Sape en profondeur

JPEG - 60.1 ko
Tomas Hinterreiter prend son relais au petit jour dimanche, malheureusement il ne fait que trois tours avant de chuter. La roue AR étant bloquée, c’est fini pour le team autrichien

Alors que le jour pointe sur le circuit d’Oschersleben (situé à 175 km au Sud Ouest de Berlin), les coups de théâtre se sont succédés à un rythme effréné.

Après l’abandon de la Phase One N°3, le sort a frappé la Yamaha Austria N°7. Tomas Hinterreiter lors de son relais a perdu l’arrière de sa moto et s’est trouvé éjecté. La roue arrière étant bloquée, il lui est impossible de la ramener. C’est l’abandon pour cet équipage qui avait terminé 2ème l’an dernier ici même.

C’est dommage pour cet équipage austro-franco-slovène qui occupait depuis 20H la veille, la deuxième place du classement général. « On ne sait pas ce qui s’est passé, Tomas a chuté alors qu’il était dans son troisième tour »indique Giglio, le chef mécano.

Ensuite le sort c’est acharné sur le dernier équipage privé français, le team Power Bike. Une première chute l’a affecté vers 5H du matin « Marc Dos Santos a voulu dépasser un attardé et il a dû élargir un peu plus que d’habitude : il s’est retrouvé dans le bac à graviers ! » explique Denis Provent le team manager.

Quand David Barrot, le premier pilote, reprend le guidon, un détail échappe aux mécanos : la chaîne n’est pas bien tendue. Le résultat ne se fait pas attendre, quelques tours plus tard cet ancien rugby man rentre à la poussette : la chaîne a cassé. « Je suis passé à 50 cm d’une barrière en ferraille à 180 km/h sur de l’herbe ! » souffle-t-il.

Cet incident leur fait encore perdre un temps précieux, pointé à la 9ème place après cette succession d’évènements, la N°68 a accumulé plus de 14 tours de retard. Elle figure désormais en 13ème position. Marc Dos santos, repart avec une chaîne neuve, mais c’est pour rentrer peu de temps après. A l’inspection, les deux carters moteurs ont été fêlés lors du bris de la chaîne. A 7H15 du matin, le team manager de cet équipage de Narbonne jette l’éponge. Il n’y a plus d’équipage privé français en course !

Passe de deux pour Bolliger

JPEG - 59.5 ko
Les malheurs n’ont pas épargné le team Power Bike de Narbonne. Après une nuit sans histoire le sort s’acharne sur eux coup, sur coup. A 7H15 c’est l’abandon carter moteur félé

L’abandon de la Yamaha Austria a profité au team Bolliger qui place deux de ses machines aux deuxième et troisième place. La N°8 aux mains de Marcel Kellenberger, David Morillon et Roman Stamm est deuxième à 14 tours. Enfin la 666 Diablo de Hutchins, Falcke et Mizera est à 20 tours.

Les pilotes du team Suzuki Castrol N°2 ont réussit l’incroyable exploit de franchir la nuit sans encombre. Vincent Philippe a même réalisé deux relais en changeant sa position de pilotage, en prenant appui notamment sur son poignet gauche.

La seule machine officielle se dirige donc vers son 6ème titre de champion du Monde. Conscient de son avantage sur ses adversaires, Dominique Méliand s’est permis de donner de donner des instructions apaisantes à Matthieu Lagrive « On reste cool ! ». Il reste encore 8 H de course.

La nuit et l’aube ont été témoins d’un nombre incroyable de chutes, mais sans doute par souci de préserver les spectateurs et les journalistes, la direction de course ne communique aucun de ces faits. Résultat en salle de presse, les résumés de course officiels, donnés heure par heure comportent une grande partie de feuille blanche !

Après 17H de course 1er Suzuki N°2, 2ème Bolliger N°8 à 14 tours, 3ème Diablo 666 Bolliger à 20 tours , 4ème Austria Racing N°7 à 25 tours, 5ème No Limits N°44 à 30 tours

Publicité

Commentaire (0)