Essai

En images

Triumph Street Twin : l’esprit tranquille Triumph Street Twin : mélange néo-rétro Triumph Street Twin : élégance et originalité Triumph Street Twin : ABS de série Triumph Street Twin : motorisation un brin décevante Triumph Street Twin : le beau compteur
Article

La moto a pourtant déjà été vue et touchée lors des salons de Milan et Paris en fin d’année 2015. Mais on arrive encore à s’étonner du gabarit compact de cette Triumph Street Twin : selle basse, largeur contenue, réservoir façon gourde de scout… difficile de dire que la belle cube 900 cm3, et c’est tant mieux.

Finition exemplaire
La finition est en très net progrès : rétroviseurs bicolores, selle surpiquée, pattes de phare en alu brossé, visserie en acier inoxydable du sol au plafond et, surtout, une superbe ligne « tout inox », avec les sondes lambda bien cachées au niveau des brides de collecteurs. Malgré son statut de Bonneville d’entrée de gamme, la Street Twin est d’une finition exemplaire.

Mode « au calme »
Malgré une ergonomie revue, la position des repose-pied est encore un poil trop en avant, mais le reste est ok. Guidon assez plat, selle plutôt confort et réservoir étroit sont là pour que la balade se passe en mode « OKLM » comme disent les d’jeun’s… (traduction pour les vieux : « au calme » !)

Let’s ride
Première bonne impression : le son de l’échappement inox. C’est sourd, c’est grave, ça pulse et la rotation de la poignée droite se solde par un « vvrraaoouummm » des plus cool.

En ville, la Street s’en sort sans problème. Le twin accepte de rouler au pas, l’embrayage est archi-doux, le braquage est court et la moto plutôt équilibrée. Seule la boîte de vitesse se manifeste par des verrouillages virils et sonores, accompagnés par quelques bruits.

Arrivé sur l’autoroute à un petit 130 km/h compteur, les vibrations sont contenues, le twin s’exprime dans la joie de ses échappements et nous sommes bien installés. Pour les plus sensibles aux courants d’air, il existe un saute-vent en option.

Mais ce galop d’essai est aussi l’occasion de constater qu’une sixième vitesse pour descendre le régime de croisière pourrait être un plus.

Bretelle de sortie en vue, on attaque les petites « carretera » de l’arrière-pays. Force est de constater que malgré le tiempo mas rapido de la balade, la tenue de route de la Street Twin s’est montrée positive.

Sensations plus que performances
La machine est assez neutre, son poids ne l’handicape pas beaucoup, et ses suspensions plutôt souples ont avalé la route sans se désunir. C’est une machine « d’un bloc », que l’on dirige au guidon (contrebraquage) et aux appuis sur les repose-pied.

À l’opposé, le moteur a demandé plus de bienveillance… Pour faire simple, il se conduit comme un moteur d’automobile, avec une puissance maxi de 54 ch sous les 6.000 tr/min et une zone de confort comprise entre 2.700 et 4.700 tr/min. Tirer les intermédiaires ne sert à rien, sinon de frustrer le binôme moteur/conducteur ! C’est donc dans le registre des sensations, plutôt que de la performance, qu’il faut puiser son plaisir.

Pour finir, le freinage s’est montré à la hauteur des performances, avec une mention très bien pour le frein arrière, puissant, dosable et vraiment utile pour ralentir la moto.

Verdict
Facile, sympa et bien finie, la Triumph Street twin est une machine réussie et qui fera mouche dans le mouvement vintage actuel. Son tarif (8.900 €), compte tenu de la qualité de fabrication, des prestations dynamiques et de l’équipement de série (ABS, traction control, ride by wire, clé codée, prise USB…) est très bien placé, et concurrence en direct les Ducati Scrambler et autres Moto Guzzi V9 à venir.

Dans la Boutique Motomag.com

- Procurez-vous le tee-shirt vintage « Cœur de Motard » avec le vertical twin des Triumph Bonneville

Fiche technique

Triumph Street Twin (données constructeur)
Moteur
- Bicylindre en ligne, 4T, 1 ACT, 4 soupapes par cylindre
- Cylindrée (al. x cse) : 900 cm3 (84,6 x 80 mm)
- Puissance maxi : 55 ch à 5.900 tr/min
- Couple maxi : 8,2 m.kg à 3.230 tr/min
- Alim./dépollution : injection/Euro 4

Transmission
- Boîte de vitesses 5 rapports
- Transmission finale par chaîne

Partie-cycle
- Frein Av (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 310 mm (2 juxt.)
- Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 255 mm (2 juxt.)
- Réservoir (réserve) : 12 litres (n.c.)
- Poids tous pleins faits : 210 kg
- Hauteur de selle : 750 mm

Pratique
- Coloris : noir mat/satiné/brillant, rouge, gris
- Garantie : 2 ans pièces et M.O., assistance
- Prix : 8.900 euros

Publicité