MotoGP : Rossi « Il Maestro ».

JPEG - 34.7 ko
A 7 tours de l’arrivée, Valentino Rossi prend la tête de la course. Très vite il dépose Alex Barros (N°4) et Kenny Roberts (N°10) sur place. A un moment l’écart entre « Vale » et ses poursuivants atteint près de 7 secondes, le tout sur une piste détrempée !

C’est d’ailleurs le sentiment que doivent partager tous ses adversaires. Partis sous des trombes d’eau, ils n’ont été que 11 pilotes à rallier la ligne d’arrivée, tous les autres ayant chuté et abandonné. Le plus atteint au moral aura certainement été Sete Gibernau (N°15), qui mène dès le départ de la course et creuse un écart impressionnant. Hélas à l’entame du 4ème tour le pilote espagnol va à la faute et laisse passer Valentino Rossi (N°46). Depuis le début de saison, le pilote du team Movistar n’a jamais réussit à gagner un Grand Prix. Cruelle désillusion pour celui qui pensait être le successeur « d’ Il Dottore ».

Ce dernier, a comme son habitude, réalisé un départ très moyen et pointe à la 7ème place au premier virage. Mais trois tours plus tard il a déjà rejoint le groupe de tête et commence à suivre le rythme imprimé par Alex Barros (N°4). Le vétéran de la catégorie compte 250 participations en GP et semble très à l’aise sous la pluie. Le Brésilien va ainsi mener un groupe de 4 furieux, composé de Rossi, Kenny Roberts (N°10) et Colin Edwards ( N°5). Ce quatuor mène un rythme d’enfer et fait le spectacle à coup de dépassements et de glissades à couper le souffle.

A 7 tours de l’arrivée, Vale sonne la fin de la récré et passe Alex Barros. En quelques virages il a déjà largué ses adversaires de 8 dixièmes. Il sonne la charge et s’en va seul en tête. A un moment l’écart qui le sépare de ses poursuivants est de 7 secondes ! C’est tout bonnement incroyable, mais on savait Rossi capable de gagner par tous les temps, comme l’épreuve de Shangaï le prouve, en début de saison.

Dans un dernier sursaut Kenny Roberts, passe Alex Barros à quelques virages de l’arrivée et prend la deuxième place. Dans cette course Colin Edwards réalisé un joli coup, puisqu’il passe devant Sete Gibernau et pointe désormais au 3ème rang du championnat avec 11 points d’avance sur l’espagnol. Désormais il menace Marco Mélandri, car seul un petit point les séparent. Nul doute que le GP du Sachsenring (31 juillet) sera saignant.

250 : Première victoire de Randy De Puniet

JPEG - 47.5 ko
Randy de Puniet (N°7) a été royal à Donington. En deuxième partie de course il s’est livré à un duel à couteaux tirés contre Anthony West (N°14) et Casey Stoner (N°27).

Randy de Puniet (N°7) s’est montré royal lors de la course des 250, qui s’est déroulée comme les autres épreuves sous un déluge continuel. Le français est monté pour la première fois de la saison sur la plus haute marche du podium en Angleterre.

La première partie de la course n’a pas été des plus passionnantes, puisque Hiroshi Ayoyama (N°73) mène la course à un train d’enfer, suivi à quelques encablures par Randy de Puniet qui occupe, déjà, la deuxième place alors que le français est parti de la 6ème position de la grille de départ.

Hélas, le pilote du team Telefonica Movistar chute à mi course en dépassant des attardés. Désormais on assiste à un véritable ballet entre trois pilotes qui se battent comme des chiffonniers pour la prise du leadership de la course. Randy de Puniet se bat pied à pied contre Anthony West (KTM N°14) et Casey Stoner (N°27).

Le coup d’éclat intervient à quatre tours de la fin, quand Randy manque de chuter, traverse la pelouse détrempée à 150 km/h et rejoint la piste. Le français, nullement refroidi par cet incident, passe la surmultipliée rejoint les deux pilotes australiens et les passe !

Au final Randy de Puniet franchit la ligne d’arrivée en vainqueur avec plus d’une seconde et deux dixièmes d’avance sur Anthony West, qui s’est lui aussi fait une grosse chaleur à quelques virages de l’arrivée.
La troisième place du podium revient à Casey Stoner à 16 secondes du leader. Le pilote du team Carrera, s’est offert lui aussi une sortie de piste, qui l’a éloigné du combat pour la victoire.

Les conditions météo ont été telles que seuls 7 pilotes finissent dans le même tour sur les 19 qui rallient l’arrivée. A noter la belle prestation de Sylvain Guintoli (N°50) qui termine à la 9ème place, malgré une chute.

Cette première victoire permet à Randy de faire un bond au classement général et de prendre la 5ème place du championnat.

125 : Premier podium de Di Megglio

JPEG - 57.1 ko
A deux tours de la fin, de la deuxième manche des 125, le français Mike Di Megglio (N°63) se fait passer par Julian Simon (N°60). Il doit se contenter de la deuxième place alors qu’il menait depuis 5 tours sous des conditions dantesques.

Mike Di Megglio (N°63) a réalisé une course superbe à Donington en montant sur la première fois de sa carrière sur le podium des huitième de litre.

Le pilote originaire de Toulouse a pris la deuxième place du podium des 125, la victoire revenant à Julian Simon (N°60), le troisième pilote de l’armada KTM. 

C’est un véritable exploit auquel s’est livré le français, qui a réussi à se maintenir sur ses roues sur une piste détrempée. 5ème en début de course il profite de la chute de Gabor Talmacsi (N°14) , qui menait la course, pour s’infiltrer et prendre le commandement des opérations. Il mène durant 5 tours avant de se faire déborder par Julian Simon à deux tours de la fin. A ce moment là, les deux hommes se sont retrouvés seuls en tête : tous leurs poursuivants ayant chuté !

« A un moment j’ai vu que je pouvais rouler seul devant. » explique le jeune Toulousain. Au moment où il se fait passer « Je n’ai pas voulu prendre de risques et j’ai préféré assurer un podium, ce qui réconforte toute mon équipe, c’est une manière de les remercier pour tout le travail qu’ils font

La troisième place du podium est enlevée, sabre au clair, par Fabrizio Lai (N°32) le co-équipier du français qui s’impose sur le fil devant Marco Simoncelli (N°58).

En effet la course des 125 s’est déroulée en deux temps, la première ayant été neutralisée suite aux averses qui se sont déversées sur le circuit anglais. Et comme le stipule le règlement, il n’y a pas de résultats cumulés. Cela n’enlève évidemment rien au talent de Mike, qui a su montrer dans des conditions dantesques, toute l’étendue de son savoir faire.

Alexis Masbou (N°7) ne termine pas la course, car il est allé à la faute lui aussi. C’est dommage pour le jeune Albigeois, qui avait connu meilleure fortune à Assen. Au moment de sa chute Alexis figurait en 10ème place.

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus