Seb, c’est l’élégance, dans le pilotage et dans l’âme. Déjà, en 1991, quand il battait Jacque et Laconi, il était capable de briller en GP 125, mais il n’avait pas les moyens financiers. Il a beaucoup de qualités, comme d’avoir toujours été fidèle à Honda, et il est très équilibré dans sa vie de famille avec sa femme et son fils ». Enfin, Michel Pellizotti se souvient de Sébastien ado : « En 1987, il venait voir mon fils s’entraîner pour ses courses de mob. Avec son 103, il s’est mis à rouler avec lui. Puis en cours de saison, il a pris une licence. Il a fait les deux dernières courses, à Loudun et Fontenay le Comte, et il a atomisé la concurrence avec son 103 d’origine ! Je pense que c’était inné, il avait ça dans la peau ». Le mot de la fin pour Sébastien : « C’était bien cette soirée, très sympa ». Tout simplement.

Thierry Dupuis, correspondant Charente

Publicité

Commentaire (0)

Publicité