Sujet

Nicolas
le 2 mars 2006 à 15:02

Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Le maire de Paris se pose en nouvel allié politique de la FFMC sur le dossier des remontées de files par les motos. Il a appelé le prefet de Police de Paris à s’associer à l’expérimentation.

Lire l'article
Tous les messages

Anonyme

le 8 mars 2006 à 18:50

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Les élections commencent, je ne suis pas sure qu’apres ces élections le fait de rouler entre les voitures soit "légal".
Et peut être qu’avant de légaliser, il faudrait que tous les motards Franciliens (dont je fais parti) respectent les voitures.

Rouler à 100km dans les files ne me parait pas être une solution pour s’inserer....en tant que minorité.

Répondre à ce message

Anonyme

le 8 mars 2006 à 14:26

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

c’est un forum UMP/PS ? je croyais que c’était un site moto...la campagne a commencé...se chiffonner c’est le meilleur moyen de se faire tondre...y a quand meme des trucs qui devraient faire l’unanimité chez les motards sans souffrir de discussions "engagées"...le problème c’est le comportement de nombre d’entre nous qui avec leur "conduite" sont loin de nous donner raison sur de nombreux points...eh oui parfois on roule comme des "caisseux" faut l’admettre. Donc on est assez difficile à défendre en tant qu’ensemble et "communauté" (très à la mode) homogène, respectueuse....blah blah blah

Répondre à ce message

Anonyme

le 8 mars 2006 à 12:01

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Finalement ils sont sympathiques, ces petits forums de Motomag, qui est une partie intégrante de la fédération des motards en colère, FFMC, pour ceux qui en doutent.
Une colère citoyenne, raisonnée, mûre de plus de 20 ans de travaux désormais.
Les avis qu’on trouve ici, je parle de ceux qui dénigrent la fédé, Motomag a d’abord le cran de les éditer en ligne en temps réel sans la moindre censure.
Voilà quelque chose que l’on peut méditer, et apprécier, dans un pays où l’on parle de plus en plus fréquemment d’un climat de pression exercée sur des journaux, des médias, des éditeurs…
Continuez donc d’y donner vos avis.
Vous entendrez aussi celui de ceux qui vous écoutent…
Que ceux qui savent ce que c’est de donner de son temps pour une activité associative, bénévolement, et de s’engager dans un travail citoyen de longue haleine, le plus souvent face aux pouvoirs et aux décideurs, de droite comme de gauche, quand la colère est celle, nécessaire, de la défense des usagers et d’une citoyenneté en démocratie, comprennent…
Il y a dans ce qui se passe aujourd’hui, et bien au-delà du registre de la liberté de circuler à moto en sécurité et dans les respect des autres usagers, un épanouissement des consciences et de la citoyenneté, qui se produit en particulier sur des forums sur internet.
C’est là une chance de faire reculer la pensée unique, et de promouvoir la démocratie, alors que les intérêts financiers croient pouvoir réduire le champ des opinions à la dimension de l’abrutissement télévisuel.
La FFMC n’est pas sclérosée dans des querelles de clocher limitées à la question de ce qui se passe à Paris ou ailleurs, ou de ce qui motive ses prétendues élites à faire une supposée carrière politique : tout cela est du charabia, n’en déplaise à ses auteurs.
Il suffit de savoir que c’est un boulot énorme que celui de coordonner et de fédérer, bénévolement, absolument pas un honneur à conquérir, et plutôt un sacerdoce, pour comprendre que fustiger ses militants, à quelque niveau que ce soit, est idiot.
Et puis promenez vous sur les sites des antennes, et vous comprendrez… Celui de la FFMC44, par exemple, est édifiant de la somme de volonté citoyenne positive et constructive qui s’y investit.
Sur les dossiers qui avancent, en vérité, comme celui de la circulation urbaine, si personne ne détient la panacée, la FFMC a des propositions mûres de 20 ans de travaux, de réflexions, de formation et de perfectionnement à la conduite de milliers de motards dans son réseau de moto-écoles agréées, et elle maîtrise ses savoirs, qu’elle partage avec de nombreux partenaires, dans le cadre de ses activités auprès des gestionnaires de voiries, de ses démarches auprès des élus locaux et nationaux, sans oublier son engagement de bientôt un quart de siècle dans le domaine de l’assurance mutualiste, dont on connaît la réussite alors que son début était un pari fou, celui de l’assurance mutuelle des motards, aujourd’hui une référence incontournable et reconnue, membre du GEMA.
Que les pouvoirs publics reconnaissent ses propositions est plus qu’une victoire.
C’est une cohérence, dans un paysage démocratique où les démons qui nous font craindre les dérives d’une politique liberticide et d’un flicage exacerbé, ne doivent pas nous faire oublier que l’avenir nous appartient, et que notre pouvoir de citoyens libres, égaux, et dignes, ne s’use que si on ne s’en sert pas, ou si on le croit déjà inutile.
Dans ce contexte, la FFMC sait surmonter les critiques stériles, et fait preuve de maturité, y compris lorsqu’elle quitte le CNSR, faute d’y être écoutée.
Si désormais elle peut être entendue, je trouve cela encourageant.
A condition, bien sûr, que les gouvernants, de gauche comme de droite, ne se moquent pas des usagers qu’elle s’efforce de représenter dignement.
La FFMC ne fait pas d’amalgame politique. Elle est indépendante, statutairement, et fonctionne démocratiquement, sans faillir.
Et chose significative, ceux qui la fédèrent, en ayant été élus pour en baver, sans en tirer aucun avantage, travaillent sans se moquer de ceux qui les ont élus. Eux.
Ce n’est pas une utopie, et tant mieux si ça marche.
Il nous appartient, à nous les motards qu’elle représente, de nous montrer dignes de ses efforts, en nous comportant correctement, citoyennement, au sein du trafic et parmi les diverses catégories d’usagers qui partagent la route.
Il y a les motards qui ne roulent pas plus de trois années en moyenne, et puis les autres, les « roule toujours ».
Il y a désormais les « motomobilistes » urbains qui viennent à la 125 pour circuler plus aisément.
Ceux qui ont accru le parc moto considérablement en région parisienne sans que l’accidentologie moto n’augmente, ce qui prouve, en proportion, qu’elle a baissé, en relativité.
A nous de continuer d’être ce qu’il y a 20 ans on appelait les « chevaliers de la route » en parlant du code de solidarité motarde, et d’inspirer les autres catégories d’usagers à un partage citoyen de la route.
Merci à la FFMC d’y croire, et de réussir à être reconnue dans ses travaux et ses propositions, comme merci à toutes les autres associations et organismes représentatifs, présents dans les concertations avec les décideurs, de participer à cet effort commun d’exercice de la démocratie.
Philippe, « militant de base » de la Gironde, qui parcourt au quotidien 150 km par tous les temps en 125, en 250 ou en 750, « sans flash » et avec 12 points, pas d’accident responsable, mais surtout, pas de provocation inutile, ni d’impatience, et courtoisie dans le partage de la route.

Répondre à ce message

Anonyme

le 7 mars 2006 à 18:52

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Essayons de positiver... Que Delanoë pense aux élections ? mouais.., mais ce n’est pas parce que l’UMP fait la une avec la Panaf’ 2 ans avant la prochaine échéance qu’il faut y voir un ratissage électoral de la part du maire en place.
Après tout, il y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.
Pour les voies de bus, je rêve comme tout le monde de les prendre quand c’est kéblo, et les séparateurs sont une aberration.
Paris ne s’est pas fait en un jour, je garde l’espoir qu’un jour quelqu’un de sensé les fasse sauter. Et pour en revenir aux voies de bus, je crains que les barges qui nous poussent quand on remonte entre les deux files de gauche sur le périph’ ne les confondent avec le circuit Carole. Désolé les tarmods, mais il faut être lucide : certains casques (trop...) abritent le QI d’un oeuf dur..
Je n’ose imaginer un gosse qui traverse devant le bus duquel il vient de descendre pendant qu’un fou furieux depasse ce dernier en tapant un chrono !
Prouvons déjà qu’on est capable de respecter la charte évoquée, on y gagnera en crédibilité.

Répondre à ce message

Anonyme

le 6 mars 2006 à 11:56

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Didier : De quelle avancées parles-tu ???

Il n’y a là aucune avancée réelle, il s’agit juste d’un politique qui rebondi sur un fait de société afin de faire parlé de lui et s’attirer eventuellement un coefficient sympatie. Aucun acte réel et concret ne suivra cette déclaration...


La FFMC devrait peut-être se mettre au fait de ce que souhaite réellement les motards et non de ce qu’elle (ou plutôt ses "elites" en mal de reconnaissance politique ou n’ayant pas pu faire de carrière politique) souhaite.

Répondre à ce message

Anonyme

le 5 mars 2006 à 08:29

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Comme d’habitude la France est Paris... on observe une "grosse mobilisation", et surtout de gros echos dans la presse (motomag) quand on touche aux motards parisiens.

la FFMC devrait elle s’appeler FFMPC ? ou bien le siege de motomag au lieu de rester parisien devrait il devenir itinerant afin de s’ouvrir les yeux sur ce qui se passe de l’autre coté du perif (si si ça existe !)

Pour Delanoé , ne nous méprenont pas sur son super ratissage, s’il avait voulu prendre en compte les motards dans sa politique, il aurrais pu le faire depuis longtemps...

Répondre à ce message

Anonyme

le 4 mars 2006 à 22:24

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

OK, le message est reçu ! Delanoé est un politique qui cherche à être réélu. Donc son clientélisme n’est pas surprenant ! D’ailleurs, les différents posts montrent bien que personne n’est dupe ! Mais il faut également être positif. La FFMC a enfin réussi à faire valoir nos idées sur la remontée de file, et même si nous percevons bien l’aspect démagogique, apprécions cette avancée ! Etre critique ne signifie pas nécessairement jeter le bébé avec l’eau du bain même s’il nous faudra un jour (après les élections), rappeler ses positions à Delanoé !
Alors au lieu de gueuler systématiquement à chaque décision politique -bonne ou mauvaise-, essayons de soutenir la FFMC dans sa longue route auprès de nos édiles !
Notre crédibilité se joue aussi sur notre capacité à reconnaître les avancées positives.... elles sont tellement rares.
V+++ à tous.

Répondre à ce message

Anonyme

le 4 mars 2006 à 19:40

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

he bien sur vous y croyez, je trouve la ffmc bien naïve à moins qu’elle des parts dans le ps, les élections arrivent et delanoë et soudain pour les motards, ouvrez un peu les yeux et vivez lr réelle combat du motard telle qu’il était au début autrement ce n’est pls federation des motards en COLERE, mais federation des gentils petit motards !

Répondre à ce message

Anonyme

le 4 mars 2006 à 18:37

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Salut, je suis surpris de lire que ce n’est QUE la FFMC qui a débattu et écrit sur cette chartre..... Et je crois me rappeler que nous étions assez nombreux autour de la table à la Mairie de Paris !!!
François THOMAS
Syndicat CGT des Coursiers

Répondre à ce message

Anonyme

le 3 mars 2006 à 18:41

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Delanoe fait de la politique.2007 approche et comme tous les politiques de gauche prend le contre pied du gouvernement.Ils n’ont rien d’autre à proposer que la critique systématique.L’interet du motard, des francais, de la france, ce n’est pas le probléme.Le probleme est d’avoir la place.Car toutes les décisions prisent jusqu’à present ne font que faire prendre des risques supplementaires pour les motards ainsi que des pv.Ca ce sont les faits.

