En images

Guyot, 4ème pilote de son propre team Gimbert testeur Séquelles pour Vincent Philippe ? Télémétrie pour la 72 Les Lussiana chez JMD
JPEG - 65.1 ko
Ce 69ème Bol d’Or sera de nouveau l’affrontement des 4 constructeurs japonais. Six motos peuvent prétendre aux places d’honneur, puisque le SERT aligne deux machines, tout comme National Motos.

Cette 69ème édition du Bol d’Or verra l’affrontement des quatre constructeurs nippons, puisqu’ils seront tous représentés. Certes, ils étaient déjà présents en 2004 sur le circuit de Magny-Cours, mais la confrontation tant attendue n’a pas eu lieu. En effet, si Suzuki et Yamaha ont croisé le fer, il n’en a pas été de même avec les deux machines Honda de National Motos, qui ont dû abandonner. Seule la Kawasaki s’en tire à bon compte, puisqu’elle est montée sur la 3ème marche du podium du 68ème Bol d’Or.

Depuis de l’eau a coulé sous les ponts, les machines et les teams se sont améliorés. Pour preuve, la Yamaha N°94, contrainte à l’abandon au Bol 2004, remporte les 24H du Mans cette année tandis que la Honda N°5 termine à la 4ème place.

le point sur les favoris

JPEG - 70.5 ko
Les ultra-favorites sont bien entendu les deux machines du SERT. Ce team a été sacré champion du monde d’Endurance pour la 6ème fois, cet été à Oschersleben. Stéphane Duterne (deuxième à partir de la gauche) n’a as été retenu et est remplacé par Dani Ribalta Bosch. Craig Coxhell (extrême droite) ne sera pas présent non plus.

Bien entendu le grand favori est le SERT, auréolé de son 6ème titre de champion du monde d’Endurance, décroché à Oschersleben au mois d’août. De plus, le SERT n’ a pas été battu au Bol depuis quatre ans et le Mondial du 2-roues est très proche. Une victoire au Bol aurait forcément des retombées positives pour la marque. L’équipe officielle Suzuki engage, comme à son habitude, deux machines. La N°1 sera confiée à Vincent Philippe, Keiichi Kitagawa et Matthieu Lagrive. Sur la N°2, on trouve Guillaume Dietrich, Olivier Four (tous les deux des purs produits du Junior Team LMS) et un pilote espagnol : Dani Ribalta-Bosch.

Pourquoi le choix d’un pilote espagnol ? « Tout d’abord parce que tous les pilotes de haut niveau ont déjà leur engagement. Enfin, les pilotes étrangers sont pris par leur propre championnat nationaux car il y a beaucoup de concordances de dates », explique Dominique Méliand, le team manager.

« J’avais remarqué Dani Ribalta à Albacete, il est resté dans les roues de Vincent Philippe tout au long de son relais et a renouvelé l’opération plusieurs fois. Maintenant je peux aussi me tromper, car ce pilote espagnol ne connaît pas le circuit de Magny-Cours et je ne sais pas comment il va se comporter. »

Six machines dans le coup

JPEG - 82.9 ko
Leur principal adversaire est la Yamaha N°94 qui a remporté les 24H du Mans cette année. Mais les pneus Pirelli seront-ils aussi performants à Magny-Cours que sur le circuit de la Sarthe ?

De plus, Dominique Méliand reconnaît lui-même que « six machines sont capables de briguer les places d’honneur. » Parmi ces six machines, il y a celles de National Motos qui peuvent « nous mettre des bâtons dans les roues. » Ensuite, il se méfie particulièrement de la Kawasaki « qui peut nous ennuyer tout au long de la course. » Enfin, la Yamaha du GMT 94 est « très affûtée et super motivée. »

Concernant cette dernière, on saura, dès les premiers essais du jeudi, si le travail de développement avec les Pirelli aura porté ses fruits. Car on se souvient que le manufacturier italien n’est pas au mieux avec ses pneus pluie, ce qui avait valu l’abandon de la 94 lors du Bol 2004.

Pour l’instant les pilotes du team sont hyper motivés et selon Christophe Guyot « La Yamaha est d’une telle fiabilité que nos pilotes peuvent attaquer à fond. »

JPEG - 84 ko
La Honda N°5 de National Motos (ici avec Ludovic Holon, Sébastien Scarnato et Philippe Dobé) a terminé 4ème aux 24H du Mans. Arrivera-t-elle à faire mieux au Bol ?

Les deux machines de National Motos, la N°5 et la N°6 auront un défi à relever, car elles aussi avaient mordu la poussière l’an dernier et n’avaient pas fini.

Les deux équipages sont quasiment reconduits à l’identique. Sur la N°5 on retrouve Sébastien Scarnato, Philippe Dobé et Ludovic Holon, tandis que sur la N°6 restent Bruno Bonhuil et Philippe Donischal. Gwen Giabbani qui avait rejoint l’équipe aux 24H du Mans 2005 et confirmé comme 3ème pilote.

« Depuis le dernier Bol d’Or nous avons bien évolué au niveau du châssis et les pneumatiques Dunlop ont réalisé de gros efforts en ce qui concerne les enveloppes », affirme Christian Lavieille, le team manager. « Mais on est toujours juste en puissance moteur. Et on rend 10 km/h à la Yamaha N°94 », continue Sébastien Scarnato, l’ancien pilote de la structure parisienne.

Enfin quand au dernier challenger, la Kawasaki N°11, son team manager Jean-François Gay affirme haut et fort « notre but est la victoire ! » Pour preuve, « nous avons pu constater lors des dernières 24H du Mans que notre moto est compétitive » (3ème sur la grille de départ).

Comme à son habitude l’équipe de motomag.com sera présente dès le jeudi 15 septembre et vous fera vivre cette 69ème édition, « on line » depuis le circuit. Restez connectés !

Publicité

Commentaire (0)