JPEG - 40.6 ko
Matthieu lagrive a remis les pendules lors de son deuxième relais. Il a ré-installé la Suzuki N°2 en tête de la course. Mais avec un pilote blessé, le team de Dominique Méliand arrivera-t-il à tenir 24H ?

On a assisté à un début de course assez surprenant, puisque le premier tour est bouclé par la Kawasaki N°8 du team suisse Bolliger, aux mains de David Morillon. Cela ne reste pas sans réponse par ce qu’aussitôt la Suzuki N°2, pilotée par Vincent Philippe, lui donne la réplique aussitôt.

Malheureusement au bout de quelques tours à peine, un concurrent allemand (la N°55) casse son moteur et répand de l’huile sur une bonne partie du circuit. La moto fumante et les traces d’huile n’alertent pas les commissaires, qui laissent faire ( !)

Au tour suivant Vincent Philippe, sur la Suzuki N°2, chute et se blesse sérieusement à la main. Gwen Giabbani, sur la Yamaha Austria, qui le suit de près va à la faute aussi. Quatre autres motos au moins chutent aussi, dont la Suzuki N°45 à train avant JBB, qui avait signé le 5ème temps des essais.

La course est neutralisée durant plus de 35 mn. Quand les bolides sont à nouveau lâchés sur la piste, la Suzuki N°2 ne pointe plus qu’en 28ème position. La Yamaha de Phase One, a profité des déboires de l’ultrafavorite, pour prendre la tête de course suivie par une autre Yamaha, celle du team Austria racing. La troisième place est occupée par la Kawasaki N°8 de Bolliger.

C’est alors que Matthieu Lagrive, prend son relais et aligne des chronos comme à la parade. Quand il confie le guidon de la Suzuki à Keiichi Kitagawa, elle mène avec un tour d’avance sur ses poursuivantes !

Mais la Suzuki N°2 arrivera-t-elle à tenir le rythme ? En effet dans sa chute, Vincent Philippe a eu le métacarpe de la main gauche cassé net. Il est hors de question pour lui de piloter tout de suite. Il servira de pilote d’appoint quand ses deux co-équipiers seront fatigués.

Mais la pluie est annoncée pour dimanche matin, après une nuit éprouvante les pilotes arriveront-ils à tenir le coup avec l’arrivée de mauvaises conditions météo ?

Coup du sort

JPEG - 60.2 ko
La Suzuki verte N°134, du team Moto and Co performance a accumulé les déboires depuis le samedi matin. Après une casse du barillet de sélection, ils sont handicapés par un défaut de culasse. C’est l’abandon après seulement 39 tours !

Cette chute collective a aussi contrarié les plans de la Suzuki N°45, auteur du 5ème temps des essais qualifs. « On est plutôt mal parti, car Anthony Delhalle qui figurait 7ème en a fait les frais. Il a fallu que l’on remplace la poignée de gaz, l’alternateur et le carénage » souligne Stéphane Vadet le team manager. « Fort heureusement avec la neutralisation de la course, on ne perd que 5 tours ».

Cet équipage est optimiste, car les chronos réalisés par ces différents pilotes la placent dans le Top ten. « de toutes façons c’est le but qu’on s’est fixé, on va faire notre course, mais on a plus le droit à l’erreur » prévient-il.

Un malheur n’arrivant jamais seul, la Suzuki N°134, a connu une surchauffe moteur après 39 tours seulement. Cette machine avait déjà connu une première alerte, avec un barillet de sélection balladeur au warm up du samedi matin.

Rentré dans son stand, Jérôme Bard le premier pilote découvre qvec son équipe, que le joint de culasse est défectueux. « C’est vraiment pas de Bol » explique-t-il « Pourtant on avait monté un moteur neuf ».

La deuxième moto française à bien figurer est la N°68, du team Power Bike qui occupe la 16ème place. Au vu des chronos réalisés par les pilotes du team de Narbonne, leur Yamaha devrai figurer sans trop de problème dans le peloton des 10 premiers.

Après 3H de course 1er Suzuki N°3, 2ème Yamaha Austria N°7 à 1 tour, 3ème Bolliger N°8 à 1 tour , 4ème Phase One N°3 à 1 tour, 5ème Diablo 666 Bolliger à 2 tours

Publicité

Commentaire (0)