C’est un constat : le choix des motos de 125 cm3 s’est appauvri avec le succès grandissant du scooter. Aujourd’hui, ces engins à l’habillage plastique règnent en maître et seules quelques motos tirent leur épingle du jeu grâce à un prix canon (Honda CBR 125 à 2 800 €, Yamaha YBR 125 à 2 285 €).

Les motos plus ambitieuses et plus onéreuses, à l’image de cette X-Road, doivent donc rivaliser d’arguments pour s’imposer. Et ce surprenant supermotard en avance un premier non négligeable, l’esthétique.
Un cadre treillis tubulaire mis en évidence, un gros frein avant, un imposant silencieux d’échappement qui passe sous la selle... de quoi attirer l’œil.

En y regardant de plus près, on constate néanmoins une finition assez moyenne, comme les tubes de cadre coupés net sans bouchon, qui laisse rentrer l’eau. Et de curieux choix techniques : une imposante et lourde roue arrière chaussée d’un pneu de 150 mm et un rayon de braquage démesurément grand. Pénalisant pour la maniabilité en ville, même si le freinage assure en cas d’urgence.

Une fois lancé, le monocylindre d’origine Minarelli ne rechigne heureusement pas à la besogne. S’il s’avère timide à bas régime, il enchante les oreilles quand il tourne à son maximum, assurant une vitesse de pointe un peu juste (110 km/h) mais honnête en solo comme en duo.
Quant à la tenue de cap, elle est assurée par des pneus accrocheurs et des suspensions fermes qui autorisent même quelques fantaisies.

Bilan. À 3.195 €, cette Sachs X-Road défend avec courage l’idée qu’une moto 125 peut être jolie, ludique et pas forcément destinée à un usage utilitaire. Dommage que sa finition (cette autrichienne est assemblée en Chine) ne vienne ternir un peu le tableau.

Publicité

Commentaires (2)

La rédaction vous conseille

Infos en plus