Constat d’échec pour la nouvelle limitation sur la rocade de Rennes (Ille-et-Vilaine). Le « ring » breton vient de repasser à 90 km/h, un an à peine après avoir tenté le 70 km/h, après un incontestable bilan négatif.

Sur-pollution
Au motif d’une congestion accrue du trafic, donc de sur-pollution, la ville de Rennes et la préfecture d’Ille-et-Vilaine décidaient, le 1er octobre 2015, de diminuer la limitation de vitesse sur la rocade de l’agglomération de 90 à 70 km/h. Moins d’un an plus tard, machine arrière pour les autorités qui reviennent à la configuration d’origine. Une information révélée par nos confrères d’ouest-france.fr.

Imbroglio pour les conducteurs
Plus précisément, il y a eu deux modifications de limitation de vitesse : les portions à 90 étaient descendues à 70 km/h, et les portions à 110 km/h à 90 km/h. Pour ces dernières, les autorités affirment que l’expérimentation a bel et bien été positive. Mais la diminution à 70 km/h a semble-t-il eu des effets négatifs.

Selon le rapport révélé par ouest-france.fr : « Sur les portions à 70 km/h, on constate une pollution enregistrée plus importante, un trafic moins fluide avec plus de zones de saturation et de congestion, plus d’accidents et un gain sonore imperceptible. » C’est clair !

Le 90 km/h généralisé
Pour ces raisons, et c’est assez rare en matière de sécurité routière pour être signalé, la rocade rennaise a vu la limitation de vitesse augmenter par endroits. Elle est désormais à 100 % à 90 km/h. Prendre une mauvaise décision est une chose (et les exemples sont très nombreux…), mais faire le bilan d’une telle mesure, admettre son inutilité et revenir en arrière est louable, même si cette affaire aurait couté dans les 250 000 € aux contribuables.

Le saut du verrou des 70 km/h est en tous les cas un véritable soulagement pour les automobilistes et motards bretons qui, selon les nombreux commentaires de la page Facebook de Ouest France, n’en pouvaient plus d’une vitesse impossible à tenir.

D’autres préfectures, départements et communes feraient bien de regarder ce qui se passe à l’ouest. À Paris, sur le périphérique par exemple, les 70 km/h ont-ils réellement eu un impact sur la circulation ? Du côté des autorités de la capitale, l’omerta empêche d’y voir aussi clair qu’en Bretagne. À bon entendeur…

Publicité
Publicité