JPEG - 16.7 ko
Ce plan de reprise permettra, on l’espère, de voir briller les couleurs de Voxan et du Puy de Dome sur la route comme sur la piste

Afin de sauver leur entreprise, des cadres de Voxan ont déposé un plan de cession auprès de l’administrateur judiciaire, mercredi 5 décembre 2001. Ils précisent que ce plan constitue un élément concret s’il n’y a pas de plan de continuation proposé par les actionnaires actuels, ou d’autres intervenants extérieurs.

L’idée serait de faire fonctionner l’entreprise avec un budget d’environ 50 millions de francs sur 3 ans. On est loin des 150 millions que Jacques Gardette souhaitait trouver en septembre dernier. Le Pdg de l’entreprise n’est d’ailleurs pas impliqué dans ce plan de cession.

Cette solution constituerait donc une sorte de roue de secours. Avec un tel budget, Didier Tirard, Stéphane Chabanais et Jean-Claude Louison, respectivement responsable d’usine, responsable financier et responsable projet de Voxan, à l’origine du plan de cession, ne pourront pas conserver l’outil de production en l’état. Ils fonctionneraient avec une quarantaine de salariés, contre 120 environ actuellement. Mais, c’est toujours mieux que la liquidation judiciaire.

L’intérêt du plan repose sur de très sérieux contacts pris avec des industriels motoristes et des constructeurs. Ses initiateurs n’ont pas voulu dévoiler lesquels. Ils se consacreront au développement des trois motos actuelles, auxquelles s’ajouteraient les machines VB1 produites par Boxer. Thierry Henriette, le Pdg de Boxer, a donné son accord de principe pour la production de ses motos à Issoire. La mairie de la ville soutient évidemment ce projet, soucieuse de voir une activité industrielle perdurer dans une usine dont elle possède les murs.

Elle permet le cautionnement d’un prêt dans le cadre de ce plan. Claude Michy, organisateur d’événements motos, s’implique personnellement et favorisera des contacts avec des industriels.
Il reste à boucler ce dossier au plus vite : le plan doit être livré à l’administrateur judiciaire avant le 21 décembre 2001. Cela représente très peu de temps pour concrétiser les contacts sérieux noués depuis le mois dernier.

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité