Sujet

Nicolas
le 26 mars 2014 à 16:44

Radars embarqués : premier bilan effrayant

Le système était présumé redoutable, et cela se vérifie dans les chiffres. Selon Lefigaro.fr, les radars embarqués dans des véhicules de police banalisés ont « flashé » 300.000 conducteurs depuis mars 2013…

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Anonyme

le 2 avril 2014 à 11:58

Radars embarqués : premier bilan effrayant

Le jour ou arreter vrais délinquants et cambrioleurs rapportera de l’argent on pourra prévoir une baisse de la délinquance de 100 % a peu pres .

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 2 avril 2014 à 11:56

Radars embarqués : premier bilan effrayant

Bien d’accord avec l’ensemble des choses qui sont dites plus haut a savoir que la démocratie dont les médias se gargarisent a tout bout de champ est un leurre et un trompe l’oeuil , l’ensemble de la réglementation qui régit notre quotidien est bien le fait d’ordonnances et d’arrétés qui sont le fruit d’une administration indéboulonnable sur laquelle les politiques n’ont que peu d’emprise .

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 2 avril 2014 à 09:11

Radars embarqués : premier bilan effrayant

pense ce que tu veux, moi je dis que c’est le politique qui a tous les pouvoirs.
et c’est bien pour cela que la FFMC a tiré sur Sarkozy. et que la FFMC est présente au CNSR.
et qu’elle recommance en hurlant après Hollande en manifestant les 12 et 13 avril
Sinon la FFMC appelerai uniquement à manifester devant le ministère...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 1er avril 2014 à 18:59

Radars embarqués : premier bilan effrayant

Ah, la DSCR, tout un poème.
Qui démontre que tu as tort.
Le premier DSCR rapportait directement au premier ministre. De nombreuses décisions se prenaient à l’époque entre 4 zyeux. Aujourd’hui, on met les formes, mais le fond est le même.
Pour les exemples que tu cites, la vitesse, c’est la même chose. Les politiques aujourd’hui, ne font qu’embrayer sur la même antienne, rabattue depuis des années par les "experts" de l’administration.
Bref, l’élu de base ne fait que suivre l’air du temps - en l’occurence, répression anti-vitesse.
On ne peut pas, comme tu le fais, dire qui "commande". La réalité est plus nuancée. Il y a une force de proposition et d’expertise, qui est l’administration et il y a des politiques, qui, pressés de signer un truc, pour diverses raisons, font un choix entre ce qu’on leur propose.
L’éthylotest et le brassard ont été proposés par l’administration. Et pour le brassard, je peux même te dire que c’est bien la DSCR qui en est strictement à l’origine, car elle souhaitait, par ce biais, rendre de fait le blouson obligatoire.
Lors de la suppression de l’obligation, le ministre n’a fait que signer un arrêté pour rapporter la mesure, vu le niveau de protestation ambiant.
Le jour où un ministre aura une idée géniale, bien à lui, en matière de sécurité routière, tu me feras signe...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 1er avril 2014 à 17:57

Radars embarqués : premier bilan effrayant

tsss, tsss, ouvre les yeux. c’est les politiques qui commandent, pas les technocrates.si c’était pas le cas, pourquoi l’éthylo et le brassard ont été abrogés ?
tu crois que c’est les technocrates de la DSCR qui ont demandé à Delanoé de modifier le code de la route pour faire baisser la vitesse du périf ?
Bertrand, il est assez intelligent pour comprendre qu’il a besoin des voix des écolos pour passer, et ca a bien marché pour Hidalgo.
Delanoë, il a appelé son pote François, qui en parlé a Ayrault, qui a dit à Vals de demander à la DSCR de changer le code de la route. et picétout.
pourquoi penser que les politiques sont des cons qui ne comprennent rien. La politique de Sr, la création de la DSCR, on la doit a Chaban Delmas et à Chirac. Pas à des Disr.
mais bon, pense ce que tu veux, si ca te fait plaisir et si ca te permet de raler contre lapluie qui tombe.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 1er avril 2014 à 14:59

Radars embarqués : premier bilan effrayant

"La politique de la SR, elle est faite par le gouvernement et son conseil interministériel de SR"

Parce que tu crois que c’est les ministres qui en se rasant le matin ont l’idée géniale qu’ils vont pouvoir proposer aux Français ?
Tssss, tssss, ouvre les yeux. Les propositions, elles viennent de l’administration (ou des organes qu’elles noyautent, comme le CNSR) et c’est normal, en un sens, car c’est ce qui permet d’assurer la continuité de l’Etat. C’est aussi pour ça que d’un gouvernement à l’autre, de nombreuses réformes survivent car elles sont proposées par des technocrates haut-fonctionnaires, qui ont souvent fait, d’ailleurs les mêmes écoles que les politiques élus !
Il n’y a que lorsque les politiques ont été élus sur la base de promesses écrites de campagnes qu’il y a un (semblant d’) engagement pour l’administration, qui ne peut pas proposer l’inverse du programme présidentiel.
Mais comme il n’y a jamais eu aucune promesse d’aucune sorte sur la sécurité routière dans un programme présidentiel, c’est donc l’administration qui garde le main.
Et quand en plus, la question est plus ou moins gérée au niveau européen, inutile de dire que la marge de manoeuvre du petit politicard français est réduite à un niveau voisin de zéro. Il fait semblant de décider, mais c’est du pipeau. Exemple récent : l’objectif de 2000 morts à l’horizon 2020. Ca a été fixé par la commission européenne ! Autre exemple, l’abolition de la loi des 100 ch... Imposé par la commission européenne au titre de la libre circulation des biens...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 1er avril 2014 à 09:29

Radars embarqués : premier bilan effrayant

du grand, mais alors du grand n’importe quoi. La politique de la SR, elle est faite par le gouvernement et son conseil interministériel de SR. Le personnel de l’administration est aux ordres et fait ce qu’on lui dit de faire. L’abrogation des mesures ethylo et brassard dès l’arrivée de Hollande en sont la preuve.
Mais bon, on dirait que ca plait à certains de pouvoir se lamenter sans cesse sur les fonctionnaires qui ne changent pas !
si ca vous amuse de continuer à croire que ce sont les technocrates qui commandent, continuez, mais vous faites fausse route lol

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 31 mars 2014 à 20:55

Radars embarqués : premier bilan effrayant

Deux bémols :

1. les FdO ne se contentent pas d’obeir aux ordres. Elles sont aussi force de propositions, elles sont partie prenantes du CNSR, et la sécurité routière "appartient" depuis quelques années à l’Intérieur. Par ex, aujourd’hui : les FdO aimeraient interdire les vitres teintées, et la discussion est ouverte au CNSR ; et plus grave, elles manigancent, au niveau européen, pour que les véhicules soient stoppables à distance... Les FdO, aujourd’hui, c’est moins Pinot simple flic que Think Tank BigBrother !

2. à l’inverse, le poids des sénateurs et des députés est très faible en ce qui concerne la sécurité routière ; dans ce domaine, c’est l’administration qui est à la manoeuvre et principale décisionnaire de toutes les saloperies qui s’abattent sur la couenne de l’automobiliste et du motard depuis 40 ans. Les assemblées interviennent surtout sur la partie sanction pénale, beaucoup moins sur les mesures "techniques" : la ceinture de sécurité obligatoire - simple arrêté ; le port du casque - simple arrêté ; le contrôle technique périodique - un décret ; le brassard fluo - un décret ; sans compter toutes les mesures impopulaires qui sont lancées par de simples "expérimentations" (radars automatiques, limitation des vitesses...)

