Présentation

Ainsi, le design change et se veut plus sportif, les équipements utilitaires sont annoncés mieux conçus pour toujours plus de praticité (rangements plus grands, tableau de bord modernisé, bulle plus haute…), les Burgman 125 et 200 entendant par ailleurs conserver « des qualités dynamiques de premier ordre ».

Outre le changement de look et l’amélioration des aspects pratiques, on notera l’arrivée de nouveaux disques de freins de 240 mm à l’avant comme à l’arrière, respectivement pincés par des étriers à deux et un pistons. De quoi améliorer un freinage qui était déjà sûr et puissant. Autre nouveauté notable, pour 2014 l’option ABS est aussi de la partie.

Le monocylindre, efficace, ne change pas. Tout comme la quasi-totalité de la partie-cycle (excepté les freins, donc), assurant vivacité et facilité de prise en main. Une modification de l’amortisseur arrière aurait cependant été bienvenue : nous avions noté un certain manque de progressivité. Un défaut cependant en grande partie pallié par un train avant imperturbable.

Suzuki n’a donc pas complètement refondu ses petits Burgman, qui bénéficiaient déjà d’atouts certains. Mais leur a apporté des modifications, tant esthétiques que pratiques, qui pourraient les remettre au niveau des références de la catégorie (Yamaha X-Max et autre Peugeot Satelis), sur lesquelles ils perdaient du terrain ces dernières années. Sans compter la concurrence taïwanaise, moins cossue mais moins chère, et autres scooters à trois roues, Piaggio MP3 en tête.

Publicité
Infos en plus