En images

visuel visuel visuel

Il fallait une révolution, elle s’est faite en douceur, mais elle s’est faite. Comme Motomag.com l’annonçait le 2 mai dernier, le prochain salon de la moto et du scooter de Paris se déroulera en même temps que celui de l’automobile.

La première édition du Paris Motor Show aura lieu :
- du 4 au 14 octobre 2018
- au Parc des expositions de Paris porte de Versailles (15e arrondissement)
- avec une entrée visiteurs à 16 € pour l’ensemble de l’expo (auto et 2-roues)
- on pourra y acheter des motos.

Une longue maturation
Le secteur du 2-roues motorisé (2RM) en France a donné son accord à l’organisateur, AMC Promotion, pour ce regroupement. Mais la décision a été longue à prendre, tant cette nouvelle organisation suscite des interrogations. Parmi lesquelles une inquiétude légitime du secteur moto, qui pourrait craindre être « phagocyté » par celui, bien plus conséquent, de l’automobile.

Par exemple, le monde moto sera concentré dans le Pavillon 3 du Parc expos, qui présente une superficie de 22 000 m2 alors que la surface dévolue à l’automobile sera de 46 000 m2. En 2015, le dernier salon moto de Paris s’étendait sur 35 000 m2. Mais il était quelque peu dilué en plusieurs halls.

Concentration
La volonté des acteurs, par exemple celle des importateurs de motos, a été avant tout de réduire le budget d’exposition. Les marques auraient demandé à l’organisation une réduction de moitié du coût d’un stand. C’est cette contrainte qui a poussé Jean-Claude Girot, commissaire général du Mondial de l’auto, à proposer une concentration en un hall, et une exposition moto/scooter en même temps que l’automobile, ce qui revêt une certaine logique de mobilité individuelle.

« Le projet proposé par AMC Promotion a séduit les adhérents de la chambre syndicale des importateurs de motocycles (CSIAM), a souligné Thierry Archambault, son président délégué, le 20 juin à Paris. C’est un projet sexy et novateur ».

Concurrence
Il reste une question de taille… européenne : le Mondial de la moto de Paris se déroulera en même temps que le salon Intermot à Cologne (du 3 au 7 octobre 2018). La journée presse, durant laquelle les nouveaux modèles sont dévoilés au public via les médias, aura lieu le 2 octobre en Allemagne, et le 3 octobre en France.

Les marques pourront-elles faire face financièrement à deux expositions simultanées alors qu’elles ont demandé une réduction des coûts à Paris ? Elles assurent que oui. Auront-elles les moyens de proposer des nouveautés aux visiteurs allemands et aux visiteurs français ? Ce n’est pas sûr.

B to B et B to C
« Intermot est un salon business to business, tandis que Paris est plus populaire, il s’adresse aux particuliers, fait remarquer Jean-Claude Girot. De grandes marques m’ont affirmé qu’elles exposeraient des nouveautés dans la capitale française ».

Peu de stands auto-moto
Le commissaire général a en revanche refusé l’idée de céder un stand unique pour les marques qui commercialisent à la fois autos et motos : « cela n’intéresserait pas le motard pur. Si on a trop de stands communs, le Mondial de la moto sera défavorisé ».

« Ce Mondial de la moto sera celui de la passion, du rêve et du business », conclut l’organisateur. Une nouvelle ère s’ouvrira donc lors du premier Mondial Paris Motor Show, en octobre 2018.

Publicité
Publicité