Essai

Si la prise en main de la moto est instantanée, la position, pieds en avant, demande de l’accoutumance. Mais la Yamaha se faufile aisément dans la circulation urbaine, l’embrayage, la boîte de vitesses et la commande des gaz sachant se faire oublier.

Gabarit contenu et centre de gravité assez bas n’empêchent pas la moto d’être assez lourde : 247 kg annoncés avec le plein. Ça « engage » un peu de l’avant dans les petits coins, mais rien d’alarmant. Sèches, les suspensions et leur course limitée épargnent en revanche peu les lombaires. Mais malgré une garde au sol limitée, la partie-cycle est neutre et la tenue de route plutôt bonne.

De son côté, le moteur est volontaire et dispense son couple maxi dès 3.000 tr/min, acceptant sans trop rechigner de grimper aux 5.500 tr/min autorisés par sa conception. De plus, vu la philosophie de la moto et les limites de son châssis, on se contente aisément des « seulement » 52 ch du V-twin.

Ces atouts suffiront-ils à Yamaha pour détrôner le Sportster Harley auprès des motards ? on attend vos commentaires… !

 Vous retrouverez l’essai complet de la Yamaha XV 950 dans Moto Magazine n°300, de septembre 2013 

Infos en plus
Publicité