Le stationnement payant des 2RM à Paris approche à grands pas. Dès le 1er septembre 2022, il faudra payer l’impôt pour stationner sa moto ou son scooter dans la capitale, du lundi au samedi de 9 h à 20 h.


Stationnement moto payant à Paris : tarifs et abonnements

Durée Zone 1 : du 1er au 11ème arrondissement Zone 2 : du 12ème au 20ème arrondissement
1h 3 euros 2 euros
2h 6 euros 4 euros
3h 12 euros 8 euros
4h 19,50 euros 13 euros
5h 28,50 euros 19 euros
6h 37,50 euros 25 euros

Ces prix exorbitants pousseront les usagers (résidents, professionnels ou visiteurs) à opter pour des abonnements. Plusieurs formules seront mises en ligne via FranceConnect dès le lundi 27 juin 2022.

- Les résidents devront d’abord s’acquitter d’un abonnement de base de 22,50 euros par an ou de 45 euros pour 3 ans limité à un seul véhicule immatriculé par personne. Il faudra donc choisir entre sa voiture ou son deux-roues... Par la suite, il faudra ajouter 0,75 euros par jour ou 4,50 euros par semaine, soit un supplément de 216 euros par an.

- D’autres formules concerneront les véhicules "professionnels". Les professions dites "mobiles" par exemple, devront s’alléger de 120 euros par an pour stationner un véhicule 7 heures (maximum) par jour à 25 centimes de l’heure. Rappelons que les véhicules électriques, professionnels de soins à domicile ou utilisés par des personnes en situation de handicap seront exonérés de tout paiement.

- Quant aux "visiteurs" qui ne font pas partie de ces cas de figure, ils seront invités à investir dans un "pass 2RM" : 70 euros par mois ou 770 euros par an en zone 2 et 90 euros par mois ou 990 euros par an en zone 1 pour stationner leur véhicule dans un parking privé en sous-sol.

En cas de non-paiement, des prunes, autrement nommées redevances d’occupation du domaine public ou "FPS" (Forfait Post-Stationnement) de 37,50 euros (Zone 1) ou de 25 euros (Zone 2) seront appliquées.

Stationnement moto payant à Paris : une mesure chère et injuste pour les usagers éloignés de la capitale

Sachant que les emplacements 2RM - passés d’environ 50 000 à 42 000 places - ne peuvent pas toujours servir les franciliens travaillant sur Paris, des pluies d’amendes et des mises en fourrière seront sans doute mises en œuvre.

Soulignons aussi la portée anti-sociale de la mesure. Le prix de l’essence atteignant des sommets depuis plusieurs mois, de tels coûts supplémentaires seront difficiles à assumer, notamment pour les usagers les plus excentrés de la capitale.

« Les deux-roues sont une solution de mobilité. Ils permettent la fluidité du trafic, l’optimisation de l’espace public car ils sont peu encombrants, ils sont aussi plus écologiques, car ils ont une faible consommation. Ils ne devraient donc pas payer pour stationner (...) À l’heure où on nous parle de pouvoir d’achat, et alors que les prix de l’essence explosent, on rajoute une taxe. On ne comprend pas bien la démarche » rappelle Jean-Marc Belotti, coordinateur de la FFMC PPC (Paris Petite Couronne).

Rendez-vous ce dimanche à Paris, à 14h avenue Foch pour se faire entendre !

Publicité

Commentaire (0)