En vidéo

Chargement du lecteur...

Les européennes

Si la robe inaugure une esthétique novatrice, le magnifique bloc en V face à la route reste la clef de voûte de l’édifice. La finition est épurée : rien ne dépasse ni ne pendouille comme ce fut souvent le cas par le passé.
- Les fonderies ne présentent aucune bavure et les assemblages sont remarquables.

Les premiers tours de roues s’effectuent tout en douceur à l’image du maniement des commandes, par ailleurs toutes réglables. La position de conduite est légèrement en appui sur les poignets, acceptable, mais les repose-pieds haut placés fatiguent vite les jambes des grands.
- En ville, les manœuvres sont entravées par le large guidon situé à hauteur des rétroviseurs des voitures et par le diamètre de braquage important.

Le moteur, exempt de vibrations parasites, se plie sans broncher aux humeurs du pilote, par ailleurs sous le charme du timbre du silencieux. Le caractère a priori sportif ne l’empêche pas d’être étonnamment souple.
- Sur route dégagée, il fait preuve d’une belle allonge et autorise une conduite enroulée à bas régime. La boîte six vitesses est douce et précise.

Très honorablement suspendue grâce à des éléments de qualité, elle offre une tenue de cap sans reproche, même sur bitume dégradé.
- Le large guidon offre un bon bras de levier pour balancer les 250 kg d’un virage à l’autre. La vivacité est de bon aloi malgré un empattement très long.
- Les freins puissants et endurants, enfin, conjugués au grip des pneumatiques, assurent des décélérations sécurisantes.

Voir la vidéo de [présentation des motos européennes du Mondial 2006 dont la Guzzi Griso 1100]

Flash Video - 2.8 Mo
Les européennes

Triumph 900 Scrambler et Daytona 675 - Aprilia SXV 450 / 550 - Moto Guzzi Griso 1100 - Moto Morini Corsaro 1200 - Voxan Charade Racing
Cliquez sur l’image pour lancer la vidéo

Publicité
Infos en plus