Sujet

François
le 3 juin 2014 à 18:17

Essai Yamaha SR 400 : mono-école

Le gromono a marqué les esprits dans les années 80. Il nous revient 35 ans après, en 400 cm3. Une moto charmante, dans l’air du temps, mais qui a perdu en caractère.

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Anonyme

le 8 août 2016 à 22:20

Yamaha SR 400 : mono-école

J’ai achete cet hiver ce 400 sr neuf .Je dois dire qu’on ne doit pas être nombreux à avoir fait ce choix....à 6 000le bout.
Je ne me retrouve pas dans toutes les remarques ci-dessus. Je trouve même que
le mono marche tres bien(c’est pas du tout
un poumon....). J’ai monté un pot bien +leger et qui permets d’entendre la musique du thumper. Quand je veux autre chose je prends mon 900 Ducat à carbus mais je suis super heureux avec mon SR.
Comme prévu ils ont arrête l’importation...
Youpiiiiii !

Répondre à ce message
auteur
Freddy

le 29 octobre 2015 à 16:31

Yamaha SR 400 : mono-école

V à tous,
Je souhaiterais reprendre ce fil un peu oublié. Les premières réactions, à chaud, datent en effet de l’époque de l’annonce de la réimportation de la SR400 en France, après des années d’arrêt.
À moins qu’il existe par ailleurs un fil consacré aux heureux utilisateurs de cette SR400 version 2014 (en France, mais 2010 au Japon - c’est à dire avec l’injection), ce pourrait être ici l’occasion d’échanger.
Si le lieu est propice, je pourrai même faire une petite revue de ma bécane dont je suis réellement très heureux.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 3 avril 2015 à 10:27

Yamaha SR 400 : mono-école

Bonjour à tous, ma belle sr 400 toute rouillée ! Je ne lâche pas... De plus, que chez Yamaha, ils se moquent des délais de réponse ! Le légal est à 8 jours, pour eux c’est 3 à 4 semaines ! Et on te raccroche au nez. Pfff. Ils se placent d’eux même hors loi. Je vois ce midi un ami expert qui m’a confirmé que c’est le qualité de la moto qui est en cause, et non l’entretien, et donc on poursuit la procédure. Je pense même à l’émission de la radio RTL. A bientôt.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 31 mars 2015 à 17:06

Yamaha SR 400 : mono-école

Bonjour à tous,
Cette belle moto, elle rouille de partout !
Cadre, sabot, phare, tour de feux, gardes boue, ect...
La mienne a 8 mois et 2000 km, je roule sur petits parcours presque tous les jours.
Chez Yamaha, c’est un mauvais entretien le responsable, pour le concessionnaire et un expert non !
C’est ma 3éme yamaha achetée neuve en 4 ans, très sympa la considération pour les clients.
Mais je reste attaché à la marque, mais Yamaha France abuse !

Répondre à ce message
Documents joints :

auteur
Anonyme

le 10 juin 2014 à 20:05

Yamaha SR 400 : mono-école

oulala ! Vous aviez un site génial, et vous en avez fait une daube !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 6 juin 2014 à 23:04

Yamaha SR 400 : mono-école

reponse a donzenac du 4 juin j’ai possedé un 600 xt avec kik en1985 qui me faisait souçi a certaine temperature a chaud pour demarer .solution gaz leger sans pomper un coup de kik ferme et ça part .je roulle aujourd’hui en 750 super tenere de 1990 trop top .salut .

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 6 juin 2014 à 21:44

Yamaha SR 400 : mono-école

"Ainsi mon SR 400 ne démarre plus à chaud, passée une certaine température ambiante",

à tester : provoquer la panne, emmailloter le carbu d’un chiffon mouillé préalablement placé dans le congélateur, attendre 2-3 minutes que la t° de la pipe et du carbu baisse, si ça redémarre bien : il faudra poser un bouclier thermique à l’avant du carbu.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 6 juin 2014 à 19:13

Yamaha SR 400 : mono-école

vous me faites marrer avec vos carbus. Tant qu’a faire exiger les vis platinées, les freins à tambour.
Faut vivre avec son temps.
cette sr doit ètre prise pour ce qu’elle est un revival économique (sauf prix) pour la ville ou les petites routes.
Il y a 35 ans avec p’tit mono 250 (env 20cv) je prenais mon pied. J’ai traversé la France par les routes jaunes.
ALORS qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.
la yam comme la royal ou la mash 250 vont satisfaire bien des gens et c’est tant mieux.
Ne ménageons pas notre plaisir la production actuelle est vraiment pléthorique.
a chacun d’y trouver son bonheur.
J’ai été acquéreur d’une mt 09 , pourtant réputée , et ça ne l’a pas fait. Aucun plaisir, c’était une erreur (je ne remets pas en cause la qualité de la mt 09) je suis revenu au bi et THE PANARD.
CHACUN SON PLAISIR

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 5 juin 2014 à 18:00

Yamaha SR 400 : mono-école

bah je sais pas, j’ai jamais eu de panne d’injection. Par contre, le carbu qui merde quand il fait froid ou qu’il pleut, oui. Donc le choix est vite fait.
Les joies de l’alea mecanique ? C’est marrant, quand ton frigo, ton ordi ou ta chaudire tombe en panne, c’est une emmerde, mais quand c’est la moto, c’est une joie. Moi la joie, c’est de rouler, pas de rester en carafe.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 5 juin 2014 à 17:16

Yamaha SR 400 : mono-école

J’ai brièvement* possédé un 500 SR 1992 : un poumon !!!
Le berlingot poussait gentiment jusqu’à 80 km/h, et après plus rien du mou de veau. Un Briggs et Stratton de bétonnière aurait fait mieux ! ;o)
Alors, en 400cc + injection et le catalyseur, je n’imagine même pas la poussée solexienne du bidule.
Encore une brêle étudiée pour le bobo qui va chercher la baguette et les croissants en mocassins à glands les Dimanches de beau temps... ;o)
Je m’étonne que par radinisme Yam’ n’ai pas ajouté un démarreur pour épargner les grôles minables du père Lequesnois : ! ;o)

* heureusement grâce à " Mec à Twin ", et là ’aut’naz dont j’oublie le nom en Alsace, çà se revends comme des petits pains à une fête de charité ces machins japys aux OGM d’eunuque !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 5 juin 2014 à 14:34

Yamaha SR 400 : mono-école

En fait les sensations ne doivent pas être supérieures à mon vieux CB 250 de 1976 (Ex Armée) acheté 900 euros. Il envoie 27 bourrins sur le goudron avec 165 kg. Oui je sais, c’est un bicylindre, mais du coup, je le garde !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 5 juin 2014 à 11:57

Yamaha SR 400 : mono-école

Les motos modernes bourrées d’électronique tombent en panne aussi et c’est bien plus compliqué à réparer sur le bord de la route.

Mais, les jeunes motards ne connaissent pas ces joies de l’aléa mécanique. Ils appellent leur assistance qui les ramènent chez eux.

@ la rédac : Cette meule n’est pas dotée d’un simple cadre poutre mais d’un cadre simple poutre. Nuance ;)

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 5 juin 2014 à 10:06

Yamaha SR 400 : mono-école

toi tu veux avoir des machines qui tombent en panne et qu’on peut dépanner sur le bord de la route. Moi je préfère avoir des machines qui ne tombent pas en panne. Chacun son trip.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 5 juin 2014 à 10:04

Yamaha SR 400 : mono-école

l’injection, ils n’ont pas vraiment le choix, ce n’est pas yamaha qui décide des normes antipollution.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 5 juin 2014 à 08:12

Yamaha SR 400 : mono-école

Mon mari a eu la 500 SR dans sa jeunesse et moi une 500XT pendant 20 ans revendue pour cause d’insécurité avec les enfants derrière.
Ok la 500 SR est une moto mythique mais pourquoi Yamaha ne ressort pas la 500XT même moulin ? J ’en rêve et je ne dois pas être la seule ?
J attends ....

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 4 juin 2014 à 23:07

Yamaha SR 400 : mono-école

J’aurais préféré une consession visble au frein arrière en mettant un disque, plutôt qu’une consession, certes discrète, comme l’injection. ..
De plus, compte tenu des faibles performances, je pense qu’il y avait moyen de garder un carbu, ou éventuellement une injection mécanique pourquoi pas....
Au lieu de ça, cette foutue électronique s’est installée dans une bécane des années 80. Et on n’est même pas sûr de la fiabilité...
Et on aurait pu pousser la puissance au niveau de sa grande soeur, la 500, qu était si j’ai bonne mémoire de 33 ch....

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 4 juin 2014 à 22:47

Yamaha SR 400 : mono-école

Pour la mécanique , je n’en suis pas sûr. Concernant les finitions (je pense notamment à l’arborescence électrique) c’est probable. Pour le reste, et notamment le tempérament, j’ai le sentiment que l’anglo indienne fait mieux.
J’ai eu un SR 500, superbe, faiblement kilométre et sottement vendu. Il me reste un SR 400 de 1981 (22.000 km d’origine) qui partage mon garage avec une SRX 600 (1987, 30.000 km). Je pense avoir apprivoisé tous les sortilèges... et toutes les limites des gros monos Yamaha.
Aguicheurs, irremplaçables pour traverser la Brenne, la Corrèze ou les Cévennes sur un éternel et élastique coup de piston.Mais bien plus capricieux qu’on ne le pense, à la mise en route, notamment. Ainsi mon SR 400 ne démarre plus à chaud, passée une certaine température ambiante.Et sa grande soeur, la SRX, reste muette tant qu’elle est tiède. Il faut ruser à froid, mais elle finit par donner de la voix.Elle consent à repartir à chaud, mais rien entre les deux.
Membre d’un club d’anciennes où je côtoie de vrais professionnels, j’ai cherché une solution durable, en vain. Le réseau Yamaha lui même que j’ai bien entendu consulté, reconnaît des variations d’humeur chez ces brêlons.Je crois en réalité que pour les versions antérieures à l’injection,le carbu, ses joints et ses membranes vieillissaient mal. Au delà de trente ans, on imagine les dégâts !
Bref, tout me pousserait à les vendre (leur cote reste très élevée) or je les conserve.L’une pour son côté "petit tracteur infatigable", une fois lancé, l’autre pour sa diabolique agilité (160 kg, 50 CV). Ce sont des sorcières, je crois.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 4 juin 2014 à 22:40

Yamaha SR 400 : mono-école

JE n’acheterai pas cet engin car je veux avoir des machines dépannables... donc avec un carburateur, un vrai ! et non une usine à gaz électronique,imposé par les abrutis de réglementeurs et autres pseudo gourous de l’écologie qui n’ont pas un sou de bon sens et nos abreuvent de "développement durable" en organisant la vente d’objets qu’ils faut jeter de plus en plus rapidement.... Etrange non ?
Ouvrons les yeux : tout cela n’est fait que pour permettre aux fabricants de vendre toujours plus et plus cher en consommant de plus en plus de matières premières ce qui n’a rien de durable !
Et c’est comme les limitations de vitesse ; à force de bourrage de crane, de plus en plus de gens finissent par y croire...
Le principe de la ’propagande’ initiée par les régimes totalitaires a été repris ’en douceur’ par l’oligarchie internationale ... et nos politicards qui s’enrichissent en nous empoisonnant la vie pour ’notre bien’.
Dommage ; l’automobile, la moto ont été de beaux rêves avant 1974 !
Je recommande la lecture des chroniques de M. Dessemond sur le site defensepermis.com ; fort bien ecrit en plus !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 4 juin 2014 à 18:48

Yamaha SR 400 : mono-école

+10 CV ?!
Autrefois elle affichait 27 ch DIN, il n-y’a-pas de raison que tu obtiennes beaucoup mieux aujourd’hui.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 4 juin 2014 à 18:43

Yamaha SR 400 : mono-école

Dommage que par rapport aux XT et SR d’autrefois Yamaha ait vieilli artificiellement le tableau de bord avec des chiffres radiaux sur les 2 compteurs, les anciens étaient plus lisibles.
(comme Kawasaki quand ils sont passés de la 650W à la 800, hasard ?)
Heureusement que son Honda n’a pas encore cédé à cette mode sur la CB1100...

Répondre à ce message