En images

Baptème en hélico

Superproductions : Lagrive veut sa revanche

JPEG - 50.8 ko
Matthieu Lagrive veut sa revanche sur les 24H du Mans, où la victoire lui a échappé pour une poignée de secondes. Il va s’employer à battre les pilotes Yamaha du team GMT 94.

Mathieu Lagrive signe le meilleur temps de chacune des 2 séances d’essais en 1’’18’002, loin devant la concurrence.

Depuis Lédenon, Mathieu possède un boulevard d’avance au classement provisoire du championnat. A moins d’un gros problème dimanche 3 juillet, il se dirige vers son 1er titre de champion de France. C’est donc un autre objectif qu’il vise : « J’ai encore les 20 secondes d’écart au 24 Heures du Mans en travers de la gorge. Si je peux gagner les 2 courses de dimanche et mettre au moins 20 secondes aux pilotes du GMT 94, je serais un homme heureux ! ». En effet deux pilotes du GMT 94 de Christophe Guyot sont présents à cette finale : David Checa et William Costes. Ils signent les 3ème et 5ème temps, mais semblent connaître des soucis pneumatiques : « Nos Pirelli sont moins bons, surtout par grosse chaleur, que les Dunlop qui équipent les Suzuki » affirme David Checa.

Un autre invité surprise signe le 3ème temps : Julien Da costa. Le champion de France de la catégorie en 2004 remplace Patrick Piot, blessé. Une occasion de se montrer alors qu’il se retrouve sans guidon depuis que son team (MSS Discovery) connaît des soucis financiers.

En Stocksport, la lutte pour le titre s’annonce très chaude. Olivier Four, leader du classement avec seulement 5 points d’avance, ne réussit que le 8ème temps. Son dauphin, Frédéric Moreira, est 7 dixièmes plus rapide. Quant à Guillaume Dietrich, le 3ème prétendant, il fait encore mieux, plus d’une seconde devant. Demain dimanche, avec deux courses, ces trois garçons laissent présager d’une bataille intense et indécise.

Supersports : Meilleur temps pour David Muscat

JPEG - 38.5 ko
David Muscat étrenne son 7ème titre de champion de France. Mais pour la qualité du spectacle, il a juré de monter sur la plus haute marche du podium.

Auteur du 2ème temps de la première séance d’essais ce matin, le champion Supersport sortant a claqué la pôle en seulement deux tours.

David Muscat s’est élancé cet après-midi le couteau entre les dents car Julien Enjolras avait le meilleur temps de la séance du matin. Après une mise en jambes, il fait chausser sa Ducati 748 de pneus Michelin très tendres. Deux tours plus tard, il signe un 1’21’’080, temps qui lui donne la pole position pour la course de dimanche 3 juillet. Une manière de montrer que le patron, c’est lui. Il vient d’ailleurs de reconduire son titre à Lédenon, c’est son 7ème en championnat de France, un record.

Julien Enjolras, qui roule habituellement en championnat du monde de la catégorie, signe le 2ème temps de ces essais, mais sans avoir passé de pneus spéciaux. D’autre part, il juge son matériel en retrait : « Mes pneus Pirelli sont moins performants que les Michelin. Et ma Yamaha R6 a déjà trois saisons derrière elle. Mais on va faire avec, je suis là pour m’entraîner ! ».

Dans la lutte pour l’attribution du titre de vice-champion, Denis Bouan a pris un avantage psychologique sur Yann Lussiana, en signant le 3ème temps de ces essais. 5 points séparant ces deux pilotes Yamaha, la course de demain s’annonce très intéressante.

Thierry Dupuis correspondant 16

125 : La surprise Dunikowski

JPEG - 35.9 ko
Clément Dunikowski a signé à Albi sa 3ème pole position de la saison, il espère enfin concrétiser en course et remporter enfin sa première victoire.

C’est Clément Dunikowski qui a créé la surprise lors des deux séances d’essais des 125 ce samedi 2 juillet 2005 sur le circuit d’Albi en signant le meilleur temps.

