Pour améliorer la qualité de son air, le Royaume-Uni a également fait le choix de contraindre la circulation des véhicules thermiques. Contrairement à ce qui se passe chez nous avec les ZCR, les Britanniques n’interdisent à aucun véhicule de circuler et préfèrent les taxer à chaque fois qu’ils pénètrent dans une Zone d’Air Propre (Clean Air Zone, l’équivalent de nos Zones Basses Émissions). Money is money !

Sévère Birmingham
Birmingham, ville anglaise d’1million d’habitants, a opté pour la création d’une CAZ de classe D, la plus sévère. Elle imposera, à partir de janvier 2020, le paiement d’un droit d’entrée à la quasi-totalité des véhicules qui y pénètrent. Sont concernés, les voitures essence d’avant 2006 (Euro 4), les diesels d’avant 2015 (Euro 6) et toutes les motos, quel que soit leur âge. C’est du moins ce que rêvait d’imposer le conseil municipal avant que les motards ne se mobilisent massivement.

Pour le Motorcycle Action Group UK, la pilule ne passe pas
Pas question pour le MAG UK, association de motocyclistes membre - comme la FFMC - de la FEMA (Fédération européenne des associations motocyclistes), de se laisser manger à cette sauce. Les militants de l’association ont multiplié les interventions auprès de l’équipe municipale. Ils se sont appuyés sur plusieurs études prouvant la pertinence du 2-roues motorisé pour les déplacements urbains. Ainsi, ils ont démontré que si seulement 10% des personnes qui utilisent leur voiture seuls passaient au 2-RM, cela réduirait les bouchons de 40%. Cela se traduirait également par une chute du CO2 (-7,5%), du NO2 (-5,5%) et des particules fines (-20%) !
Le Conseil municipal de Birmingham a écouté attentivement les arguments des motards - Allô Anne Hidalgo ! - et a choisi d’exempter toutes les motos, quel que soit leur âge, de cette taxe.

Tache d’huile
MAG UK se réjouit bien sûr de cette victoire et espère qu’elle fera tâche d’huile et incitera les autres municipalités à y réfléchir à deux fois avant d’exclure les motos de leur périmètre. Prochaine étape : le MAG espère convaincre le maire de Londres, Sadik Khan, de renoncer à son souhait de faire payer, à partir d’avril 2019, toutes les motos antérieures à Euro 3 qui pénètreront dans sa Zone Ultra Basse Émission. A suivre.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité