Bilan occasion

En images

Suzuki 600 GSR : un moteur 4 cyl fiable Suzuki 600 GSR : tableau de bord Suzuki 600 GSR : prise en main facile Suzuki 600 GSR : évolution en mat

Points forts :

- Le moteur fait preuve d’une onctuosité typique aux « quatre-pattes », qui fait merveille en utilisation urbaine.
- Souple et exempt de vibrations, il contribue à la convivialité d’ensemble. De même, la hauteur de selle réduite (785 mm) et la position de conduite naturelle permettent au plus grand nombre de trouver immédiatement ses marques au guidon de la 600 GSR. Au-delà de 8 000 tr/min, les chromosomes d’hypersportive prédominent.
- Ils confèrent à l’engin un tempérament explosif et des performances de premier ordre. Cette Suzuki n’oublie pas les aspects pratiques, tels l’instrumentation très complète ou l’emplacement pour le U sous la selle.
- Enfin, argument massue : c’est la moins chère de sa catégorie (voir « Au baromètre du marché »).

Points a surveiller :

Incidents rares 2 à 19% :
- Une cartographie d’injection malheureuse, qui engendre un fonctionnement souvent perturbé par moult à-coups à bas et mi-régime, ainsi qu’à la remise
des gaz. Ce dysfonctionnement peut être résolu facilement par
un réglage d’injection adapté.
- Un mauvais positionnement du câble d’embrayage peut avoir engendré une usure prématurée de la gaine au niveau du té
de fourche inférieur (frottement).
- Les roulements d’origine (roues, direction, bras oscillant),
de piètre qualité, sont
généralement hors d’usage dès 20 000 km, voire plus tôt en cas d’usage intensif (stunt...). Traquer grondements et/ou points durs.
- Le faisceau électrique et
l’instrumentation présentent un défaut d’étanchéité qui peut générer moult dysfonctionnements (courts-circuits, condensation sous les vitres, affichage tronqué,
contacteur grippé, bobines
et capteurs HS...).

- Incident isolé - de 2% :
- Eviter les modèles équipés d’un boîtier additionnel, aussi
inutile que coûteux. Une fausse « solution » censée résoudre
le problème ci-dessus
et à fuir absolument.
- Un choc, même bénin, peut endommager les platines supports de repose-pieds au niveau des fixations sur le cadre (fissures).
À cet endroit, s’assurer qu’aucune fissure n’apparaît sur le cadre, tout comme au niveau de la colonne de direction (point « fusible » en cas de choc).

Consommables :

- Pneu Av de 8 000 à 20 000 moyenne 12 000
- Pneu Ar de 5 000 à 18 000 moyenne 10 000
- Plaquettes Av de 8 000 à 25 000 moyenne 20 000
- Plaquettes Ar de 15 000 à 30 000 moyenne 20 000
- Kit chaîne de 10 000 à 35 000 moyenne 20 000
- Conso moyenne 6,5 litres/100 km

Au baromètre de l’occasion :

Bien que la demande soit forte, la cote de la GSR peine à se maintenir à flot. En effet, l’offre est pléthorique et les multiples promotions proposées par le réseau tendent à tirer les cours vers le bas. Seules les machines améliorées d’accessoires (bagagerie de réservoir, saute-vent...) et en parfait état d’origine s’échangent
au tarif de référence.

L’essai en bref :}
Ce cocktail à base de GSX-R fait merveille sur tous types de parcours grâce à une partie-cycle efficace et correctement suspendue.
- L’efficacité du freinage, tant en termes de progressivité que de puissance ou d’endurance, complète ce profil de sportive naked. Bien sûr, elle réclame un minimum d’expérience pour être menée à rythme soutenu, notamment à cause d’une fourche trop souple,
qui génère une désunion des trains roulants sur revêtement dégradé.
- La selle, trop inclinée et au revêtement glissant, rend l’exercice du duo délicat sur long trajet.
- La finition sommaire ne passe pas inaperçue, à l’image des caches
latéraux fixés par velcro, et impose d’ouvrir l’œil au moment du choix.

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus