Sujet

Fabien
le 10 mai 2011 à 19:03

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

La « Quinzaine du deux-roues en île de France » a commencé le 9 mai. Deux semaines consacrées à la prévention pour les motards. Mais avant d’en savoir plus sur leur sécurité ces derniers devront, semble-t-il, passer par la case Trésor Public…

Lire l'article
Tous les messages
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 22:10

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

Motard avec le permis moto passé en 1956,j’ai parcouru prés de 700 000 km à 2 roues (cyclo et moto), je n’ai eu que trés peu d’accidents(dont 1 seul assez grave avec fracture du tibia) et pratiquement aucun avec 100 % de torts.
Je suis absolument scandalisé par cette fausse politique sécuritaire qui privilégie l’intérêt économique avant tout. :
- Pratiquement aucune mesure vraiment préventive ni aucune amélioration de l’état des routes ou des obstacles dangereux.
- Toujours le code qui oblige de rouler par tous temps en codes allumés même par temps clair.
- Aucune mesure de baisse de la tévéa sur les équipements de sécurité.
- Aucune recommandation aux automobiliste de surveiller les angles morts et son rétroviseur.
- Plus aucune émission clip à la télévision de recommandations précises sur les grosses fautes à éviter.
Que dire du " ministre-maire,motard" actuel qui ne défend aucune mesure efficcace dans ce sens et dont les rues sont horriblement défoncées sur l’espace droit où nous roulons...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 16:19

Transformer nos problèmes en enjeu politique

Pour faire parler de leur cause il y a eu des candidatures à la présidence les plus farfelues, le parti pirate, le parti du sexe. Pourquoi pas un parti motard ? Je suis prêt à payer pour une partie des frais liés à cette déclaration de candidature (courriers aux élus, aux médias).

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 16:08

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

faut pas se leurrer, des brebis galeuses, il y en aura toujours.Mais on remarque quand meme que quand on sait jeter l’opprobre sur tout une catégorie de la population pour certains spécimens (motards, magrébins, etc), il y en a certains qui sont toujours protégés : politicards magouilleurs,flics véreux, banquiers escrocs...

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 15:35

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

C’est vrai qu’il y en a marre de se faire taper dessus en permanence, et montrer du doigt par tous les "bons" penseurs et média.

Mais de notre coté, faut avouer que nous (certains d’entre nous) cherchons le bâton pour se faire taper dessus.

Y a qu’a voir le comportement de certains qui frise au minimum le débile pour ne pas dire plus (tien, la dernière en date, un con (pas d’autre mot) en ZX10-R qui remontait le périf bien chargé en interfile (normal)......sur la roue arrière. Connard ! ).

Aussi, avant d’essayer de rallier un gouvernement (le plus motophobe que j’ai jamais connu, et je roule depuis 1975)à notre cause, il faudrait peut être commencer à éduquer dans nos rangs, à coup de tatane dans le cul s’il le faut.

Regardez les essais de la presse spécialisé (à part motomag), en couverture "300 km/h" (MJ 7 avril). Ou à l’intérieur page 28 (encore MJ, du 5 mai) 3 roadsters sur la roue arrière à la queue leu leu sur route ouverte, comme si ça servait à faire avancer le bouzin.

Et si vous cherchez des vidéos sur internet, alors là, c’est le bouquet, le coup d’épée dans le dos, comme si on en avait besoin.

Même la pub "motarde" s’y met. Regardez sur cette page (BM et Honda), de quoi on y parle, de performances, d’adrénaline... comme si la moto, ce n’était que ça.

En pleine période de répression, alors que nous sommes observés de près (que dis-je, auscultés plutôt) et que chaque "mauvais" comportement motard est montré du doigt, on dirait que c’est fait exprès.....

Et que dire du bruit que nous nous autorisons à faire (de quel droit ; par ce que "c’est mieux" ?), car là aussi, il y a de quoi dire.

J’ai été militant fédé à l’origine du mouvement, mais j’ai arrêté il y a des années (mais pas de manifester quand c’est nécessaire) de donner de mon temps, car j’ai vraiment l’impression que tout ce que nous faisons est détruit, systématiquement, par ceux là même que nous voulons défendre.....

Sincèrement, les mecs, grandissez !

Bien sur, mon mot d’humeur ne vise que ceux qui se sentiront visés, quitte à passer pour un vieux con (ce que je suis, effectivement) auprès d’eux.

En tout cas, je souhaite bien du courage aux militants de la FFMC, je vous tire mon chapeau, car ça doit pas être facile tous les jours de défendre notre cause.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 10:55

Transformer nos problèmes en enjeu politique

Nos politiques veulent tous que la mortalité baisse sur les routes parce que c’est vendeur. Ils ont des coupables tout désignés : les deux-roues. Nos problèmes ne sont pas un enjeu politique, ils sont habillés, retournés, falsifiés et deviennent une justification des mesures répressives mises en place et à venir, aussi débiles et incohérentes avec la réalité des choses soient-elles. Et tu voudrais leur enlever ça ? mais tu es un monstre d’égoïsme ! ^^

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 10:48

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

nan, ça c’était la préface ^^

bon, sérieux, je suis d’accord avec toi, ça arrive en province doucement mais sûrement et oui, à titre perso, perdre une journée de travail ne me chagrine pas plus que ça. Mais une grosse journée de manif (j’y étais en octobre) ou une opération plus light (j’étais là le 12 avril avec les 15 cars de flics^^), jusqu’à présent, je ne vois pas le bout de la queue d’un résultat.

En résumé, on se fait verbaliser à tout va et ça va empirer, les pouvoirs publics aident à dégrader davantage l’image du motard en les faisant passer pour de gros méchants, l’interfile risque d’être interdit, le contrôle technique va passer, les feux diurnes des voitures seront prochainement allumés, les plaques d’immatriculation vont ressembler à des panneaux publicitaires, etc...

je maintiens qu’il faut tenir une pression dans la durée et c’est là que je souligne le fait qu’il faut une cohésion sans faille... et c’est là que je doute sur les moyens, le nombre et lavolonté de tenir dans le temps...

vous pouvez frapper mais pas la tête siouplaît ^^

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 10:28

Transformer nos problèmes en enjeu politique

Alors ce que je vais dire est probablement assez naïf mais faisant le constat de l’incurie de nos politiques de tous bords et qu’ils se soucient plus de leur statut et de leur élection que de gérer les problèmes du pays, j’imagine que le seul moyen d’avoir un écho public et un soutien politique est de faire de nos problèmes un enjeu politique afin qu’un politicard quelconque s’en empare afin de se démarquer de ses petits copains (et après tout rêvons un peu, par souci du bien public).

Peut être pourrait on imaginer un argumentaire "orienté" qui fournirait un argument de campagne et de polémique tout bien ficelé qui permettrait à l’opposition de s’emparer du dossier et d’en faire un thème de campagne ?

Je ne dis pas que c’est simple, et je ne suis certainement pas le premier à y penser, mais ça me semble possible.

La matière est là sans problème, après c’est une question de carnet d’adresse et de formalisation.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 10:00

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

tu nous a ecris un vrai roman ! bon,je vais etre plus bref :

- concernant la repression, elle arrive aussi en province. Chez moi, les 1ers pv pour plaque non conforme sont arrivés l’an dernier, on n’avait jamais eu ça.

- sur le fait de perdre une journée de travail, sachant que chaque Français paye en moyenne 1 pv par an, ça serait vite rentabilisé se perdre une journée de boulot pour arreter de prendre des pv pour rien (sauf si on est grassement payé bien sur...)

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 09:50

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

Il m’est arrivé la meme chose en avril. Un motard m’a pris en chasse et soit disant je roulais trop vite entre les files. C’est une verbalisation au jugé du flic. 115 au lieu de 110.

Vive la sécurisation de mon porte monnaie !

Et apres je reçois des emails de la FFMC qui me propose de faire des rallys routiers avec ces memes personnes qui m’arretent pour un rien ! On marche sur la tete.

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 09:36

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

tout à fait d’accord. Reste qu’organiser cette pression relève de l’exploit :

- les motards sont en colère mais le nombre de ceux qui se bougent reste encore insuffisant, notamment parce que le gros de la répression se fait sur la région parisienne (je suis dans l’oise et sincèrement, on a encore une paix toute relative (le reste des persécutions à destination de tous les conducteurs de tous les engins à moteur existe comme partout). Les autres motards se sentent certes concernés mais de là à rater une journée de travail pour aller manifester, je pense qu’il manque la motivation (se faire aligner journalièrement comme à Paris) à un certains dont nous aurions pourtant bien besoin.

- les automobilistes en ont marre mais sont fatalistes et leur comportement relève du veau. Aucun de ceux avec qui je discute n’envisage une quelconque action concertée, moins encore avec les motards, ces voyous en cuir qui s’approprient la route et sont par définition infréquentables. Outre le fait qu’ils ne voient pas bien ce qu’on leur reproche. Je discutais hier avec un commercial : il roule toute la journée, le téléphone greffé à l’oreille et pas qu’en mains-libre. Pourtant, il reste persuadé qu’il est en même temps très attentif à la route même s’il avoue parfois louper une sortie.... dialogue de oufs !

- les conducteurs de scooters s’en battent les ailes (ici la population de scooters est majoritairement composée de mineurs). Ils pensent savoir conduire, à leur âge, ils sont immortels même si 100% de ceux que j’ai interrogés sont incapables de me donner la signification d’un panneau de priorité à droite. Les trois derniers que j’ai croisés : deux d’entre eux roulaient devant moi dans une petite agglomération, de front, largement espacés comme ça, le motard en 600 derrière eux (moi) ne pouvait pas les doubler et ça les faisait manifestement bien rigoler. La troisième, qui venait prendre son cours de code (^^), m’a coupé la route pour entrer sur le parking. Elle, elle laisse la priorité à droite sauf si elle tourne à gauche ^^. Je ne vous dis pas comment elle s’est fait pourrir juste avant de lui ré-expliquer, lentement et calmement les règles de priorité :-p

Bref, avant que tout ce petit monde là parvienne à une vraie concertation pour une vraie pression, il va y avoir du boulot.

Pourtant les idées ne manquent pas : une fois par semaine, de manière aléatoire (mais selon un calendrier précis), en allant et revenant du boulot, que les motards sacrifient une heure de sommeil et une heure le soir pour rouler sans faire le moindre interfile et prendre chacun une place dans tout paris, aux heures de pointe, ce qui devrait considérablement aggraver les bouchons. Plus délicat, que les motards prennent chacun une place de parking pour voiture, toujours un jour bien précis par semaine (voire moins, ça va coûter bonbon en ticket de parking). Ca aussi, ça devrait bien mettre le bazar. Si en plus, ça peut se faire dans des endroits stratégiques et chers à nos ministres et députés, en tout légalité bien sûr, ce serait un top. Bien sûr, je ne parle que de Paris. Je ne connais pas la situation dans les autres grandes villes. Je laisse ceux qui sont au courant en parler.

Que chaque motard écrive à son député une liste de questions précises quant à leurs intentions vis à vis des deux-roues -remontée interfile, plaque d’immatriculation, feux diurne allumés pour les voitures, contrôle technique pour les motos, etc...) qui pourraient être déterminées en concertation avec toutes les associations de motards (et scootéristes si ça les intéresse). Question qu’il faudrait ensuite envoyer à chaque candidat aux élections. Quelques centaines de milliers de courriers avec une obligation de répondre (pour les députés et intérêt, pour les candidats), ça devrait le faire, là aussi. Et bien sûr, en fonction de la réponse, on renvoie un courrier sinon ça ne serait pas drôle. Et s’il n’y a pas de réponse, trouver un moyen pour faire savoir que tel ou tel député ne répond pas quand on lui écrit....

Les grosses manifs, c’est bien. Mais pour l’instant, je ne vois pas de résultat. Parce que ça n’emmerde que les parisiens, pas le gouvernement. Mais puisqu’ils nous pourrissent la vie chaque jour qui passe, pourquoi ne pas leur rendre la pareil et effectuer un travail confinant au harcèlement, sur la longueur.

Sauf que ça demande l’investissement de tous ou presque... et ça, franchement, faudra me démontrer que c’est possible....

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 09:22

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

"La "prévention", une fois le pv en poche !!!!!!!"

c’est vrai que le message doit surement passer plus facilement..................... mais il me semblait que "prévenir", c’était AVANT......

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 05:59

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

"Les policiers étaient plutôt sympathiques" : ah bah quand on se fait enfiler avec le sourire,ça passe toujours mieux !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 11 mai 2011 à 05:58

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

c’est peut-etre pour ça qu’il faut faire pression AVANT les elections !

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 10 mai 2011 à 22:02

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

2012, ça ne changera rien quel que soit le candidat élu. Je n’en ai pas entendu un seul renier cette politique de répression où alors il ne l’aura pas dit bien fort :-(

Répondre à ce message
auteur
Anonyme

le 10 mai 2011 à 20:48

« Quinzaine du deux-roues » : un 1er témoignage de verbalisation ciblée motards

Je ne sais pas encore qui seront les candidats en 2012, mais je sais déjà pour qui je ne voterai pas...

Répondre à ce message