Espace abonné

NOUS SUIVRE SUR LE WEB

flux RSS Motomag Nous suivre sur Facebook Twitter avec Motomag Google+ avec Motomag Chaîne YouTube Motomag

Abonnement et réabonnement à Moto Magazine et ses Hors-Séries

RECEVEZ LA NEWSLETTER

Etapes et hébergements Moto Magazine

 Petites annonces 

Questionnaire occasion

Promo Boutique

Vos blogs

Créer un blog


Casque d’âne

ANNUAIRE DES MOTARDS

Fédération Française des Motards en Colère

En ce moment vous discutez de

Voir tous les débats de Motomag


Articles les plus lus

Thèmes les plus populaires

1941/1941
1785/1941
1437/1941
1344/1941
1242/1941
754/1941
707/1941
680/1941
573/1941
569/1941
555/1941
547/1941
498/1941
466/1941
356/1941
342/1941
318/1941
313/1941
306/1941
304/1941
277/1941
274/1941
233/1941
213/1941
motomag.com
Pratique

Choisir l’huile moteur et vidanger sa moto

Choisir son huile n’est pas un exercice facile. Entre les lubrifiants moto ou auto, les viscosités et les normes, l’offre est vaste. Pour vous aider à mieux appréhender cet univers visqueux, nous avons adressé 24 échantillons au laboratoire. Voici le résultat détaillé des analyses présentées dans Moto Magazine.

 
 
Choisir l'huile moteur et vidanger sa moto

Pour vous aider à choisir le lubrifiant le plus approprié à votre usage, votre budget ou votre moto, nous avons fait tester 24 échantillons auprès du laboratoire ST2M, spécialisé en pétrochimie.
Compte tenu de leur nombre, il nous était impossible de jauger tous les produits du marché.
Nous avons donc retenu ceux du type quasi unanimement recommandé par les services techniques des constructeurs et ce quelle que soit la machine, utilitaire ou hypersport.

Autrement dit des huiles à base semi synthétique et de viscosité SAE 10W40, sans distinction entre huile auto et moto.
Par curiosité, nous avons ajouté quelques produits spécifiques au deux-roues (autres que 10W40) ainsi que le vainqueur de notre précédent comparatif, la Carrefour Synthèse 5W50.

Suite de l'article >>>

EN IMAGES

Commentez l'article (45 commentaires)

propriétaire d’une 600cbf de 2009 utiliser l’huile carrefour 5 w50 pose t’il un risque merci de vos conseils.

Compléments

À retenir…

- Concernant la moto...
Quand un grade est préconisé, ce n’est pas un impératif mais une exigence a minima. Par exemple, 5W40 convient aussi quand est demandé 10W40. Pour les moteurs usés (jeux plus importants, dilution d’essence), les monos ou twins anciens et/ou refroidis par air, une huile visqueuse à chaud (xxW-50) est souhaitable. Jamais d’huiles xxW-20 ou xxW-30.

- S’agissant de l’usage...
o Soit : tous les matins au moment de démarrer, on est déjà en retard pour le boulot. Pas le temps de laisser chauffer en roulant. Choisir alors une huile fluide à froid : 10W (ou 5W si vraiment à la bourre ou si la pauv’ bécane couche dehors par -10... !).
o Soit : la moto ne sert qu’en balade le samedi quand il fait beau, les premiers km sont faits tranquille. Un grade 15W est acceptable. Il n’amène rien de mieux, disons que la viscosité relative de l’huile froide n’est pas un danger dans ce cas.

- Au final...
Une huile 10W40 semi-synthétique est polyvalente : tous temps, tous types d’usage, pour la quasi-totalité des motos actuelles, et à un moindre coût. Ce n’est pas un hasard : elles ont justement été élaborées dans ce but... Si l’on est maniaque ou en dehors des conditions standard, il est possible d’affiner cette prescription.

Dans nos éditions

- Dans le numéro 206 de Moto Magazine vous trouverez les réponses aux questions que vous pouvez vous posez sur l’huile :
• Quelle huile pour votre usage habituel ?
• Lubrifier, pourquoi, comment...
• Histoires de familles : la minérale traditionnelle, la minérale hydrotraitée, la synthétique et la semi-synthétique
• La viscosité
• Des normes complexes
• L’embrayage qui patine
• Huile moto ou huile auto ?
• Essence ou diesel, quelle différence ?
• Peut-on les mélanger ?
• ...
- Voir le Hors-Série Mécanique Entretenir soi-même pour le plaisir et par économie

Consultez aussi

- Les vidéos mécaniques sont également sur www.motorepair76.fr

Tags

Mécanique - Conso - Mécanique - Pratique
Tip A Friend  Envoyer par email   Afficher une version imprimable de cet article Imprimer

Au programme, trois types de tests chargés de vérifier si, pour des spécifications identiques, les lubrifiants auto valaient ceux vendus pour la moto.

