Certains croyaient que les interdictions de circulation en ville qui planent sur les motos et scooters au prétexte de la pollution ne concernaient que Paris ? Ils se trompent, en voici la preuve.

Le ministère de l’Écologie a retenu les candidatures de vingt-cinq communes françaises dans le cadre de l’appel à projet « Villes respirables en cinq ans », et vient de rendre la liste publique. Vingt candidates ont été retenues, trois sont lauréates « en devenir » et deux autres voient leur projet soutenu. Voici la liste des 20 communes ou agglomérations retenues :

Le Grand Paris fait partie des agglomérations : pas seulement Paris, mais un périmètre incluant 7 millions d’habitants ! Autres agglomérations parmi les plus importantes de France : Lyon, Lille, Montpellier, Bordeaux, Grenoble, Rouen ; mais aussi celle de la Côte basque-Adour (64)… Deux projets sont encore à l’étude pour les communes de Champlan (91), 2.667 habitants, et Saint-Maur-des-Fossés (94), 74.176 habitants.

Zone à circulation restreinte
Parmi les critères des sélection, figure l’engagement que prennent ces villes à créer sur leur territoire une ou plusieurs zones à circulation restreinte. À l’intérieur de celles-ci, la circulation des véhicules à moteur sera limitée en fonction de leurs émissions polluantes. Pour les déterminer, le ministère de l’Écologie a pris comme grille l’échelonnement de la norme Euro.

Il y a donc de fortes chances que, dans les villes retenues, les motos et scooters d’avant 2000 (Euro 1), puis d’avant 2004 (Euro 2) soient interdits de circulation.

Pastilles
Pour identifier chaque véhicule en fonction de la norme Euro, le ministère de l’Écologie a prévu de les doter d’une pastille de couleur. Les véhicules les plus anciens n’auront droit à aucune pastille… donc interdiction de circuler !

« On distingue 4 classes destinées aux véhicules les plus propres », explique le site du ministère de l’Écologie. « La nomenclature s’appuie sur les émissions polluantes des voitures particulières, des 2-3 roues et quadricycles, des poids lourds, dont les autobus. Elle classe les véhicules en fonction de la motorisation et de l’âge », affirme-t-on.

Et les deux-roues ?
Le problème, on le voit bien sur ce tableau, c’est que l’attribution des pastilles tient compte des normes d’émission Euro des automobiles, mais pas de celles des deux-roues motorisés.

Alors, les 2RM seront-ils exclus de la circulation dans ces zones ou, au contraire, pourront-ils y rouler librement ? À en croire ce qu’il se passe à Paris, il y a peu de chances que la seconde hypothèse soit la bonne.

Nous avons contacté le ministère de l’Écologie, mais pas de réponse : personne ne semble savoir ce qu’est un deux-roues motorisé…

Voilà une raison de plus pour se mobiliser, et manifester le 10 octobre pour défendre la pratique de la moto, en rejoignant l’un des 34 cortèges organisés par la FFMC !

Zone de circulation restreinte : dans le panneau !

Depuis le 1er septembre, les zones de circulation restreinte situées dans Paris sont délimitées par ce panneau d’interdiction, explique le magazine Auto Plus dans son édition du 9 octobre.

Mais ce panneau ne devrait pas être généralisé dans les autres communes candidates. Car la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, veut un message positif. Une autre indication pourrait donc être créée, avec mention d’une « autorisation de circulation aux véhicules les plus verts »…

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité
Publicité