Le petit parisien a roulé deux dixièmes plus vite que le leader du championnat :Mathieu Ginès et prendra le départ de la course le dimanche 3 juillet à 14H en pole.

Cet action d’éclat sera sans suite pour l’attribution du titre, puisque Mathieu Gines ( Honda N°4) compte déjà 45 points d’avance sur le deuxième au classement général provisoire. Le jeune champion n’a pas apprécié de voir ses prérogatives remises en question. Il fera tout pour finir de la plus belle des manières.

L’essentiel du suspense va intervenir dans la bataille pour désigner le vice champion de France de la catégorie. Cette bataille va opposer Jules Cluzel (N°16) à Yannick Deschamps ( N°33). Jules Cluzel ne se sent pas inquiété par ce dernier. Il prévoit de gérer cette finale au mieux, pour se préserver. En effet le jeune pilote de l’Allier part disputer la MotoGP academy en Espagne le 17 juillet.

Ce dernier prendra le départ à la quatrième place sur la première ligne de départ à 68 centièmes de Dunikowski.

Cette course de 125 permet à certains pilotes d’améliorer leur pilotage en allant au bout de leurs limites. C’est le cas de Randy Pagaud, le plus jeune pilote du plateau, vice champion de France 2003 de la coupe Conti.
Lors des essais il s’est offert deux beaux tout droit en bout de la première ligne droite « Je cherchais à repousser mes repères de freinage ».

Gines : un Breton au moral béton

JPEG - 60.2 ko
Mathieu Gines a signé un accord de deux ans renouvelable avec son team. Il est avec Michel Augizeau, le patron de Tecmas (3ème à partir de la gauche). Gérald le papa de Mathieu se trouve juste derrière lui.

Mathieu Gines, 16 ans et demi, est leader sur championnat de France en 125 cm3, grâce à une force de caractère hors du commun pour un si jeune pilote, déterminé et ambitieux.

Cette année Mathieu Gines fait un parcours quasi sans faute en montant sur tous les podiums, sauf sur celui de Carole. C’est une belle revanche sur la saison de l’an dernier, difficile et décevante pour ce garçon qui en demandait beaucoup, mais qui n’a pas pu en donner assez. En effet l’an passé il a terminé 6ème .
A ce piètre résultat s’ajoute la déception de ne pas avoir été intégré à l’équipe de France Espoir.

Mais cela va lui permettre de rencontrer, Michel Petit le papa de Jimmy multiple champion de France des huitième de litre.

Ce dernier le prend sous son aile en fin de saison. Mathieu découvre la 125 NSR au Mans et prend ses repères. Par la suite il se fait remarquer, sur le championnat d’Espagne, par Michel Augizeau, patron de Tecmas avec qui il signe un contrat de 2 ans, renouvelable pour trois ans. C’est le temps qu’il estime nécessaire pour se préparer au plus haut niveau : le Mondial 125.

Mathieu fait preuve de cette détermination sans faille, depuis le plus jeune âge. A 9 ans, il traîne son père dans un magasin de moto de cross, ce dernier s’exécute mais laisse son rejeton libre de ses choix.

A 12 ans le virus de la vitesse le rattrape, désormais sa voie est tracée : il sera pilote sur circuit. A 16 ans et demi avec ses 3 années d’expérience en compétition, il dévoile une maturité surprenante. En effet, Mathieu est capable d’exprimer très clairement ses objectifs sportifs, tout en ayant un regard lucide sur l’avenir. Il intègrera le CREPS à Bourges à la rentrée prochaine pour y préparer un BEP vente. Mais avant ça, après la finale d’Albi, direction le championnat d’Espagne, épreuve d’un très bon niveau qui commencera le 17 juillet prochain sur le circuit de Barcelone.

Jacinte Crosnier correspondante 31

voir aussi : Open Albi

Publicité

Commentaire (0)