Les difficultés de la piste avaient été bien expliquées par les locaux expérimentés :
- Virage très brusque en bas de la grande descente qui se prend de plus en plus vite jusqu’à l’erreur suprême menant au toit assuré
- Sur-vibreurs pour empêcher les voitures de jardiner et revenir sur la piste... mais pour nos engins très surbaissés, c’est un carter explosé en cas de franchissement
- Passage en aveugle au niveau de la ligne d’arrivée pour replonger dans la ligne droite... dès le haut du circuit avoir une vue d’ensemble de qui est engagé devant.
- Triple gauche avec basculement très rapide sur la droite donnant aux singes la possibilité de donner leur maximum.

Après quelques tours déroutants, chacun a bien pris ses marques et les courses se sont déroulées sans problèmes notables.

Pour le circuit, c’était la première course organisée sur deux jours... la bonne humeur des organisateurs, le soleil et la tension de la course nous ont permis d’oublier les détails.

La course en sides-car Ancien :

Après une superbe course, les side-cars anciens ont découvert que leur équipage fétiche avait été arrêté au bout de 4 tours, en raison d’une trop grande lenteur et risque de mise en péril du side en tête de course.

Patricia, Dominique, sur leur courageuse Raymonde (BMW 600), constituent de loin l’équipage qui comptabilise le plus de courses VMA et, de plus loin encore, celui qui a le plus gros pourcentage de courses terminées (hé oui, Dominique bichonne Raymonde qui le lui rend bien) !

Dimanche, le cœur n’y était plus. La deuxième course s’est finie très vite et très mollement après un départ d’anthologie. Départ en côte avec attente prolongée des derniers... les boites racing n’arrangeant rien, plusieurs ont calé. Attendant sous le soleil, les moteurs se sont mis à chauffer : 120°C sur le BMW de Pietu / Pietu. Et, pour le Triumph de tête (Bossard / Bossard), le pilote a vu son huile sortir par tous les joints avant de déclarer forfait. That’s all...

La course en side-cars Open

Dans cette catégorie, beaucoup de soucis mécaniques comme c’était le cas pour les sides anciens au démarrage des courses : tout s’apprend et tout se maîtrise.

Les frères Boucher, avec la pole obtenue après une superbe qualification en 1,06:639 (119 km/h de moyenne) auront la malchance de crever à chaque course. La guigne.
Avantage pour les locaux : l’équipage Chirpaz / Chirpaz, en F2, fera le deuxième temps des qualifications et finira 3e au scratch cumulé. Quelle place auraient-ils eue s’ils n’avaient pas eu de soucis pour démarrer en côte ?!

Finalement, Soulet / Coudivat seront premier de la 2e course... Jean-Patrick Soulet, super excité par sa 1re place, a fait une partie de « chamboule tout » avec les marches du podium pour finir en « strike » dans les coupes du week-end...

L’après course

Le moment de convivialité du samedi soir avait été bien préparé par de géniales cuisinières. Xavier avait bien sûr ramené les huîtres tant appréciées. Mais le cœur n’y était pas et les discussions allaient bon train sur l’éviction de Dominique et Patricia.
Contact est pris avec la FFM pour trouver les bonnes pratiques permettant de conserver ce championnat side Ancien et ce trophée side Open, sans perdre les sides les plus lents.

Par principe, les véhicules les plus anciens, recherchés pour valoriser ces courses Moto Anciennes, sont les plus lents. La solution impose de conserver un grand respect des plus rapides vis-à-vis des plus lents.

Odile/La Main au Panier pour Moto Mag

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité