En vidéo

Chargement du lecteur...

Suzuki

Compacte, légère, procurant une assise à peine basculée vers l’avant, la Suzuki 600 GSR rassure d’emblée, que ce soit à l’arrêt ou dès les premiers tours de roue. La docilité de l’embrayage et du quatre-cylindres parachèvent ce sentiment de facilité laissant même croire que ce roadster s’adresse à tout le monde... Mais le moteur est issu de la GSXR. Il a subi quelques aménagements côté démultiplication (rapports de boîte) et ne développe « que » 98 ch.
Avec un régime relevé de 7000 tours pour 130 km/h, la mécanique se montre pointue.

Le moteur rugit dans une sonorité plutôt agréable, grimpe de façon linéaire et atteint sans qu’on y prenne garde 10 000 tours sur les intermédiaires. D’un virage à l’autre ça va donc vite, en jouant d’une boîte qui se fait oublier.

Le vrai regret, c’est la sensation de creux à moyen régime.
Frustrant aux vitesses légales surtout face à une Kawasaki Z 750 à peine plus chère mais bien plus vivante et une FZ6 moins chère.

Train avant bluffant

La Suzuki 600 GSR fait appel à un cadre en aluminium coulé sous pression et a un bras oscillant fortement triangulé. La géométrie retenue pour optimiser la maniabilité et la mise sur l’angle ne grèvent en rien la tenue de cap. Le plus bluffant reste le train avant.

La fourche de section respectable permet des entrées en virage digne d’une supersport. Parfait pour la route. L’accord des suspensions avant arrière est excellent et préserve un confort de bon aloi.

C’est seulement sur des virages fripés à rythme soutenu que la trajectoire se fait un peu moins nette. La puissance et le mordant du freinage n’empêchent pas de moduler la pression, avec un peu de doigté.

L’élément arrière n’est pas ridicule, même s’il mériterait un peu plus de puissance.

Voir la vidéo de présentation des Suzuki 2006 (Mondial 2006)

Flash Video - 2.7 Mo
Suzuki

GSR 600 - GSXR 600/750 - Bandit 600 et 1200

Publicité
Infos en plus