Motomag, le site de Moto Magazine

Accueil > Run moto au Mans : 5 motards arrêtés.

Run moto au Mans : 5 motards arrêtés.

jeudi 16 juin 2005

Mardi 14 juin, à l’heure du laitier, des policiers ont fait une descente au domicile de 5 motards habitant aux alentours du Mans. Ils les ont ensuite placés en garde à vue. Relâchés dans la journée ces cinq motards restent inculpés de « mise en danger de la vie humaine par violation délibérée des règles de prudence et de sécurité ».

Convoqués par le Tribunal Correctionnel le 23 août, ils risquent un an de prison et 15.000 euros d’amende. Leurs motos ont été mises sous scellés et ont de grandes chances d’être définitivement confisquées lors de l’audience.

Pourquoi un tel traitement de choc pour ces motards âgés de 20 à 27 ans ? « Ils faisaient de véritables courses à deux ou trois au milieu de la circulation, sans s’occuper des feux rouges », déclare Christian Lacroix, dans l’édition de Ouest France du 15 juin.

Sauf que cette fois-ci le run traditionnel du vendredi précédent a été observé par des policiers en civil, au milieu de la foule, qui ont relevé les numéros de plaque des machines concernées.

En tapant fort, les forces de l’ordre comptent éradiquer le problème. Hélas, celui-ci ne fera que se déplacer pour aller vers des zones plus rurales.

Ce phénomène n’est pas nouveau au Mans et dure depuis une dizaine d’années. Auparavant ces manifestations se déroulaient aux abords du circuit et rassemblaient de 200 à 3000 personnes selon les saisons. Il est connu de tous, à tel point que des cascadeurs professionnels y sont venus faire leur show !

Mais depuis le début de l’année, les « runners » ont changé d’endroit et ont migré vers le Boulevard Pierre Lefaucheux sur la Z.I. Sud. « Parce que c’est une longue ligne droite de 2 km, qui est bordée de contre allées. Cela permet aux motards de revenir sur leur point de départ sans gêner ceux qui s‘élancent », explique un témoin.

Pourtant à l’époque, les « runners » avaient bien tenté de dialoguer avec les autorités pour pouvoir assouvir leur passion en toute quiétude. « Une association s’intitulant « Le Mans Moto Run » avait même vu le jour et avait entamé des négociations sérieuses avec le Préfet de l’époque", indique notre témoin. Mais cette dernière (car c’était une femme) a rompu toutes les discussions estimant que cette discipline était trop dangereuse.

Résultat : les « runners » se sont retrouvés hors la loi. Et maintenant, les mêmes autorités qui ont refusé de les écouter en leur temps, les désignent à la vindicte populaire.

T.L. avec l’aide de Pascal Corbin

Un message, un commentaire ?

D'accord pas d'accord, Réagissez!

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexion s’inscrire mot de passe oublié ?