Remplir son réservoir n’a jamais coûté aussi cher ! S’il fallait s’en convaincre, il suffit de jeter un œil aux courbes des prix de l’essence (SP95, SP95-10, SP98) publiées chaque semaine par le ministère de la Transition écologique*.


Après s’être effondrés, faute de demande pendant le pic de la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus, les prix à la pompe sont repartis de plus belle à la hausse pour dépasser allègrement les niveaux relevés en 2019.

Ainsi, le SP95 établit un record à 1,574 € contre 1,509 €. De son côté, le SP95-E10 est passé de 1,4866 € à 1,5504 €. Quant au SP98, son prix TTC s’établit à 1,6358 € contre 1,5736 € avant la crise.

Les principales raisons de cette augmentation du prix des carburants viennent des variations boursières du prix du pétrole.


Pourrons-nous bénéficier d’une aide, comme pour le gaz ?

Pour l’instant, aucune stratégie concernant la flambée des prix du gazole et de l’essence n’a été évoquée par le gouvernement comme le gel de la fiscalité sur les prix des carburants —TVA et TICPE représentent 60 % du prix du litre— opéré en 2018.

Cependant, la semaine dernière, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie s’est exprimé au micro de RTL en indiquant que l’Élysée pourrait faire un effort de manière à compenser d’une manière ou d’une autre cette augmentation. La piste des chèques carburants pour les ménages les plus modestes a ainsi été évoquée.

Pour rappel, il existe une application officielle qui indique en temps réel les prix à la pompe. Une bonne manière de limiter cette dépense.

*https://www.ecologie.gouv.fr/prix-des-produits-petroliers
_
Crédit photo : markusspiske / pixabay

Publicité

Commentaire (0)