Sujet

Anonyme
le 8 juillet 2011 à 09:53

Triumph Bonneville T 120

En 2009, la Bonneville a fêté ses cinquante ans. Produite quasiment sans interruption durant trente ans (1959-1988), la plus célèbre des Triumph a connu bien des évolutions, notamment de sa partie-cycle. Excepté une augmentation de cylindrée de 650 à 750 cm3, le moteur est pratiquement resté le même... et c’est tant mieux, car c’est l’un des plus fameux qui soit.

Lire l'article
Tous les messages

Anonyme

le 10 mai 2011 à 12:18

Triumph Bonneville T 120

ça c’est profond comme commentaire !
On est motard quelle que soit la monture !

Répondre à ce message

Anonyme

le 9 mai 2011 à 08:36

Triumph Bonneville T 120

Pauvre garçon....

Répondre à ce message

Anonyme

le 8 mai 2011 à 22:36

Triumph Bonneville T 120

ces gens là .... ?? ... bizarres ? anormaux ? hors normes ? c’est une tare d’aimer les motos anciennes ? ( moi, j’aime bien les deux, anciennes et modernes )

Répondre à ce message

Anonyme

le 8 mai 2011 à 21:40

Triumph Bonneville T 120

Ah bon...Je savais pas que Moto-mag essayais aussi les vieilles pétoires de collectionneurs...Il me semble qu’il existe des revues spécialisées pour ces gens là...

Répondre à ce message

Anonyme

le 8 mai 2011 à 19:58

Triumph Bonneville T 120

Salut,

lors de cet essai, c’est la "sangle" en acier chromé qui passe au-dessus du réservoir pour aller se fixer à l’avant qui a cassé... et elle avait déjà été ressoudée ! Ce problème était récurrent sur ce modèle dont le cadre a double-berceau était trop rigide pour absorber les vibrations du twin. Par la suite, Triumph est revenu à un simple berceau dédoublé sous le moteur et d’autres systèmes de fixation du réservoir ont été élaborés.

Je garde un souvenir ému de cet essai, ce moteur étant un des plus jouissif que j’ai eu l’occasion d’essayer... et c’est vrai que c’est vraiment dommage que, malgré les progrès techniques d’aujourd’hui, on ne retrouve plus ce caractère inimitable des anglaises d’autrefois.

Répondre à ce message

Anonyme

le 8 mai 2011 à 19:13

Triumph Bonneville T 120

C’est triste de voir que Triumph a gardé le nom (et le look) de cette machine au caractère inimitable pour baptiser sa "Bonneville" moderne, qui est quant à elle totalement insipide...

Répondre à ce message

Anonyme

le 8 mai 2011 à 18:57

Triumph Bonneville T 120

le réservoir d’essence vient de rompre ses fixations à cause des vibrations


Ah, la fixation du réservoir ! Les deux vis de fixation sous l’avant du réservoir, non seulement avaient une forme spéciale pour inclure une espèce de bloc de caoutchouc devant faire office de silent-bloc, mais bien sûr, n’étaient pas au pas métrique. Je me souviens que j’en trouvais le prix élevé à l’époque ! Et j’en ai perdu plusieurs !
Mais il valait mieux les perdre que de trop serrer. Après les avoir bloquées, les vibrations ont fini par fissurer la tôle du réservoir (pourtant épaisse) au niveau des taraudages sur le fond du réservoir. Et je peux vous affirmer cette chose étonnante : l’essence qui tombe goutte à goutte sur les coudes d’échappement pourtant brûlants ne s’enflamme pas (heureusement !), ça fait juste "pchiitt... pchiitt"... l’essence s’évapore, mais ça fait vraiment peur, surtout près de la pompe à la station...
Cette bécane m’aura laissé (d’autres) souvenirs inoubliables, d’autres problèmes, mais je la vénérerai toujours !

Répondre à ce message