Sujet

Antonin
le 18 août 2015 à 12:25

Erik Buell Racing sauvé de la faillite par un groupe indien et un américain

Erik Buell Racing avait déposé le bilan en avril dernier. Le groupe indien Hero MotoCorp et l’américain Belfer Group ont injecté des fonds qui permettent de sauver l’usine.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
FPW46

le 29 octobre 2015 à 12:54

Erik Buell Racing sauvé de la faillite par un groupe indien et un américain

Jicé60,

Autant je regrette que la moto soit quasiment morte en France sur le plan de la construction locale et les licenciements de chez Voxan, autant avec le recul dans le temps qui est le mien après 45 ans de permis A, je comprends pourquoi on s’est toujours cassé la gueule dans ce pays depuis le renouveau de la moto à la fin des années 60...

Motobécane : des "japonaises pommes-frites" moins bien équipées et plus chères que leurs modèles (125 sans graissage séparé et 350 tricylindres 2t copié sur les Kawa qui, elles, remportaient des victoires en GP !

B.F.G. : superbe concept utilisant une motorisation automobile super fiable dans une gamme de cylindrée où la France excellait depuis des années (en automobile s’entend)... Hélas, au niveau esthétique... Bref, une bécane d’ingénieur comme les Citroën furent longtemps des voitures d’ingénieurs - formidables techniquement - mais pas attirantes pour un sou sur le plan esthétique... Simple défaut pour l’automobiliste dont certains recherchent uniquement la technicité et le coté pratique mais rédhibitoire en moto où le côté "affect" est très puissant dans les motivations d’achat... (Sans compter les bâtons dans les roues de ce jeune constructeur qui devait pas mal déplaire à certains, jaloux de leur quasi-exclusivité sur les marchés administratifs.).

Voxan : même erreur que Motobécane avec un concept "italienne pommes-frites" (suivez mon regard) donc une sorte de copie et une attaque sur le segment de marché sans doute le plus porteur (sportives et roadsters sportifs) mais aussi le plus encombré, sans compter comme handicaps supplémentaire, l’absence d’un réseau de concessions correct et les nombreuses annonces non suivies d’effets sauf avec un fort retard...

Si j’avais les sous et les connaissances pour essayer de relancer une moto "made in France" je viserais plutôt un marché de "grosse niche" comme par exemple celui d’une vraie routière pas trop lourde mais bien carénée contre les intempéries et aussi simple que possible avec un "droit d’inventaire sérieux sur l’innovation technologique en écartant tout gadget inutiles mais aussi les solutions chères non indispensables dans l’enveloppe de performance prévue (comme par exemple un cadre tubulaire classique et ni périphérique extrudé, ni treillis complexe, utiles seulement à des allures que ne chercheraient pas à atteindre cette bécane) pour abaisser au maximum le prix de vente... Et je surferais sur la style rétro pour la rendre attirante... Je dis bien routière et pas "autoroutière" la façon des monstres actuelles de la catégorie GT (monstres en poids en gadgets et en prix)... Bref une moto française non seulement de provenance mais de caractère...

F.P.W.

Répondre à ce message
auteur
Jicé60

le 29 octobre 2015 à 11:30

Erik Buell Racing sauvé de la faillite par un groupe indien et un américain

Et en France, personne n’a levé le petit doigt pour sauver Voxan !
Certains en ont même profité pour se carapater comme des malpropres ( Dassault )...
Pauvre France !!! :o(

Répondre à ce message