Sujet

Axel
le 8 mars à 19:07

Essai BMW S 1000 RR : la fusée de Bavière (+vidéo)

Depuis 10 ans la BMW S 1000 RR impose sa performance et le pragmatisme de sa conception aux autres constructeurs européens. Évoluant par touches au fil des millésimes, cette dernière mouture rompt avec cette habitude. Moteur à technologie Shift Cam (détaillée ici sur la RT), nouvelle partie cycle, électronique de pointe avec suspensions actives, la S 1000 RR millésime 2019 fait peau neuve ! On vous embarque dans notre émission (avec des immersions en caméra embarquée) avec Guillaume et Axel pour l’essai (sous la pluie) de ce nouveau missile balistique sol-sol ! Et même si la pluie a faussé les débats, on a pu sentir le potentiel de l’engin…

 

Retrouvez ici tous nos essais BMW

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Lonewolf

le 15 mars à 08:12

Essai BMW S 1000 RR : la fusée de Bavière (+vidéo)

Dans le genre "essai fesses serrées", on est au top, là ! ;-) Avec ces conditions crado, c’est franchement pas un essai mais un petit roulage de découverte. Une machine de cet acabit ne peut valablement s’essayer que par temps sec et doux. Et encore la découverte est-elle assez limitée du fait de l’énorme potentiel de cette fusée sol/sol doublée d’une usine à gaz technologique. Machine clairement et exclusivement faite pour la compétition.
.
A propos, voilà une machine ultra-puissance au point d’être absolument inconduisible (et impilotable) sans la débauche d’assistances de toutes sortes (y compris sur le train AV, qui a au moins des informations sur la rotation de la roue et la suspension). Dans l’optique "racing" ça se comprend tout à fait, un peu comme les avions de chasse qui sont instables par nature.
.
Mais pour la route c’est carrément idiot ! Ultra-sophistiqué, ultra-cher, ultra-tout... Il faut d’un côté développer une motorisation ultra-perfectionné (avec une "boite à cames" en plus d’une boites de vitesses) et en parallèle fournir toute une flopée d’équipements et de capteurs pour que tout ça tienne sur la route. Franchement, ça fait une colossale masse de technologie, dont l’une "lutte" contre l’autre. Pour la route, il est plus rationnel de faire une moto avec un moteur plus "simple" qui offre des performances maitrisables d’emblée. Il faut qu’on arrête de rêver de ces machines dignes des Ferrari, Lamborghini ou Bugatti !!!

Répondre à ce message
auteur
Motorman

le 11 mars à 17:20

Essai BMW S1000RR : la fusée de Bavière (+vidéo)

On va arrêter de dire que la vidéo et sympa et top, parce que ça devient la règle (on va pas se plaindre), mais je le dis quand même, vous êtes meilleurs à chaque vidéo.

Question à Axel. Toutes ces assistances, c’est super, mais quid des situations de roulage où tu n’accélères pas (phase neutre) ou que tu es au frein moteur sans rétrograder ? Là, elles n’interviennent pas (en dehors de l’anti-drible), sauf erreur ?

Quid aussi pour l’avant. Toutes les assistances moteur sont sur l’arrière, mais si tu perds l’avant (sans freiner) parce que tu arrives trop fort, là aussi, les assistances ne font rien.

Tout ça pour dire que c’est bien beau de sortir comme une balle d’un virage, si tu arrives en sur-vitesse au suivant et que tu n’es pas capable de le prendre car tu n’en ’as pas les capacités.

Pour moi, si tu n’as pas conscience de tes propres limites, ces assistances représentent un danger plus grand que de pas en avoir. En outre, quid des assistances avec une moto usée (ou simplement, ses pneus) ?

Répondre à ce message