Hors de nos frontières, certains combats rappellent aux « vieux » motards français de lointains souvenirs. De l’autre côté de la Méditerranée, la jeune Fédération tunisienne des motards en colère (FTMC) lutte contre le prix prohibitif de la vignette moto. Le samedi 25 janvier, la FTMC a manifesté devant l’Assemblée nationale, à Tunis, pour la baisse de ce tarif.

Quel est le problème ?
En Tunisie, les motards doivent s’acquitter d’une vignette dont le prix annuel est fixé à 585 dinars (environ 300 €). Une énorme somme en comparaison du niveau de vie et totalement injuste puisqu’une vignette pour les voitures coûte en moyenne 60 dinars par an (environ 30 €).

Résultats, la moto est un luxe que seuls les plus aisés peuvent se permettre et sur les 14.000 motos recensées dans le pays, seule une cinquantaine paierait cette vignette.

Argument avancé par la FTMC : baisser le prix de la vignette permettrait déjà qu’elle soit honorée par le plus grand nombre. Après 3 heures d’attente devant l’Assemblée, le président de la FTMC, Mohamed Rais (au centre de l’image), a pu s’entretenir avec deux députés Taher Hamila et Al Ajmi Lourimi. Les élus ont entendu cet argument. Affaire à suivre…

Publicité
Publicité