En images

Va et vient de camions Checa à la télé (espagnole !) L’ancien et le nouveau Equipe de France roule pour Paris 2012

VR : Nous souhaitons au moins faire un podium au mans. Nous devons trouver rapidement les bons réglages qui nous permettront d’être compétitifs. Le problème depuis le début de l’année est que nous n’avons pas encore trouvé une bonne base de réglages qui nous permet d’être rapides sur tous les circuits.

MM : Qui est cette année ton principal challenger dans la course au titre ?

VR : Biaggi et Barros sont très rapides et très motivés cette saison mais ils ne sont pas dangereux pour le championnat. Pour moi, Gibernau est LE rival cette année. C’est un pilote rapide sur tous les circuits et dans toutes les conditions, même sous la pluie.

MM : Après ta victoire sous la pluie à Shangai , tu prouves que tu es le plus rapide dans toutes les conditions. Es tu le pilote parfait ?

VR : Je ne pense pas être le pilote parfait et c’est pour ça que je cours encore. Je pense que je peux encore apprendre et m’améliorer. Si tu n ’as plus rien à apprendre, alors tu n’as plus de motivation. Et si tu n’es plus motivé, alors il faut raccrocher et faire autre chose.

MM : Penses tu toujours rouler en MotoGP en 2006 ?

VR : Je roulerai l’an prochain en MotoGP et j’espère rouler pour Yamaha. Mon contrat avec eux se termine en fin d’année et nous allons tenter de trouver un accord pour rouler ensemble l’an prochain.

MM : Le jour où tu prends ta retraite moto, qui pourra te remplacer ?

VR : De nombreux jeunes pilotes sont très rapides. Je pense à Melandri (MotoGP) , Pedrosa (250cc) ou encore Dovisiozo (250cc) . Simoncelli (125cc) est très rapide mais il est bien trop grand pour la 125. Je pense qu’il ira encore plus vite s’il change de catégorie.

Propos recueillis par William Moulin

Randy de Puniet : J’ai besoin de réussite !

JPEG - 26.4 ko
Randy de Puniet est très lucide sur son début de saison et compte sur le GP du Mans pour commencer à marquer des points.

« C’est le plus mauvais début de saison depuis 2002 » Le moindre que l’on puisse dire c’est que le pilote originaire de la région Parisienne ne manque pas de lucidité.

« J’ai fait une belle chute à Jerez lors du premier GP, que je m’explique toujours pas. Au GP suivant (Portugal), j’étais plutôt sur la réserve car je ne voulais pas connaître le même sort alors que j’avais les moyens de gagner. Enfin à Shangaï je perce un piston » Résultat des courses, le français pointe à la 9ème place du classement de la catégorie 250.

Pourtant le français dispose d’une excellente moto, puisque le team Aspar dans lequel il officie cette année est un team officiel Aprilia.

« Je me sens très bien dans ce team, la moto marche super bien, tout ce dont j’ai besoin c’est d’un peu de réussite. » martèle Randy. « J’ai besoin de faire une belle course, pour enfin démarrer ma saison ».

Les conditions météo qui sont annoncées sur le GP du Mans (pluie et orage) ne semblent pas le perturber plus que ça. « Bien entendu s’il pleut, il va falloir prendre des risques calculés, mais j’ai besoin de monter sur le podium ! » conclut le pilote de 25 ans.

Sylvain Guintoli : J’avais envie de changer d’air

JPEG - 59.2 ko
Sylvain Guintoli, habite désormais en Angleterre. Ceci explique la présence de Caroline sur son scooter. Sylvain espère finir meilleur privé cette année au sein de Equipe Grand Prix de France .

Sylvain Guintoli, connaît un début de saison un peu difficile lui aussi puisqu’il ne figure qu’à la 13ème place du scratch. Il a connu des incidents techniques parfaitement bien ciblés : une casse de bougie à Jerez et un embrayage défectueux à Shangaï.

Ce sont des casses inexpliquées, par ce que c’étaient des pièces neuves » explique le pilote originaire de Montelimar.

La réputation de parent pauvre de l’Equipe Grand prix de France sur la scène des GP ne le gène pas. « C’est vrai que l’on roule avec des motos de 2004, mais les kits sont de cette année ».

« De toutes façons je voulais changer d’air, puisque l’an dernier chez Campetella, je n’ai pas connu la même réussite que l’année précédente (10ème au général en 2003). Cela m’a conforté pour aller rouler chez Equipe GP de France, chez qui j’avais commencé ».

Son ambition cette année est à la fois limitée et pleine d’ambition « Je voudrais terminer meilleur privé au classement général. Je ne pourrais pas aller me mesurer aux autres, puisqu’en face de nous on a quand même 12 motos d’usine ! ».

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus