En images

Remontée de file et PV : vitesse excessive ?

« Parce qu’une injustice faite à un seul est une menace faite à tous, les motards verbalisés sont enjoints à aller devant les tribunaux afin que soit juridiquement condamnée cette pratique abusive des PV à la volée et l’attitude scandaleuse des forces de l’ordre qui profitent du silence de la loi pour multiplier les PV et satisfaire ainsi leur quota (voir encadré) », poursuit Philippe Leduncq.

Ras le bol !

Ces verbalisations ne font qu’attiser la colère des utilisateurs des deux-roues motorisés. Ils ont déjà exprimé en masse leur ras le bol d’une sécurité routière exclusivement axée sur la répression. Ils étaient plus de 50.000 à réclamer dans la rue une réelle prise en compte de leurs spécificités, le 13 mars dernier. Même si les télévisions n’ont que peu relayé cette mobilisation, le ministère de l’Intérieur, qui donne les ordres à la préfecture de police de Paris, en a certainement entendu parler. Il est étrange que sa réponse soit une accélération des opérations répressives. Les conducteurs touchés ne sont pas de dangereux délinquants mais souvent de simples banlieusards qui se rendent à leur travail en deux-roues afin de gagner du temps dans les embouteillages. Une proie facile…

Un témoignage parmi d’autres

Jo (le prénom a été modifié) circulait entre les files sur sa Honda, sur l’A6 au niveau de Morsang-sur-Orge (Essonne), en direction de Paris, le 15 mars au matin. Il raconte la suite :

« J’arrive derrière deux motards de la police, ils me font signe de les suivre. Je me dis que ça doit sans doute être un banal contrôle de routine matinal. Je les suis et on s’arrête sur le bas coté. Ils me disent : "Bonjour monsieur, Police Nationale, vous avez été suivi par un fonctionnaire de police en civil entre les files, et il n’a pas réussi à vous rattraper." Le fameux fonctionnaire en civil arrive, et il m’explique qu’il tolère les remontées de files mais sûrement pas à mon allure. Très honnêtement, les voitures devaient rouler à environ 40 km/h et j’étais à 60 km/h.

J’ai reçu deux PV, dont les libellés exacts sont : "conduite d’un véhicule à une vitesse excessive eu égard des circonstances" (90€ d’amende, pas de points en moins) ; "circulation d’un véhicule à moteur dont le dispositif d’échappement a été modifié" (45€ pas de point). La dernière, je l’assume, je roule avec un pot bruyant et connais la règle. Mais pour la première, je n’ai sincèrement pas considéré mon comportement comme dangereux. L’endroit est visiblement rentable, tous les matins je passe devant, et tous les matins des "heureux motards" attendent leur sentence… » Précision : le policier en civil roulerait sur un maxi-scooter banalisé.

Légalisation !

La meilleure réponse que pourrait donner le gouvernement serait une légalisation de la circulation des deux-roues entre les files de voitures, afin de lui donner un cadre règlementaire et d’ouvrir cette pratique à la formation des conducteurs. On semble en être hélas très loin…

Publicité
Infos en plus
Publicité