En images

Sécurité, Big Brother et ségrégation
JPEG - 34.8 ko
Cofiroute fait le beau au salon : le tunnel de l’A86 est vendu au public comme un énorme gain de temps. Mais au prix fort : il y aura un péage, et les 2-roues ne pourront pas l’emprunter...

Le Mondial de l’auto bat son plein actuellement à Paris. Ceux qui aiment les 4 roues pourront admirer à la Porte de Versailles de splendides concept-cars, ou réfléchir à l’utilisation d’un carburant écolo. Mais ils frémiront à la vue d’un petit stand niché au milieu du hall 2/2 : le géant de la voie rapide à péage Cofiroute s’est payé un espace d’exposition pour faire la pub au tunnel construit dans l’Ouest de Paris, entre Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) et Versailles (Yvelines), et qui ouvrira dans un an.

Jusque-là, pas de problème, l’ouvrage bouclera le superpériphérique parisien qu’est l’autoroute A86, et réduira certainement des embouteillages chroniques en proche banlieue. Mais l’affaire se corse quand on découvre que ce tunnel à trois voies de 10 km sera payant et, surtout, que motos et scooters n’y seront pas acceptés ! La faute, selon Cofiroute, à la fluidité du trafic : cet argument de vente étant incontournable afin de faire avaler aux automobilistes un péage qui promet d’être exorbitant. Les exploitants, comme la direction des Routes au ministère des Transports, ne veulent qu’aucun véhicule ne vienne « parasiter » la circulation automobile, qui sera surveillée par un dispositif d’une caméra tous les deux cents mètres. Car, la vitesse sera limitée strictement à 70 km/h. Exit, donc, les motos comme les camions. Et bienvenu à Big Brother !

Une poignée d’irréductibles motards lutte contre cet exemple frappant de ségrégation : les militants de la FFMC 78 ont rencontré les pontes de la direction des Routes et de Cofiroute en septembre. Ils ont demandé l’accès au tunnel, ainsi qu’un tarif de péage préférentiel pour les motos. Comme cela se pratique sur toutes les routes de France. Déjà, payer pour circuler est à la limite du respect de la liberté individuelle. Mais si en plus on interdit certaines catégories de véhicules au prétextes d’une pseudo sécurité, il y a de quoi enrager !

Publicité