Sujet

Anonyme
le 14 novembre à 09:52

Un radar pollution "éducatif" testé à Marseille

Du 11 au 16 novembre, un radar spécialisé mesure les émissions polluantes des voitures roulant sur un boulevard marseillais. Pour l’instant simple outil dit “éducatif”, ce genre de radar servira-t-il un jour à des opérations répressives ?

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Anonyme

le 20 novembre à 19:23

Un radar pollution "éducatif" testé à Marseille

Ce radar devrait mesurer le taux de pollution des bateaux à quai...........

Répondre à ce message
auteur
FRED

le 16 novembre à 09:31

Un radar pollution "éducatif" testé à Marseille

tu as raison Nikopol. Sauf que tous ces éléments dont tu parles, la France n’y peut rien. Il est fort probable que les 100 usines en question ne sont pas en France, et que les cargos et paquebots que tu cites naviguent sous un pavillon de complaisance. Et pour les pays en question qui accueillent ces usines et bateaux, ce n’est pas du tout leur intret de mettre un terme au dumping environnemental (et je passe sur le social et fiscal) dont ils font preuve, vu que leur économie repose là dessus. Et au passage, toute cette pollution qu’au final est "attribuée" à des pays en voie de développement, elle sert au final aux consommateurs occidentaux. Les mêmes qui seront les premiers à raler si leur fameux "pouvoir d’achat" diminue quand les prix augmentent

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 14 novembre à 17:19

Un radar pollution "éducatif" testé à Marseille

Bonjour, vous avez raison. J’ai écrit l’info sans rentrer dans trop de détails techniques pour éviter de surcharger la lecture.

Les éléments composant le radar sont disposés de chaque côté de la chaussée. D’un côté le laser, de l’autre le “récepteur”, un miroir. Le faisceau du laser passe à travers les “fumées” émises et va frapper le miroir la diffraction (d’après ce qu’on m’a expliqué) ; est ensuite mesurée pour déterminer les différentes particules émises. L’ensemble, installé au ras du sol, est un boîtier de la taille de deux boîtes à chaussures environ.

Au passage, pour que ce radar fonctionne, il faut que la chaussée soit mono-voie, légèrement en montée et que les véhicules roulent entre 50 et 60 km/h. Pour votre dernière question, je n’ai pas de réponse à vous fournir, mais elle mérite d’être creusée ; en attendant, vous trouverez peut-être plus d’infos sur le site de Rincent Air, qui met le radar en œuvre (https://www.rincent-air.fr/radar-pollution).

Répondre à ce message
auteur
Célia

le 14 novembre à 16:58

Un radar pollution "éducatif" testé à Marseille

"un laser mesure en temps réel les particules émises"
Bah désolée mais ça ne veut rien dire.
Un laser est un faisceau lumineux (laser veut dire light amplification by stimulated emission of radiation).
Bref, derrière, il y a forcément des capteurs, j’imagine que c’est un genre de mesures par spectrométrie ?
Question, qu’elle est la précision de ces mesures par rapport à des mesures obtenues par prélèvements et analyse ?

Répondre à ce message
auteur
max098765

le 14 novembre à 15:01

Un radar pollution "éducatif" testé à Marseille

Encore une manière d’emmerder le peuple.

Répondre à ce message
auteur
Nikopol

le 14 novembre à 11:23

Un radar pollution "éducatif" testé à Marseille

100 des plus grosses usines du monde ont été responsables de 76 % des émissions de gaz à effet de serre entre 1988 et 2016. Quinze (oui, 15) des plus gros navires commerciaux du monde polluent plus que l’ensemble du parc automobile mondial (utilisation de fioul lourd, grand générateur de dioxyde de soufre et de particules). Une compagnie de croisière qui fait naviguer 50 paquebots pollue autant que l’ensemble du parc automobile européen (fioul lourd). Un paquebot à quai (à quai, hein !) pollue autant qu’un million de voitures (fioul lourd, toujours). Un aller-retour Paris-New York en avion génère 2,5 tonnes de CO2 par passager. En France tout du moins, on continue à faire rouler des camions sur des centaines de kilomètres plutôt que de développer le ferroutage (la ligne de train de marchandises Perpignan-Rungis a même récemment été remplacée par des camions)…

Je ne dis pas qu’il n’y a pas des progrès à faire en termes de réduction des déplacements en véhicules individuels, mais, dites-moi, ce ne serait pas un peu l’arbre qui cache la forêt ?

Répondre à ce message