JPEG - 14.4 ko
Sébastien Gimbert a décroché le meilleur temps des essais deux jours de suite sur sa Yamaha R1. Son souhait désormais est de bénéficier de l’appui de YMF pour aller en WSBK

On savait les Yamaha dans le coup depuis l’obtention du titre de champion du monde d’endurance par le team du GMT, à Oschersleben les 14 et 15 août derniers. Désormais on sait que les machines porteuses des 3 diapasons sont capables de jouer dans la cour du Mondial superbike.

En effet, Sébastien Gimbert a claqué un 1’41’’753 cela veut dire qu’il a amélioré son temps de 84 centièmes par rapport à la veille. Comment cela a -t-il été possible ? « On a pas mal travaillé sur le châssis, désormais il ne me reste que quelques petites bricoles à voir en ce qui concerne l’hydraulique, mais la machine est bien dégrossie » commente le Varois, à peine descendu de sa machine.

De plus le pilote de la Yamaha est le seul à être descendu en dessous de la barre des 1’42 à quelques minutes de la fin de séance. « J’ai profité de mon dernier tour pour mettre un pneu de qualif » explique encore Sébastien.

« On ne peut pas dire que c’est de la chance, puisque Sébastien a réalisé les deux meilleurs temps coup sur coup » renchérit Martial Garcia le team manager des bleus. « On ne pas dire non plus que c’est du hasard, puisque nous avons travaillé sur le châssis depuis 9 mois en championnat de France et on a vu le potentiel de cette machine, puisque Christophe Guyot a bénéficié des évolutions de notre travail ».

La machine superbike qu’utilise Sébastien Gimbert ne compte qu’une vingtaine de chevaux supplémentaires « Cela ne sert à rien de développer une machine hyper puissante si on ne peut pas faire passer cette puissance au sol. En ce qui concerne cet aspect, je peux vous dire qu’on dispose désormais d’un cadre capable d’absorber les chevaux supplémentaires ».

Néanmoins, à l’issue de la SuperPole, Gimbert se retrouve en 4ème place sur la grille derrière les cadors de la catégorie : Troy Corser partira de la pole position. Le pilote de la Petronas devance Chris Vermeulen et James Toseland. Régis Laconi, en quête du titre Mondial partira 5ème sur la grille.

Si je n’ai pas les moyens, j’arrête le superbike !

JPEG - 15.7 ko
Martial Garcia : « Si je n’ai pas les moyens d’aller en Mondial, j’arrête le superbike’. Le message est lancé

« J’ai démontré mon potentiel, désormais ce que je veux c’est un coup de main pour passer à l’étape supérieure » martèle Sébastien Gimbert.

Car c’est clair que c’est désormais l’importateur Yamaha qui dispose des clefs pour permettre aux bleus d’aller en Mondial superbike. « Je vais en référer aux instances supérieures » explique Martial Garcia « Car je dois donner une réponse rapide à Sébastien, qui doit pouvoir trouver une solution en cas de refus » . Mais si la réponse de Jean Claude Olivier, le big boss de Yamaha, est négative « Alors j’arrêterais le superbike ! » prévient Martial Garcia.

Bien entendu ces deux chronos ne signifient nullement que le pilote de la yamaha a course gagnée, puisque l’un des favoris, régis Laconi (Ducati N°55) n’est qu’à 55 centièmes de la pole et occupe la 5ème place de la pole provisoire.

Chris Vermeulen, (Honda N° 17) s’est semble-t-il remis des blessures qu’il a récoltées lors de sa chute à Imola et occupe la 7ème place de cette séance d’essais qualificative avec 76ème de seconde de retard sur le pilote de la Yamaha.

Rien n’est joué puisque les 9 premiers pilotes se tiennent dans la seconde et que la pole se jouera lors de la superpole à 16H.

résultats 1ère séance qualifs  : 1er Sébastien Gimbert (Yamaha), 2ème Pier Francesco Chili à 0’’437 (Ducati) , 3ème Steve Martin à 0’’487 (Ducati), 4ème Troy Corser à 0’’491 (Petronas), 5ème Régis Laconi à 0’’557 (Ducati), 6ème Marco Borciani à 0’’699 (Ducati), 7ème Chris Vermeulen à 0’’769 (Honda), 8ème Chris Walker à 0’’776 (Petronas), 9ème James Toseland à 0’’788 (Ducati),10ème Garry Mc Coy à 1’’177(Ducati)

Thierry Leconte

Supersport : Parkes prend la pole

JPEG - 13.1 ko
Dans l’ombre de son coéquipier, sacré champion du Monde cette saison, Parkes profite de cette dernière épreuve pour mettre son talent sous le feu des projecteurs et signe une magnifique pole position.