Le code de la route est un monde à part et presque une aberration dans une société démocratique. Enormément de décisions qui ont un impact fort sur des dizaines de millions d’usagers de la route sont prises sans que les représentants du peuple aient pu exprimer le moindre avis !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 31 mars 2014 à 20:33

Radars embarqués : premier bilan effrayant

Erreur de cible : ni les forces de l’ordre , ni les juges ne sont responsables de l avènement, de l utilisation et ni des conséquences de cette armée de machines sans scrupules et sans état d ’âmes.
Les premiers répondent aux ordres n’ont pas de mot à dire , les seconds préféreraient avoir les moyens humains et financiers pour traquer et enfermer les délinquants et criminels qui nous pourrissent la vie quotidienne.........

Les principaux responsables de cela sont :
- les ayatollahs de la "sécurité ou prévention routière" pour l ’encouragement à la verbalisation de masse - voir les assos. qui fleurissent sous couverture de bon sentiment pour notre sécurité ...-
- nos députés sénateurs élus par nous et qui ont voté les textes répressifs...
- nos gouvernements passés et présents qui ont choisi cette politique facile et très lucrative, et qui de plus laissent des sociétés privées gestionnaires du "business "
- le parlement européen qui impose à notre état des objectifs de morts sur la route - par contre il n’ a rien contre les décès par suicide, par maladie nosocomiale, ni contre les accidents domestiques (10000 morts chacun / an)

La sécurité routière est devenue une marchandise....mais le stock de fautifs s’épuise, il convient de le regonfler en baissant le curseur limite : 80 km/h sur la route et à fond depuis l’école jusque dans l’entreprise..........stress , burn out, mort au travail .pas grave !
Avant on râlait face à l’agent qui verbalisait bien au dessus de la limite...on est arrivé au jour où l’ on pleure amèrement de ne plus pouvoir discuter face aux machines.............
Il faudra un jour poser la vraie question : jusqu’où nos énarques vont brimer notre liberté, en nous faisant croire que c’est pour notre sauvegarde.....
Les limites sont d’une évidente nécessité, encore faut il du discernement et de la mesure, si l ’on veut de l’ efficacité sur la durée...et non un rendement financier.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 30 mars 2014 à 18:03

Radars embarqués : premier bilan effrayant

Comme le disait récemment le petit Nicolas, nous avons la Stasi ! Sauf que cette graine de dictateur a oublié qu’il a contribué largement à cet état de fait du temps où il était ministre de l’intérieur ! Et le citoyen lambda le paie certainement plus cher que lui ! en effet, un président de la République, ou même un ex président, n’a pas besoin de son permis pour travailler... mais pour la grande majorité des travailleurs, c’est une condition pour travailler !
La police a aujourd’hui tous les attributs de Dieu lui-même ! Elle est invisible, elle peut te prendre en défaut sans que tu le saches, et un matin tu reçois un courrier disant que tu t’es très mal conduit.... D’ailleurs, visiblement Dieu n’a pas ce dernier pouvoir de punir comme ils le font.
Je pense que si la police utilisait des moyens plus corrects, elle gagnerait en respect, comme la police anglaise. Au leu de ça, la police française se cache, d’une part parce que plus personne ne la respecte en tant qu’institution, mais en plus, c’est pour mieux nous b...royer ! Les représentant de la loi utilisent des méthodes de voyous pour piéger les honnêtes gens, car il y a longtemps que les vrais voyous n’ont rien à faire des radars, vu qu’ils ont de fausses plaques avec des prêtes noms et qu’ils sont intouchables..
Il va sans dire que ce point enlevé pour des "excès" de moins de 10 km/h est une aberration. On a droit à tous les écarts de conduite (pas de cligno, pas de contrôle rétro, pas de distance de sécurité,etc... ) mais il ne faut surtout pas dépasser la vitesse imposée, même sur une 4 voie toute droite et déserte !
A force de l’avoir dans le ...tralala, on devra rouler à la vaseline !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 30 mars 2014 à 13:03

Radars embarqués : premier bilan effrayant

La France n’a plus rien à envier à l’ancienne URSS.
À quand la création d’un goulag du côté de Cayenne ?
TOUT est devenu répressif.
À force de donner des "droits" à tout le monde et d’oublier les "devoirs citoyens", le "système" se tend vers la répression tous azimuts.
Flashez flashez : il en restera toujours quelque chose... Notre fric !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 30 mars 2014 à 11:08

Radars embarqués : premier bilan effrayant

sauf que l’Etat n’a quasiment plus aucune route sous sa responsabilité. Ils ont gardé les recettes, et décentralisé les dépenses. C’est pas de la bonne gestion ça ?

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 29 mars 2014 à 20:25

Radars embarqués : premier bilan effrayant

faux ! 300 000 flashs par an divisés par 100 véhicules ça fait 3000 flashs par véhicule et par an ce qui fait bien 8.21 flashs par jour , et comme dit plus haut je doute fort qu’on soit au dessus du seuil de rentabilité avec ça , l’avenir nous le dira .

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 29 mars 2014 à 12:03

Radars embarqués : premier bilan effrayant

il me semble que les chiffres de la route sont bons mais ceux des cambriolages moins, nous prendraient ils de quoi embaucher de futurs afin de combattre les vrais délinquants ?

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 29 mars 2014 à 06:28

Radars embarqués : premier bilan effrayant

Ba ces super avec tout cette argents ils pourront commencer à investir sur le renouvellement des routes parce que sa commence à faire peur. ....

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 28 mars 2014 à 21:42

Radars embarqués : premier bilan effrayant

un petit téléchargement de l’appli qui va bien

"radar mobile mobile" ... ça peut aider !!

Bon courage car ça ne vas pas s’arranger ...............

phil

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 28 mars 2014 à 13:16

Radars embarqués : premier bilan effrayant

il y a un peu plus de 20ans quand on passait son permis de conduire moto, c’était ce que nous demandait l’inspecteur, rouler 20 km/h au-dessus des limitations et adopter une conduite sportive sous peine de ne pas l’avoir car trop "peureux", les temps on bien changé !!

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 28 mars 2014 à 10:41

Radars embarqués : premier bilan effrayant

La marge du compteur *, les pouvoirs publics, les juges s’en foutent.
Ca n’a rien à voir avec le sujet.
Le radar indique une vitesse (vitesse relevée).
Cette indication est entachée d’une erreur, ou d’une imprécision.
Cette imprécision est fixée réglementairement à un maximum de 10 % (ou 10 km/h en dessous de 100) - pour les radars mobiles mobiles. La seule certitude, c’est que les radars en fonctionnement doivent respecter cette erreur maximale tolérée.
Et pour que ce soit réglementairement inattaquable, pour que le jugement ne puisse être cassé, il faut impérativement appliquer cette marge d’erreur maximale à la vitesse lue sur le radar.
On lit 110, on retient 99. C’est cette vitesse qui fait foi.
Il est impossible de savoir quelle est la vitesse réelle, puisqu’on ne sait pas si le radar est très prècis (au km/h près), s’il surcompte de 7 km/h ou souscompte de 9...

* la marge du compteur : les constructeurs sont tenus d’étalonner leurs compteurs de façon que la vitesse réelle soit toujours inférieure à la réalité.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 28 mars 2014 à 10:27

Radars embarqués : premier bilan effrayant

avant d’affirmer ce genre de choses, tu devrais te renseigner sur le sujet. Les radars aussi ont une marge d’erreur.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 28 mars 2014 à 09:52

Radars embarqués : premier bilan effrayant

pas d’accord. le radar donne une vitesse réelle.
Ensuite, la marge d’erreur, c’est pour le conducteur. Et oui, lui son compteur n’est pas vérifié tous les ans.
Du coup, la justice n’est pas si aveugle que ça.
Le conducteur a droit à une marge, celle du compteur, celle de l’épaisseur de l’aiguille, et du coup on lui fait cadeau de quelques km/h...
sur le PV tu as vitesse relévée, et celle qui sera retenue.
histoire qu’il n’y ait pas de contestation possible devant le tribunal...

Répondre à ce message