Sujet

Anonyme
le 6 décembre 2019 à 14:08

Radars-tronçons : la CNIL tacle le ministère de l’Intérieur

Conservation des données personnelles beaucoup trop longue, sécurité perfectible : les radars-tronçons sont dans le collimateur de la Commission nationale informatique et libertés. la CNIL vient de mettre en demeure le ministère de l’Intérieur de régler ces problèmes dans un délai de 3 mois.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Nikopol

le 16 décembre 2019 à 13:05

Radars-tronçons : la CNIL tacle le ministère de l’Intérieur

« Je trouve très rassurant qu’un service de l’état contrôle un autre service de l’état (…) »… Tu veux dire comme quand l’IGPN enquête sur les violences policières ?
De plus, il me semble en effet que Fred a raison quant au pouvoir contraignant de la Cnil sur l’État : elle n’en a pas.

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 16 décembre 2019 à 11:50

Radars-tronçons : la CNIL tacle le ministère de l’Intérieur

T’inquiète pas pour l’Etat, de mémoire (et sauf à ce que ça ait changé entre temps), la CNIL n’a aucun pouvoir contraignant vis à vis de l’Etat...contrairement au pouvoir qu’elle a sur des sociétés privées.

Répondre à ce message
auteur
Motorman

le 13 décembre 2019 à 19:01

Radars-tronçons : la CNIL tacle le ministère de l’Intérieur

Je trouve très rassurant qu’un service de l’état contrôle un autre service de l’état, et se permet de dire quand ce service ne respecte pas la loi.
Ce qui me rassure moins, c’est la liberté qu’a pris le service de l’état contrôlé sur nos données personnelles, et sur le manque de sécurité de ces dernières.

Maintenant, reste à savoir ce que va faire le ministère de l’intérieur, s’asseoir sur l’avis de la cnit, ou agir pour se mettre en conformité avec la loi ? Rappelons que ce ministère a pour mission de contrôler que les citoyens respectent la...loi.

J’espère qu’ils suivront les directives de la cnil, sinon, il n’y a plus de raison pour que les citoyens respectent la loi, puis le contrôleur ne la respecte pas lui même.

Et au final, j’imagine une sanction financière à l’encontre du ministère, qui va payer au final ? Nos impôts !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 9 décembre 2019 à 18:32

Radars-tronçons : la CNIL tacle le ministère de l’Intérieur

A propos de radars, info de l’ association 40 millions d’automobilistes :

"Depuis plusieurs années, l’association "40 millions d’automobilistes" se bat activement contre la privatisation des voitures-radars, en raison des nombreuses dérives que peut représenter le fait de confier la gestion des radars embarqués à des sociétés privées.
Après avoir mené une grande action de mobilisation digitale qui a réunit 1,3 million d’usagers de la route et dont la révélation a été suivie par une équipe de l’émission Enquête Exclusive, l’association a mis un point d’orgue à son combat en déposant un recours devant le Conseil d’Etat.
Ce recours portait sur plusieurs points, mais le principal axe arguait que les services de police ne peuvent pas être sous-traités.
Mais le Conseil d’État ne l’a pas entendu de cette oreille et a confirmé la légalité de la mesure...."

Surveillons nos arrières !

Eric.

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 7 décembre 2019 à 17:26

Radars-tronçons : la CNIL tacle le ministère de l’Intérieur

Qui prendra la sanction ? La CNIL ?
Quelle type de sanction ?
Et qui ira la faire appliquer ? Le ministère de l’intérieur ? Ou une autre instance de l’état ?
C’est le chien qui se mord la queue ......

Répondre à ce message