Signature infrarouge : Premier constat révélé par la signature infrarouge, plusieurs références présentent des fiches signalétiques similaires, voire identiques. Une gémellité évidente compte tenu du faible nombre de fabricants d’huile européens.
Viscosité réelle : Nous avons ensuite mesuré la viscosité réelle pour la comparer à celle annoncée par l’emballage. Un seul produit n’a pas tenu ses promesses. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une ancienne formule dont on trouve les derniers flacons dans le commerce (voir en bas de page).
Résistance au laminage : ces huiles ne résistent pas aux contraintes de laminage dans les mêmes proportions. Le test d’usure accélérée a déterminé des pourcentages de dégradation très variables d’un échantillon à l’autre, même si les moins résistants ne présentent pas de dangers immédiats pour la mécanique.

Peu de salades... Les lubrifiants de ce test ne nous ont guère réservé de mauvaises surprises. Tous sont en mesure de protéger nos moteurs, s’ils sont choisis en fonction du climat et de son usage. Les plus inquiets d’entre nous peuvent se rabattre sur les huiles ayant obtenu les meilleurs résultats des tests. Parmi elles, le consomotard dès lors averti jettera son dévolu sur les prix les plus alléchants, les écarts variant parfois du simple au quadruple !

Etonnant ?

À l’époque de notre test, deux huiles se distinguaient, par leur rapport qualité / prix, des 9 autres très acceptables. Toutes deux provenaient de grandes surfaces !

TEST HUILES : les chiffres

Des chiffres comme s’il en pleuvait. Voilà le contenu que nous vous proposons de découvrir sur ces pages publiées en exclusivité sur Motomag.com. Ces valeurs ont été relevées à l’occasion des analyses et des tests pratiquées dans notre dossier consacré aux huiles moteur. Pour les détails en un coup d’œil, reportez vous au tableau de résultats (colonne de droite).

Test de laminage :
• Il s’effectuent en relevant la viscosité de l’huile à 100°C avant le test (V100° Avant), et après celui-ci (V100° Après). L’unité est le mm2/s.
• Pour une huile SAE 40 (ex. 10W40), V100° doit être comprise entre 12,5 et moins de 16,3 mm2/s. Toutes les huiles neuves sont dans la fourchette : « V100° Avant » toutes correctes.
• Mais de nombreuses valeurs « V100° après » frisent les 12,5 (valeurs en jaune) et même passent en dessous (en rouge). nous déconseillons ces huiles.
• Pour les cinq huiles de grade à chaud SAE 50, le principe est le même, mais la fourchette va de 16,3 à moins de 21,9 mm2/s. Les « V100° après » de Auchan Booster et Motul 3100, (en orange) inférieures à la limite, ne présentent pas un danger.
• Enfin la perte en % représente la tenue de la viscosité d’une huile à l’autre pour une contrainte de durée équivalente. Pour les 10W-40 Semi-synthétiques, la perte la plus faible est -2,8% et la plus forte -13,7% avec de nombreuses valeurs supérieures à -10,5% (en rouge).
• Pour info, une préconisation constructeur Volkswagen admet pour ce test une perte jusqu’à 15%, à condition que la viscosité finale reste dans le grade de départ, ce qui n’est pas toujours le cas ici (quatre 10W-40 passent sous les 12,5 mm2/s, beaucoup s’en approchent...)

Test de respect du grade à froid :
• selon les grades à froid SAE 5W-, 10W- ou 15W-, les mesures s’effectuent respectivement à -30°, -25° et -20°C. La viscosité réelle est vérifiée deux fois (« Essai 1 » et « Essai 2 » ). Elle doit se situer en dessous d’une des deux références obtenues par étalonnage de la machine utilisée (étalonnage avant et après les test d’huiles).
o Références 5W- : 7580 / 7448 mPa.s
o Références 10W- : 7173 / 7241 mPa.s
o Références 15W- : 7205 / 7079 mPa.s

Yannick Leverd - 30/06/2008

Nos derniers articles

Entretien moto : comment préparer une sortie hivernale

Rouler par temps froid, et notamment lors d’une hivernale, exige que la moto y soit adaptée. Quelques imperfections ou défauts, qui n’auraient pas porté à conséquence par beau temps, peuvent se révéler pénibles ou dangereux..

Contrôler et remplacer une bougie : les précautions !

Les bougies s’usent peu, voire virtuellement pas sur un moteur dernier cri bien réglé. Leur remplacement s’effectue le plus souvent lors d’une révision, en même temps que le filtre à air par exemple, pour rentabiliser le travail nécessaire de déshabillage de la moto.

Changer un levier après une chute de moto

Les leviers de commande au guidon, très exposés en cas de gamelle, se remplacent facilement sur la plupart des motos. Toutefois, le non-respect de certaines précautions peut nuire au fonctionnement des commandes, voire rendre la moto dangereuse.

Pannes moto : les composants électroniques sont coupables !

Rien de plus rageant que de voir sa moto immobilisée par une panne. Même si les machines actuelles sont mécaniquement très fiables, leurs systèmes électroniques ont la fâcheuse tendance à se croiser les bras. Zoom sur un mal de la moto moderne.

Nettoyer et graisser sa chaîne moto : à la portée de tous !

La transmission secondaire par chaîne travaille dans des conditions effroyables  : protection symbolique, à-coups, projections abrasives... La qualité des chaînes modernes leur confère pourtant une durée de vie appréciable, mais qui varie du simple au triple selon l’entretien...

Nous suivre sur
le web