Samedi 2 octobre 2004 , l’Australien Broc Parkes crée la surprise et signe le meilleur temps dans les dernières minutes des essais.

Lorsqu’il rentre dans son stand après la seconde séance d’essais qualificatifs, Broc Parkes (Honda N°23) est ivre de joie : Il vient de signer le meilleur temps de la plus belle manière : A 2 minutes de la fin de séance, l’Australien s’élance pour un dernier tour lancé et claque un chrono de 1’43‘‘825 qui le propulse en pole position.

Second sur la grille à 15 millièmes de Parkes, Michel Fabrizio (Honda N°84) réalise presque un exploit puisqu’il chute en début de session et trouve la force et le courage d’aller chercher ce deuxième temps.

Devant son public, Sébastien Charpentier (Honda N°16) va tenter de terminer la saison en beauté et signe le 3ème temps. Après 3 podiums d’affilée, le Français espère bien signer sa 1ère victoire de la saison sur ses terres.

Déception pour le champion du Monde 2004 : Karl Muggeridge ne s’octroie « que » la 4ème place des essais. Néanmoins, avec déjà 6 victoires cette saison, l’Australien risque de faire parler de lui pendant la course...

Les autres français engagés en catégorie Supersport ont réalisé des essais en demi teinte : Fabien Foret (Yamaha N°99) s’en tire bien et se classe 7ème. Mathieu Lagrive (Suzuki N°24) et Stéphane Chambon (Suzuki N°2) sont respectivement 11ème et 16ème des essais. Pilotes invités, Yohann Tibério (Yamaha N°132) partira de la 21ème place sur la grille et David Muscat (Ducati N°87) s’élancera de la 24ème place. Philippe Donischal (Suzuki N°82) ferme la marche du clan tricolore et signe le 30ème temps.

Grille de départ provisoire Supersport  : 1er Broc Parkes (Honda) ; 2ème Michel Fabrizio (Honda) ; 3ème Sébastien Charpentier (Honda) ; 4ème Karl Muggeridge (Honda) ; 5ème Kevin Curtain (Yamaha).

William Moulin

Sébastien Charpentier : Champion du Monde 2005 ?

JPEG - 14.4 ko
Sébastien Charpentier va tenter de conclure cette saison en beauté. Il est toutefois assuré de piloter une Honda d’usine en 2005.

Samedi 2 Octobre, Sébastien Charpentier (Honda N°16) signe le 3ème temps qualif de la catégorie Supersport. Le français est réjoui : Il sera pilote officiel en 2005.

MotoMag.com  : Avec 2 résultats blancs, 4 podiums et une 4ème place au classement provisoire, quel bilan tires tu de cette saison ?

Sébastien Charpentier  : C’est un bilan plutôt positif que l’on peut retenir. Nous avons joué d’un peu de malchance en début de saison mais nous avons démontré que nous étions en mesure de faire de beaux podiums et de jouer le titre dès la première saison avec ce team.

MM : Tu viens de signer un contrat pour rouler l’an prochain chez Honda Ten Kate, écurie championne du Monde depuis 2 ans. Alors, champion du Monde l’an prochain ?

S.C  : J’ai en effet signé un contrat d’un an avec Ten Kate avec une option pour le Superbike en 2006 si je suis champion du Monde. Je pense en avoir les capacités et je ne me mets pas la pression. Ils sont venus me trouver pour que j’aille rouler avec eux. J’ai toujours fait de la compétition et je pars pour gagner !

MM : A tes débuts en Supersport en 1998, pensais tu un jour jouer le titre Mondial ?

S.C  : Ce que je récolte aujourd’hui est le résultat d’un travail acharné. Lorsque je pilote, je fais mon boulot. Maintenant les retombées sont très bonnes tant au niveau du public que de la presse. On parle de plus en plus de notre discipline et c’est tant mieux car la moto a besoin de décoller en France.

MM  : Selon toi, par quels moyens peut on faire décoller le sport moto en France ?

S.C  : Je pense qu’il ne faut pas se contenter de montrer des pilotes rouler autour d’un circuit. Il faudrait plus mettre en avant tout se qui se passe à coté : La préparation des pilotes et des motos, les stands. Il faut aller plus profond dans les coulisses de ce sport.

Propos recueillis par Willliam Moulin

Publicité

Commentaire (0)