Sujet

Jeff
le 12 janvier 1998 à 00:00

Triumph 1200 Trophy

La 1200 Trophy s’insère dans la catégorie des GT à l’Européenne, très disputée par les productions d’outre-Rhin. Elle apporte un caractère poigne de fer sous un gant de velours représentatif de l’esprit British. Sur route, elle fait vite l’unanimité. Sa surcote d’occasion n’a rien à envier à ses concurrentes teutonnes, aussi doit elle être choisie avec rigueur.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Anonyme

le 28 mars 2012 à 05:45

1200 Trophy

En juillet 2007 quelques jours avant l’obtention de mon permis moto, à 53 ans, j’ai acheté ma belle anglaise d’occasion. Elle était de 2002 et n’avait que 7 200 Km.Après en avoir parcouru 45 000, je l’ai malheureusement cassée dans un accident de la route en mars 2012. Je la regretterai toujours.

Puissante, du couple à tous les étages, fiable, d’entretien facile, confortable, elle offre une bonne protection grâce à son carénage efficace. L’ajout d’un graisseur de chaine m’a non seulement fait presque oublier la transmission secondaire mais à également contribué à rallonger la vie du kit complet. Son embonpoint est un peu gênant lorsqu’on veut la déplacer sans l’aide du moteur, mais sur la route c’est un vrai vélo, on l’emmène là où on veut et son rayon de braquage bien qu’important n’est plus un handicap lorsque qu’on à appris à bien manier cette machine.

Les rétroviseurs vous dispensent presque (je dis bien presque) du coup d’œil vers l’arrière lors d’un changement de direction. La bagagerie permet d’emporter tout ce qu’il faut pour de longs voyages seul ou à deux. Avec son éclairage large et puissant la conduite de nuit est aisée.
Ne voyant pas ce que je pourrais racheter d’autre pour remplacer ma belle, je viens d’en acquérir une autre de 2003. J’espère que cette Trophy me fera oublier rapidement les bons moments passés avec sa devancière.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 29 mars 2007 à 23:08

1200 Trophy

super becane confort ok tenue de route si si on peut faire toucher les repose pieds puissance ok. se mefier du top case il destabilise a 110 et plus. penser a graisser les roulements du bras oscilliant. la vidange de fourche vous reconcilie avec la route. la mienne a les options complete de triumph annee 99. a deux ou en solo on peut enrouler ou attaquer a chaque fois c est le bonheur. se que j aime sur la trophy clefs vroum 300 bornes plus loin arret essence et madame me sourit toujours y pas les gt renforce les couples v et prudence

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 25 janvier 2007 à 22:58

1200 Trophy

Pour faire vite : La Trophy 4 demande, ou un budget, ou le goût de la mécanique. Il semble n’exister (en France) qu’un manuel d’atelier, très cher. Les professionnels le possèdent et la pratique scandaleuse de certains (exemples à la demande !) incite fortement à investir dans son acquisition. Ceci dit : Enlever 5mm de hauteur à l’avant me paraît être une question de feeling. J’ai essayé, puis remis la hauteur d’origine. Une self-made, et facile, vidange de la fourche avant m’a donné plus de satisfactions surtout hors autoroutes. Le faisceau électrique demande de l’attention, surtout sous l’arrière mal protégé des remontées (garde boue additionnel genre BMW serait bienvenu). J’ai retaillé un bidon de 20 L de fuel domestique : ça le fait. Modèle 96, mon carénage me paraît presque douillet. En hiver : supression des mousses d’étanchéité des cotés des cylindres et obturation des évents bas. La rapidité d’usure du pneu avant est notable et la moto est très sensible aux raccords longitudinaux de revêtement routier. A 61 000 km, et sans torturer sa chaine secondaire, elle prend encore du plaisir à vérifier sa capacité à mettre la plupart des motos de sa catégorie dans ses rétroviseurs. A 59 ans, dont 35 ans de permis moto, on se fait plaisir comme on peut.

Répondre à ce message