Sujet

David Anser
le 25 juin à 15:50

Kawasaki W800 Street : black is back

La Kawasaki W800 nous refait le coup du come-back. Après avoir – une nouvelle fois – tiré sa révérence en 2016, la plus british des motos japonaises revient. Si son bicylindre vertical à air reste fidèle à l’esprit britannique, sa robe – déconcertante de sobriété – nous éloigne des Swinging sixties. Quant à son prix, il rappelle l’inflation qui grignote la capitale anglaise.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Lonewolf

le 3 juillet à 21:27

Kawasaki W800 Street : black is back

Entièrement d’accord ! Les constructeurs (et artisans) ont bien compris qu’on ne gagne pas énormément d’argent seulement en faisant de grosses quantités. Des machines telles que celles-là sont extrêmement rémunératrices, et peu importe qu’il s’en vende peu, puisque les bonus de marges sont énormissimes.

Répondre à ce message
auteur
ludo51

le 1er juillet à 22:55

Kawasaki W800 Street : Black is back

Cette mode du néo-rétro démontre surtout que les constructeurs ne sont pas des philanthropes et sont là pour faire du chiffre... Et que la demande en néo-rétro est forte parce que la grande majorité de la clientèle actuelle est issue des "trente glorieuses" et rêve de nostalgie sans pour autant mettre les mains dans le cambouis (par ignorance ou par fainéantise).
Et donc , les constructeurs , au lieu d’investir à perte dans des heures d’étude et d’ingéniérie , se contentent de "suivre" le marché et de recycler à bon compte les pseudo fantasmes des quinquas/sexa en mal de jeunesse mais dont le compte en banque est assez bien garni...
Kawasaki fait quasiment un braquage avec son tromblon sympathique mais néanmoins complètement dépourvu de ses atours originaux comme l’a souligné l’article de Moto Mag (plus de chromes , finition bâclée , tout en noir mat et le tout pour encore bien plus cher).
Mais tant qu’il y aura des pigeons , il y aura des graines !

Répondre à ce message
auteur
Ternet

le 1er juillet à 19:04

Kawasaki W800 Street : Black is back

Cette mode du "Néo machin chose" ne fait que montrer la difficulté des constructeurs qui sont en manque d’inventions techniques à long terme.
A mon avis, c’est pas pour demain mais dès qu’il y aura sur le marché une nouvelle motorisation écolo-compatible et fiable ; les constructeurs vont de nouveau phosphorer et nous pondre des superbes machines que l’on imagine pas encore ( on sera un paquet à ne pas les voir ). En attendant, on pourrait rouler en anciennes, d’aujourd’hui ou d’hier, sauf si des idéalgoistes venaient, par simple égo, nous empêcher de vivre et de respirer.
Alain, pour la moto nucléaire propre (vaste programme ... )

Répondre à ce message
auteur
Nikopol

le 28 juin à 20:03

Kawasaki W800 Street : Black is back

Je ne suis pas sûr que ton analyse soit bonne, TomCat, et que le succès tout relatif de la Nine T explique le fait que certaines motos de type rétro se vendent si cher : avec 624 unités vendues en 2017 en France, la Nine T se place 43e des ventes de motos de plus de 125 cm3. À comparer à la meilleure vente, la Yamaha MT-07, et ses 5066 unités commercialisées. Et la mode des néo-rétros, c’est surtout à Triumph qu’on le doit, avec la new Bonneville dès 2001, avec une finition toujours en progrès (elle est actuellement parmi les meilleures du marché moto mondial). Quant à la W650, elle aussi initiatrice des néo-rétros, sa sortie date de 1999. Bref, je ne pense pas que ce soit BMW qui tire ce marché vers le haut en termes de prix.

Répondre à ce message
auteur
TomCAT

le 27 juin à 17:57

Kawasaki W800 Street : Black is back

Tous les constructeurs, y compris Triumph (surtout) et les Japonais (aussi), ont bien noté le succès de BMW avec ses néo-rétros hors de prix (Ninety et ses multiples dérivés). Alors évidemment tout le monde en fait autant. Pourquoi ne pas le faire puisque ça marche ?

La solution ? Facile : ne PAS acheter les modèles dont ni la technologie ni les matériaux ni les performances ne permettent de les qualifier de "premium" ! Chute des ventes et les constructeurs comprendront très très vite ... N’oublions pas que NOUS sommes le marché. Et que le marché a toujours raison !

Répondre à ce message
auteur
Nikopol

le 27 juin à 16:06

Kawasaki W800 Street : Black is back

En effet, plus de 10 000 euros pour la refonte d’une moto, basique, qui a été produite il y a vingt ans, c’est carrément délirant. Et en plus elle perd ses chromes et ses coloris bi-ton. Ceci dit, comme le note l’article, même en occasion, un W n’est pas donné. J’ai acheté en 2016 mon W 650 de 2000, qui cumulait 59 000 km, 3800 euros.

Mais c’est un achat que je ne regrette aucunement : super moto pour se balader sur le couple et sur les routes de ma campagne seine-et-marnaise. Et moi qui ne suis plus attiré par les performances (je roulais jadis en 750 GSX-R), celles du twin de 50 poneys me suffisent amplement et je trouve la partie-cycle tout-à-fait suffisante, si tant est qu’on garde en tête que ce n’est ni une sportive ni un roadster sportif.

Sans compter la sympathie qu’elle attire. Et comme sur la mienne il n’y a aucun signe distinctif (pas de logo Kawa ou W, juste de petits autocollants Ace Café en lieu et place de ceux-ci), on m’a demandé plusieurs fois si c’était une Triumph ou une BSA ! Quand je réponds que c’est une japonaise, les gens sont très étonnés.

Répondre à ce message
auteur
Lonewolf

le 27 juin à 10:04

Kawasaki W800 Street : Black is back

Ca n’arrête pas, depuis des années maintenant les constructeurs se foutent de nous dans des proportions inégalables !!! Les motos neuves à base de modèles déjà amortis, de lignes de production anciennes, de bidouillages "mode" sur des modèles déjà existants, c’est un vrai raz de marée ! Ils font uniquement payer l’effet de mode, et c’est carrément hors de prix.
Franchir la barre des 10.000 euros, tout ça pour avoir remplacé les chromes (chers) par un gros pot de peinture noire (pas cher). Le business de l’apparence a de beaux jours devant lui, comme les marges à deux chiffres, tant que les pigeons sont là...

Répondre à ce message
auteur
ber83

le 27 juin à 00:01

Kawasaki W800 Street : Black is back

Très chouette, et encore les anciennes étaient plus belles, d’accord avec vous, mais le prix est ’dingue’ tout comme une CB 1100 ES ou une Kawa 900 RS, les jap n’ont rien compris sur ce coup là. dommage car surement des bonnes motos pour les balades cool comme on peut les faire aujourd’hui, a 8000€ cette Kawa aurait été super, les nippons ou importateurs sont trop gourmands, quel prix aux US ??? surement mieux placé comme souvent. Même Triumph s’enflamme sur ses prix de vente maintenant quand on voit le prix de vente de ses scrambler 1200, magnifique mais hors de prix raisonnables . même mon conce le reconnait.

Répondre à ce message