PUBLICITE DE MARQUE REALISEE PAR CARTE GRISE EN LIGNE

Les usagers et professionnels complètements désabusés

Depuis le milieu de l’automne, tous les guichets affectés à la délivrance des certificats d’immatriculation au sein des préfectures de France ont fermé leurs portes aux usagers, particuliers comme professionnels. En effet, avec la mise en œuvre du Plan Préfectures Nouvelle Génération le 6 novembre 2017, l’État a acté le passage au « tout numérique » pour ce qui concerne les démarches administratives liées à l’obtention d’un certificat d’immatriculation, plus communément nommé carte grise dans l’esprit collectif. Ainsi, les usagers sont invités à se rendre sur le site internet de l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS) pour compléter leurs formalités.

Malheureusement, depuis le lancement de la plateforme, les bugs et défaillances du système se sont multipliées, confrontant les internautes à des situations complètement ubuesques puisque se retrouvant parfois avec un dossier bloqué, leur demande initiale n’ayant tout simplement pas abouti informatiquement. Les professionnels de l’automobile ont aussi été fortement touchés avec par exemple l’impossibilité d’immatriculer des véhicules importés de l’Union Européenne. De nombreux concessionnaires se sont donc retrouvés ces dernières semaines avec des dizaines de véhicules en attente de livraison sur le dos.

Christophe Hennequin, distributeur de véhicules neuf importés en Seine-et-Marne expliquait au Parisien avoir « une soixantaine de voitures en attente de livraison, à 15 000-20 000 € chacune en moyenne. Vous imaginez l’argent immobilisé ? Parce que tant qu’un véhicule n’est pas livré je ne peux pas toucher le solde de la vente. » De plus, les clients perdent patience : « Certains veulent que je leur prête ou loue une voiture, que je rembourse le billet d’avion acheté pour venir, d’autres veulent annuler la vente » a-t-il expliqué, médusé.

Pour faire face à cela, l’avocat Jean-Marc Descoubes a été mandaté par une dizaine de concessionnaires et mandataires pour déposer un référé devant le Tribunal Administratif de Paris. Il a envoyé une injonction au Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb pour faire en sorte que les immatriculations en souffrance soient délivrées au plus vite. Une solution doit être trouvée pour la fin de l’année de source gouvernementale.

La solution ? Faire confiance aux professionnels et acteurs spécialisés

Face au désarroi généré par les nombreux bugs du site de l’État, le réseau des 30 000 professionnels de l’automobile habilités par le Ministère de l’Intérieur se pose comme un recours crédible et fiable pour les usagers de la route.

En effet, même si une prestation de service d’environ 30 euros sera facturée en plus de la taxe fiscale à régler pour obtenir la carte grise du véhicule, faire confiance à un professionnel de l’automobile c’est s’assurer une certaine tranquillité quant au bon déroulement du traitement de sa demande. Pour information, la possibilité de réaliser une demande de certificat d’immatriculation de manière physique auprès d’un agent habilité (en garage, concession ou agence spécialisée) ou sur internet auprès d’un service privé comme Cartegrise.com existe ... depuis 2009 ! Passer par cette solution vous permettra de compléter vos formalités administratives sans contrainte, puis de bénéficier d’un suivi personnalisé de votre dossier jusqu’à délivrance de la carte grise.

Responsable du site internet Cartegrise.com, Richard Guyon explique d’ailleurs que le nombre de demandes a explosé via son service en ligne : « Nous avons dû embaucher une dizaine de personnes pour faire face à la recrudescence des demandes et pour répondre aux nombreuses questions des usagers par téléphone. » Dans ce contexte, le rôle des professionnels doit être renforcé.

Publicité
Publicité