En vidéo

Chargement du lecteur...

Essai Ducati 696 Monster : homogène

Essai : le nouveau Ducati Monster 696 gagne une nouvelle plastique et une partie-cycle aux qualités renforcées, ce qui rend la moto très homogène sur route. Le twin gagne 7 nouveaux chevaux nichés dans les hauts régimes. Présentation statique en vidéo et premier roulage.

Côté châssis, tout est nouveau. Aluminium moulé pour le bras oscillant et la boucle arrière du cadre. Seul le petit treillis en acier qui soutient le moteur a été conservé pour l’image.
Le réservoir de carburant est désormais en plastique et descend sous la selle. Son habillage reprend le look de l’ancien modèle. Deux entrées d’air y sont aménagées, permettant au passage de braquer un peu plus.
Côté moteur, peu de révolution : augmentation de cylindrée et du volume de la boîte à air, nouvelle cartographie d’injection et pots relevés. Il gagne tout de même 7 chevaux sur le papier.

La position est toujours en appui sur un large et lointain guidon au cintre quasi plat. Mais surtout, la selle basse (bien) est un peu trop inclinée vers l’avant laissant glisser le pilote au freinage (moins bien).
Reste que cette Ducati Monster s’affranchit brillamment du gymkhana urbain.

Son moteur ne montre rien de bouleversant par rapport à l’ancien : sous les 6.000 tr/min, il pousse gentiment avec un couple de bon aloi, ni mieux ni moins bien que dans sa précédente version.
Les 7 chevaux ne sont perceptibles qu’à 200 tr/min du rupteur. On n’en profite guère en usage courant, mais au moins, on a rien perdu en bas.
Mais du coup, pour aller chercher ses nouveaux chevaux, il faut souvent jouer du sélecteur.

Avec ses 80 ch, les performances sont en dessous de certaines concurrentes. Il n’empêche que cette moto reste particulièrement plaisante et attachante.
D’abord, il y a le chant mélodieux et sonore du moteur. Ensuite, il y a un châssis en net progrès.

Sur petites routes, compacte, très agile dans les enchaînements, la Ducati 696 bénéficie d’une tenue de cap très rigoureuse.
On se surprend à prendre beaucoup d’angle, à freiner tard sans que la moto ne bronche ou ne se désunisse. Un vrai bonus par rapport à la génération précédente.

Commentaires (39)

Infos en plus
Publicité