Bilan occasion

Points forts :

- Cet engin hors norme fait le bonheur des motards très expérimentés et des rouleurs au long cours dotés d’un solide self-control !
- Avec « la buse » (surnom favori des inconditionnels du bestiau), on tutoie le mythe roulant.
- Son faciès taillé en soufflerie lui sert de carte de visite, et le bouton du démarreur ouvre la route de la quatrième dimension...
- Son couple de bulldozer permet de rouler en duo avec bagages sans s’en rendre compte (sous réserve d’avoir un modèle équipé d’une boucle arrière en acier, voir « À surveiller »)
- Ses reprises de fusée gomment instantanément les lignes droites et les véhicules poussifs qui bouchonnent (tous les autres, donc...).
- Sans parler du plaisir suprême d’être aux commandes d’un engin exceptionnel...

Points à surveiller :

Problème fréquent 20 % et + :

- Deux rappels SAV sur le tendeur de distribution (1999 et 2000). Pièce modifiée en 2001 (modèle K1). Sur les machines
plus anciennes, la mise à niveau est repérable au raccord hydraulique branché sur le tendeur.
- Le débridage, c’est risqué, cette Suzuki étant systématiquement disséquée par les experts des assurances à la moindre chute...

Incidents rares 2 à 19% :

- Les disques avant peuvent atteindre rapidement leur limite d’usure (parfois dès 10 000 km). Inspecter l’état de surface des pistes (épaisseur, rayures, bleuissement, signe de surchauffe) et s’assurer qu’ils ne sont pas voilés (tremblements au freinage).

Incidents isolé - de 2% :

- Risque de fuite au récepteur d’embrayage (côté gauche) et de circuit de refroidissement encrassé (dépôts grisâtres).
- La boucle arrière de cadre en alliage d’aluminium risque d’être déformée, fendue ou cassée (vibrations, surcharge). Un modèle en acier est distribué en option par le réseau. Plus résistant, il s’impose pour rouler en duo et/ou chargé.
- L’embrayage peut présenter une fermeté anormale, ou même brouter (disques et/ou cloche déformée). Vérifier qu’il ne patine pas à la remise des gaz. Des à-coups à l’accélération indiquent un amortisseur de couple hors d’usage.

Consommables :

- Pneu Av de 3 000 à 15 000 moyenne 10 000
- Pneu Ar de 3 000 à 12 000 moyenne 7 000
- Plaquettes Av de 5 000 à 20 000 moyenne 12 000
- Plaquettes Ar de 7 000 à 30 000 moyenne 20 000
- Kit chaîne de 10 000 à 30 000 moyenne 20 000
- Conso moyenne 7 litres/100 km

Au baromètre de l’occasion :

L’Hayabusa est la preuve que le succès d’une machine en occasion ne se mesure pas seulement en nombre d’exemplaires vendus neufs. Véritable star des halls d’exposition, elle s’y fait d’autant plus rare qu’elle n’y moisit jamais bien longtemps ! Les modèles avec pedigree complet s’échangent généralement 10 à 15 % au-dessus de la cote.

L’essai en bref :

Les superlatifs manquent pour qualifier à la fois le comportement moteur et les aptitudes du châssis à canaliser cette furie. Le tout s’apprécie sans aucune réserve en version bridée, signe que l’Hayabusa n’est ni un exercice de style ni un fantasme d’ingénieur. Au quotidien, la 1300 GSX-R ne dévoile que 10 % de son potentiel, mais reste homogène et rassurante. En roulant quasiment au régime de ralenti sur le dernier rapport, elle défriche une façon inédite d’envisager le grand tourisme, et se révèle d’une sobriété insoupçonnée (environ 5 l/100 km !). Dommage que cette Suzuki ne soit pas dotée, à l’instar de son modèle du monde animal, de la faculté de repérer sa proie (le radar) à plusieurs
kilomètres de distance.

Connaissez vous la BD "Angle mort, le Gang de Hayabuza", à retrouver ici !

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus