En vidéo

Verra-t-on prochainement nos motos émettre un jet de gaz pour contrer les effets d’un dérapage ? C’est en tout cas le sens d’un très sérieux projet de recherche sur lequel travaille Bosch. L’équipementier allemand, très impliqué dans la fourniture d’équipements de sécurité des motos (ABS/MSC, appel d’urgence eCall, etc.), poursuit son programme de développement visant à diminuer le nombre de tués à 2RM, en empruntant des voies parfois étonnantes.

Moto à réaction
Le projet le plus spectaculaire concerne le contrôle du dérapage latéral. Cette situation provoquée par la présence d’une flaque de gazole, de gravillons ou de feuilles mortes occasionne le plus souvent une chute lorsqu’elle se produit en virage. Bosch imagine de contrer ce glissement en lui opposant une force issue d’un jet de gaz généré par un accumulateur de type airbag et canalisé par une buse. Un capteur se chargerait de détecter le mouvement anormal de la moto pour déclencher ce dispositif et appliquer la force de rappel susceptible de maintenir la moto dans sa voie.

Autre piste de recherche, le radar embarqué. Bosch s’inspire visiblement des technologies de détection de l’environnement utilisées pour les véhicules « autonomes ». La moto serait en mesure de se situer dans le trafic pour - faisons preuve d’imagination - réagir en cas de freinage brutal des véhicules la précédant. Le tout, précise le communiqué, afin « d’offrir un gain de sécurité, de plaisir de conduite et de confort accrus en déchargeant le conducteur ». Un tel dispositif signe-t-il la fin des remontées en interfiles ?

Date de disponibilité inconnue
Aucune date de mise en œuvre n’est avancée pour le moment, mais la logique voudrait que ces technologies se démocratisent tôt ou tard, à l’instar de l’ABS et de son évolution pour les virages (MSC), de l’injection ou encore des avertisseurs d’angles morts (comme ceux qui équipent déjà le BMW C 650 GT). Le risque est de voir la moto glisser doucement dans la famille des véhicules très assistés pour le plus grand bonheur du chiffre d’affaire des équipementiers spécialisés et non pour celui d’Axel, notre responsable des essais, comme il s’en explique dans l’encadré ci-dessous.

 

Le point de vue d’Axel : Et ben voyons…
En ce moment, c’est fou ce que la rédaction reçoit comme dossier de presse autour de la « sécurité pour les 2 roues ». On le sait tous, notre société moderne et aseptisée ne supporte plus le moindre risque, la moindre prise de position, et encore moins le libre arbitre… Alors pour aller dans le sens du vent, Bosch, le célèbre fabricant allemand de composants électroniques nous annonce fièrement le fruit des cerveaux prolifiques qui hantent ses laboratoires…

En premier, le projet un peu fou sur la prévention du glissement. Alors là, tenez-vous bien, puisqu’il s’agit d’avoir sur sa moto des petites buses d’air comprimé qui « pourraient » se mettre en action pour contrecarrer une chute, un peu comme les scaphandres autonomes des monte-en-l’air de la NASA… Si, si, vous avez bien lu !!

Là, je reste sans voix… Un jet d’air comprimé, assez puissant pour redresser une moto chargée, j’attends de voir ça et surtout, de me pencher sur le « bazar » embarqué pour un fonctionnement fiable (accumulateur d’air comprimé, mise en fonction, calcul de l’orientation des buses, etc.).

Autre « joyeuseté » futuriste, le système d’assistance basé sur des radars (…) avec dans l’ordre :

- un régulateur de vitesse et de distance adaptatif
- un avertisseur de collision
- un avertisseur d’angle mort
- la communication entre les voitures et la moto
- l’appel d’urgence, le GPS et autres infos utiles…

Bref, la moto, espace de liberté par excellence, va devenir, petit à petit, à l’image des gros SUV en surpoids, une sorte d’engin ultra connecté, qui devra se plier aux exigences de la modernité et de ses règlements, ou mourir !!

Bon, moi, du coup, je cours m’acheter une Royal Enfield, avant qu’elle ne soit considérée comme un engin « dangereux » pour la société et interdite à la vente ! Je me marre….

 

Publicité
Publicité