Lancé officiellement le 19 janvier 2013, le nouveau permis de conduire commence mal. Le syndicat Force ouvrière des inspecteurs de permis de conduire (SNICA-FO), qui représente 73 % des 1250 inspecteurs, se mets en grève, ce lundi 21 janvier 2013, pour une durée de 5 jours reconductibles. En cause principalement, le manque de formation au nouvel examen. Patrick Chopin, le secrétaire générale du syndicat, nous explique ses inquiétudes.

En pratique, les inspecteurs sont pris de court. « Nous avons reçu une formation à 98 % théorique et très peu de pratique. Par exemple, le seul exercice que nous avons suivi était pour utiliser le radar ». En effet, pour l’épreuve dite « rapide », il n’est plus question de temps mais d’une vitesse minimum imposée de 50 km/h, contrôlée par un radar mobile. « Bien sûr qu’à terme, nous allons réussir à les utiliser, mais pour les premiers examens, nous risquons de nous focaliser sur l’appareil sans observer le candidat, et évaluer son aisance sur le parcours par exemple ».

Le SNICA-FO demande donc une période plus longue d’adaptation. Le calendrier ne leur prévoyant que 4 jours pour s’adapter et pouvoir contrôler les 26 candidats par jour présents à l’examen. Bien trop court.

Formation sans contrôle de qualité
Pour le passage du permis A2 (avec restriction de puissance à 47,6 ch) au permis A (puissance libre), une simple formation de 7 heures suffit. « Ce qui nous inquiète, explique M. Chopin, c’est qu’il n’y a strictement aucun contrôle sur les centres de formation qui délivrent le permis. » Les 7 heures de formation nécessaires, format que l’on retrouve pour le permis AM (anciennement BSR pour les moins de 50 cm3) et pour les 125 cm3, n’ont pas de contrôle qualité.

Finies les réponses en direct ?
Toujours en pratique, Patrick Chopin se prononce pour l’envoi par courrier des validations d’examen. Au même titre que pour le permis B, il aimerait ne plus donner la réponse au candidat directement. « Sur le terrain, et encore plus en ce qui concerne la moto, cela met une pression supplémentaire à ceux qui ne sont pas encore passés. On expérimente déjà ça dans le Vaucluse, et cela fonctionne bien, ça apporte de la sérénité à l’examen. »

La grève se fera donc ressentir dès mardi 22 janvier, tous les inspecteurs suivent, ce lundi, une journée de formation.

Publicité