Répondre à ce message

Anonyme

le 3 mars 2006 à 16:21

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Delanoe devrait monter derrière un motard parisien, circuler dans les rues de la capitale pendant plusieurs heures, afin de réellement évaluer les obstacles qu’un motard rencontre et objectivement nous accorder entre autres la circulation dans les couloirs de bus.

Répondre à ce message

Anonyme

le 3 mars 2006 à 13:10

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Delanoe essaye de récupérer le "vote motard" : c’est Delanoe qui a jusqu’à maintenant toujours milité contre la circulation des motos dans les couloirs de bus (c’était toléré contrairement à celle des vélos, dans une
circulaire du Prefet de Police vers 1975... car un vélo ralentit les bus mais pas une moto !!!).

Delanoe a demandé à plusieurs reprises, notamment lors du vote du budget de la Prefecture de Police, d’augmenter le nombre de PV contre les 2 roues à moteur stationnant sur les trottoirs. Avant c’était toléré, sous réserves de ne pas géner les pietons. Selon la FFMC, il manque 100 000 places à Paris...

Diminuer le bruit : c’est bien. Mais le plan de circulation, mis en place avant consultation des Parisiens, a fortement contribué à bloquer la circulation et à augmenter le bruit et les coups de klakson ... pourtant interdits à Paris !
Ma rue était calme, il a fait modifier quelques carrefours, et places dans le 20° : maintenant il y a des bouchons car les camions (de livraison) ne peuvent plus tourner facilement. Les voitures bloquent la rue à chaque déchargement. Le moindre petit emplacement qui était interdit de stationnement auto - donc lourdement verbalisé- est physiquement rendu impraticable (ex : l’angle entre les 2 passages piétons).
Résultat : la rue est bloquée à chaque déchargement. Bientôt, il faudra une batte de base-ball pour pouvoir vider sa voiture ou déménager !

Delanoe prétend que les Parisiens approuvent sa politique de déplacement, et que cela ne nuit pas au commerce parisien : bien sûr pour acheter la baguette quotidienne, la marche à pied est plus pratique : on trouve une boulangerie par paté de maison !

Maintenant, je fais les courses en banlieue : pour acheter un ordinateur ou une TV, je ne reste plus à Paris mais préfère les centres commerciaux ou je peux me garer... et je ne suis pas le seul.

J’utilise une moto dans Paris depuis 30 ans, et ma voiture (rarement) quand j’ai plusieurs enfants ou des courses encombrantes à transporter... Mon dernier accident doit remonter à 1993.
Les multiples obstacles créés par Delanoe et les verts sont redoutables : murs de séparation des couloirs de bus, voies de circulation étroites, aménagements de voierie accidentogênes pour ne pas dire débiles (ex : bd Magenta : le traitement des "bateaux" avec des angles en granit pointu- voies de circulation déviées tantôt à droite, tantôt à gauche, cf bd St Michel, gds boulevards au nord, etc.).

Conclusion :
Les statistiques des accidents ne montrent pas d’amélioration à Paris alors que le nombre de morts à baissé sensiblement sur les routes !
J’aimerais connaître le nombre d’accidents créé par les "trottoirs de séparation" des files de bus élargies, mis en place un peu partout : Il faudrait mettre une silhouette noire ou grise à chaque lieu d’accident causé ou aggravé par les aménagements de Delanoe (pour les piétons ou les 2RM)...
C’est peut-être dû à mon âge mais les "glissades" sur la chaussée ne m’ont jamais fait peur ou mal, alors que ces multiples poteaux et bordures de granit accérées m’inquiètent.

Répondre à ce message

Anonyme

le 3 mars 2006 à 12:53

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Je suis d’accord avec tyo et pp, mais pas tellement avec Bartholomeo Patrick. En moto, j’essaye de passer où je peu. Et ce de façon prudente et rationnelle, ce qui exclu de fait la bande d’arrêt d’urgence, en particulier (par exemple). J’ai une très longue pratique de ce genre de circulation. Je trouve que la voie de circulation proposée par Barth. Pat. est des plus dangereuse, et ce pour plusieurs raisons dont entre autre : objets et cochonneries diverses au sol, variations de largeur de cette zone, présence de panneaux, de début de glissières métalliques ou de murets en bétons, risque de se retrouver coincé sans échappatoires entre le "bord" et un véhicule se déportant à gauche...
D’après mon expérience, la voie la moins dangereuse, s’il en est une (!) est la zone située à droite de la file de gauche.
Je suis d’accord avec le différentiel maximum de vitesse de 20km/h. Personnellement je ne remonte pas les files lorsque la vitesse générale de circulation est supérieur à 55 km/h, au maximum, et ce dans un contexte favorable.
La remontée des files de voitures se doit de rester une pratique "circonstancielle" et ne devrait pas aboutir, en cas de tolérance officielle, à une pratique systématique (avec toutes les dérives prévisibles) aux risques de voir croître le nombre d’accidents, ce qui donnerait raison aux détracteurs et entraînerait une marche arrière assorties de sanctions plus lourdes encore !!!

Répondre à ce message

Anonyme

le 3 mars 2006 à 12:47

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

"Delanoë, allié de poids des motards"

Faut pas rever quand même...

Comment un demago pareil peut être considéré comme un allié ???
Si cela etait autre chose que de l’annonce, la fameuse charte aurais été signée par la Mairie de Paris...Pour l’instant personne n’a signé quoi que ce soit et la FFMC se fait bien gentiment endormir à ce sujet...et dis merci en plus !

Répondre à ce message

Anonyme

le 3 mars 2006 à 10:45

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Comment peut il etre plus dangeureux pour les motards d’utiliser les voies de bus que de remonter les files de voitures.

Les motards, dont je fais parti, sont cette fois utiliser par les politiques pour alimenter la polémique entre les partis.

Il faut ouvrir les voies de bus aux motards et sans tarder.

Répondre à ce message

Anonyme

le 3 mars 2006 à 07:50

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Bien d’accord avec la constatation sur les épisodes précedents, si tu avance quand je recule, comment veux tu ...(air connu), la reforme sur la remontée des files dont nous avons besoin c’est pour le periph et la banlieue, pour l’intra muros ce qu’il nous faut ce sont les couloirs de bus, mème à vitesse limitée et controlée (40 ? pour tous, faut bien respecter les velos démagos, pas le choix).

Répondre à ce message

Anonyme

le 2 mars 2006 à 22:06

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Résumé des épisodes précedents :
Episode n°1 : il fut un temps où la remontée des files de voitures ne posait aucun problème
Episode n°2 : le 2 roues se développe à Paris, sous la "pression" involontaire des écolos qui font tout pour restreindre la circulation des voitures ; il devient plus visible, plus nombreux... on se méfie et on le jalouse...
Episode n°3 : on supprime la tolérance de l’épisode 1
Episode n°4 : il faut se battre à nouveau pour retrouver l’état de l’épisode 1 !
Moralité : que d’énergie dépensée pour le plaisir de faire mumuse avec la réglementation et faire croire qu’on agit pour le bien de la sécurité routière...

Répondre à ce message

Anonyme

le 2 mars 2006 à 20:02

> Circulation entre les files : Delanoë, allié de poids des motards

Bravo à M. DELANÖE pour cet esprit plus que positif vis à vis des motards. Seul bémol en tant que motard, par de motards qui remontent entre les files de voitures c’est fou et dangereux, mais une tolérance pour une remontée sur la dernière file de gauche entre la ligne blanche et les véhicules, à petite vitesse. Tolérance pas passe droit.

Répondre à ce message